Le Parc Napoléon à Vichy (03)

Le lac des cygnes au Parc Napoléon III à Vichy

Le Parc Napoléon à Vichy compose avec le Parc Kennedy l'ensemble connu sous le nom des Parcs de l'Allier. Sa richesse botanique s'est construite au fil des décennies par la superposition de plantations autochtones et exotiques.

En 1861, un décret impérial décide de la création de nouveaux parcs à Vichy. Ces nouveaux parcs, connus sous le nom de Parcs d'Allier se situent sur l'emplacement d'un bras secondaire de l'Allier asséché grâce à la création d'une digue. Ce vaste espace de 13 hectares en forme de croissant est divisé en deux par une route débouchant sur un pont franchissant l'Allier : d'un côté (en amont du pont) le Parc Kennedy et de l'autre (en aval du pont), le Parc Napoléon. Ce vaste espace vert donne un aspect original à la ville en faisant le lien entre la frange urbaine et la nature sauvage des rives de l'Allier.

Aménagé par Jean-François Radoult de Lafoss, ce parc s'inspire largement des influences romantiques de la vague anglaise très en vogue à l'époque Il est dans la même veine que le Bois de Boulogne, le Bois de Vincennes, les Buttes Chaumont et le parc Montsouris à Paris.

Le Parc Napoléon est la partie la plus ancienne des Parcs de l'Allier correspondant au parc Napoléon III. A l'origine, une rivière artificielle sillonnait le parc mais elle fut supprimée en 1867 pour ne garder que le bassin aux Cygnes. Les allées du parc s'inscrivent en prolongement des voies thermales.

La conception paysagère du Parc Napoléon est qualifiée de campagnarde (tracé pictural simpliste, sans séquence paysagère définie). Les promeneurs y découvrent une riche collection de plantations botaniques datant de différentes époques. Les plus anciennes se caractérisent par des bosquets mono-spécifiques, composés d’essences locales (acacias, érables, sorbiers, marronniers, bouleaux, tilleuls, pruniers Sainte-Lucie ou peupliers) et des bosquets plus exotiques (catalpas, féviers, arbres de Judée, muriers, Macluras et savonniers).

Au déclin de ces premières plantations temporaires de création, des végétaux plus rares ou plus prestigieux furent plantés de façon isolée comme des cèdres et des séquoias mais aussi des platanes et des hêtres pourpres en bosquets.

En février 1935, après le passage d'une violente tempête sur la région, les gros peupliers furent décimés sous la fureur des vents. On les remplaça par une collection d’essences issues de tous les continents. Cette superposition de plantations et la rareté botanique des essences forment le charme et l'intérêt du Parc Napoléon.

Si les bosquets mono-spécifiques sont aujourd'hui moins présents qu'aux origines, le parc y gagne en diversité. Parmi les éléments remarquables, on peut noter notamment des Gincko billoba, des Sequoiadendron gigantes, des Morus alba... Au total le parc Napoléon compte 818 arbres.

Lire aussi
Le parc des Sources à Vichy (03) Le parc des Sources à Vichy (03)

L'histoire du Parc des Sources de Vichy se confond avec celle de la station thermale. Mondain et élégant, le plus ancien parc de la ville d'eau est l'endroit où palpite l'âme de la station. Le Parc...

Le parc du chemin de l'île à Nanterre (92) Le parc du chemin de l'île à Nanterre (92)

Le parc du chemin de l’Ile inauguré en 2006 à Nanterre est un jardin exemplaire. Sa conception reprend tous les principes de l'éco-diversité avec un vrai travail mené sur l'épuration de l'eau...

Le parc Matisse de Lille (59) Le parc Matisse de Lille (59)

Véritable cœur de nature en plein quartier des affaires de Lille, le parc Matisse rend hommage au célèbre peintre né au Catteau en 1869, tout près de Cambrai. Le parc Matisse est implanté sur...

Le Parc du château de Groussay (78) Le Parc du château de Groussay (78)

Le parc privé du château de Groussay s'étend sur 30 hectares en région parisienne, et plus précisément à Montfort l'Amaury près de Rambouillet. Il offre à ses visiteurs une magnifique leçon de ce...

Vos commentairesAjouter un commentaire