Bonsaï : Les différentes espèces

Orme de Chine conduit en bonsaï

Si tous les arbres et buissons peuvent être conduits en bonsaï, certaines essences se prêtent mieux à la structuration que d'autres. Si théoriquement il n'existe pas d'arbres spécifiques à l'art du bonsaï, certaines variétés à petites feuilles, fleurs et fruits sont plus couramment utilisées. Parmi ces espèces, trois grandes catégories s'observent.

Pour une culture à l'extérieur, les espèces rustiques sont privilégiées. Parmi les plus couramment utilisées on retrouve le pin blanc du Japon, l'érable de Bürger, l'érable champêtre, l'érable du fleuve Amour, l'érable du Japon, l'aulne, l'épine-vinette, le buis, le charme, le cèdre, le faux cyprès et le cyprès, l'aubépine, le fusain, le frêne, le ginkgo biloba, le houx japonais, le genévrier, le lilas des Indes, le mélèze, le troène, copalme d'Amérique, le chèvrefeuille, le pommier à petits fruits, le sequoïa, l'olivier, la vigne, le pin, la potentille, le cognassier de chine, le buisson ardent, le grenadier, le chêne pédonculé et le chêne liège, l'if, les ormes de Sibérie, du Caucase, à petites feuilles ou de Chine, la glycine, le zelkova du Japon.

Les espèces d'orangerie

A l'instar de leurs cousines rustiques, les espèces d'orangerie nécessitent une protection hors gel pendant les grands froids d'hiver. Parmi les plus couramment utilisées on retrouve le bougainvillier, le bambou de la Félicité, la serissa ou encore le rhododendron.

Les espèces de serre chaude

Bonsaï Ginkgo bilobaLes espèces les plus fragiles et notamment les essences tropicales doivent restées dans un local chaud, maintenu en permanence au dessus de 10 degrés. Parmi les plus couramment utilisées on retrouve la crassula, la carmona, le prunier de Java ou encore le figuier tropical et toutes les variétés de ficus.

Sachant que chaque espèce a des besoins différents, il est fortement recommandé de prendre conseil auprès de spécialistes pour s'assurer de la bonne santé de son arbre. Les principales différences de traitement résident dans la proportion et la fréquence de l'arrosage, l'ensoleillement (direct ou indirect), et la résistance au gel.

Généralement, les espèces locales rustiques supportent relativement bien les grands froids si le pot est suffisamment protégé des attaques du gel. Les espèces tropicales très couramment commercialisées sont logiquement plus fragiles. Elles demandent d'être hivernées dans un local qui peut être frais, mais surtout qui doit être lumineux et à humidité constante. Si l'on ne dispose pas d'un local de ce type (véranda, verrière, serre), il est plus prudent de s'orienter vers un bonsaï d'extérieur plus rustique.

Lire aussi
Le bonsaï : L'arrosage fait (presque) tout ! Le bonsaï : L'arrosage fait (presque) tout !

Par ce que l'eau est la principale nourriture d'un bonsaï, de la qualité de l'arrosage dépend la santé et la beauté de l'arbre. Quelques conseils. L'arrosage d'un bonsaï nécessite toutes les...

Le bonsaï : une histoire millénaire Le bonsaï : une histoire millénaire

Né en Egypte, développé en Chine puis codifié au Japon, l'art de la culture des arbres en pot remonte à 4 000 ans. Une formidable épopée planétaire qui n'a touché l'Europe finalement qu'assez...

Le bonsaï : L'art de la taille Le bonsaï : L'art de la taille

Un arbre miniature parfaitement structuré s'obtient en le sculptant régulièrement par une taille décidée des feuilles et des racines. Ce geste est l'essence même de l'art du bonsaï ! Outre la...

Le bon bonsaï pour bien débuter Le bon bonsaï pour bien débuter

Pour débuter dans cet art difficile de la culture en pot, les débutants préfèrent acheter un bonsaï déjà formé. Erreur ! Pour débuter dans la culture des bonsaï, il existe deux voies distinctes....

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Ida OL
    Je viens d'avoir un bonsai mix xian qui peu m'aider pour l'arrosage!merci
    Répondre à Ida OL
    Le 09/03/2013 à 13:19