La gestion différenciée

La gestion différenciée

Le principe de Gestion Différenciée est de plus en plus appliqué par les communes de France. Elle permet, sur un espace vert donné, d'adapter les techniques au milieu tout en contribuant au développement durable.

La technique de la Gestion Différenciée des espaces verts est apparue dans les années 1990. Elle est devenue pour la plupart des communes de France un standard pour aménager, entretenir et pérenniser les espaces verts urbains ou péri-urbains.

La Gestion Différenciée des espaces se traduit notamment par la mise en place au cas par cas de techniques particulières et adaptées en fonction du milieu. En d'autres termes, au lieu de traiter tous les espaces d'une même ville sur un mode uniforme, la Gestion Différenciée s'attache à adapter pour chaque espace vert un protocole de plantations et d'entretiens spécifiques en fonction de la nature des sols, du taux de fréquentation, des activités ludiques possibles...

La démarche vise plusieurs objectifs dont la création de nouveaux types d'espaces plus naturels et libres, la rationalisation des moyens humains, la gestion du patrimoine vert d'une ville selon des critères de développement durable...

Généralement, la mise en place d'une Gestion Différenciée par une commune s'accompagne d'un plan de gestion pluriannuel. L'existant est répertorié et étudié pour favoriser la réduction voire l'abandon de l'utilisation de produits phytosanitaires (herbicides, insecticides, engrais...) et autant que possible limiter l'apport en eau potable (implantation de systèmes de récupération d'eau, mise en place de systèmes d'économiseurs d'eau type arrosage goutte à goutte, déviation d'un écoulement pluvial...).

Les solutions préconisées s'inscrivent au cas par cas pour chaque espace vert. Le plan pluriannuel pose des objectifs à atteindre à des horizons divers (1 an, 3 ans, 5 ans...).

Comme on le voit, la Gestion Différenciée vise une amélioration constante des espaces en terme d'usage du public mais aussi de gestion au quotidien, de biodiversité dans une optique de développement durable.

Certains espaces en herbe pourront ainsi être exemptés de tonte après ensemencement de graminées pour favoriser la biodiversité facteur de moins de pesticides, d'autres espaces plus fréquentés pourront se voir planter d'espèces complémentaires pour parvenir à un équilibre des sols par exemple.

Dans la quasi majorité des cas, une réflexion plus globale est engagée concernant la réutilisation des déchets verts mis en compostage. Selon les cas, la Gestion Différenciée des espaces verts se fait de façon isolée ou s'inscrit dans une optique plus globale à l'échelle intercommunale par exemple pour faciliter le transfert de biodiversité (trame verte).

Lire aussi
Le label « Arbres d’Avenir Gestion écologique du patrimoine arboré® » Le label « Arbres d’Avenir Gestion écologique du patrimoine arboré® »

« Arbres d’Avenir Gestion écologique du patrimoine arboré® » Pas de surprise ! Un label 100% écologique, respectueux des arbres, indépendant des syndicats professionnels, fédérateur, et...

La gestion naturelle du jardin Camifolia La gestion naturelle du jardin Camifolia

Philippe GUINHUT, responsable technique nous explique la gestion naturelle du jardin Camifolia, un jardin de plantes médicinales, aromatiques et tinctoriales à CHENILLE-MELAY (49) Il faut adapter...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Vos commentairesAjouter un commentaire