Le parc national de la Réunion

Le parc national de la Réunion

Le parc national de la Réunion a été officiellement créé le 5 mars 2007. Il abrite sur son territoire l'un des plus riches écosystèmes de forêt tropicale océanique de la planète.

Le parc national de la Réunion couvre 42% de la surface de l’île de la Réunion soit 105 447 ha. Sa création en mars 2007 vise à préserver un ensemble exceptionnel d’écosystèmes non perturbés de forêt tropicale océanique. La particularité de ce parc tient à sa faune et sa flore endémiques mais aussi à son étagement de 0 à 3 000 m d'altitude. Autant dire que ce parc offre une grande diversité des habitats et des espèces.

Le coeur du parc englobe ainsi des écosystèmes représentatifs des Mascareignes et de très grand intérêt écologique. Le coeur du parc est d'un seul tenant.  Il englobe les réserves naturelles préexistantes (Roche-Ecrite, Mare-Longue, et les zones de protection du pétrel de Barau). La quasi-totalité (99.9%) de sa surface est classée en Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), et est constitué de 93 300ha (88.4%) d’habitats primaires.

Deux zones habitées ont été préservées dans le périmètre du coeur du Parc : les îlets de Mafate et celui des Salazes (col du Taïbit). Plusieurs zones cultivées ont également été maintenues en coeur de Parc : zones d’élevage (Piton de l’Eau), cultures vivrières et de géranium (Sans-Souci), forêts cultivées et  friches de théiers (Plaine-des-Palmistes).

Une flore et une faune exceptionnelles

Le parc national de la Réunion se caractérise par une flore d’une grande richesse en espèces endémiques (espèces que l’on ne trouve qu’à La Réunion). Ces espèces insulaires représentent 40% des 600 espèces de plantes à graines, 10% des 240 fougères et prèles et 13% des 650 bryophytes connues actuellement (mousses, hépatiques..). Cette spécificité floristique abrite une faune d’une grande originalité.

Si les vertébrés sont peu nombreux (43 espèces dont 13 endémiques) dont l'endormi, nom commun créole du caméléon de la Réunion, ou encore le Tangue, un rongeur de la famille des rats qui rappelle un hérisson., du côté des invertébrés, c'est la profusion (plus de 2000 espèces différentes). Pour ces derniers, un fort taux d'endémisme est relevé (40% pour certains groupes).

Des paysages naturels époustouflants

La forte dénivellation du parc laisse présager une très forte variété des paysages. Et en effet, sur cette île au passé volcanique fort, les gorges profondes alternent avec de large planèzes et des cirques impressionnants. Au coeur de cette luxuriance, le promeneur ne peut que s'émerveiller de tant de beauté tourmentée par le temps, l'érosion et la végétation anarchique !

Lire aussi
La forêt de l'île de la Réunion La forêt de l'île de la Réunion

La forêt primaire réunionnaise est en tout point remarquable. Elle concentre en son sein une biodiversité et des écosystèmes forestiers tropicaux de référence. La conservation de ce patrimoine...

Les réserves biologiques de l'ile de la Réunion Les réserves biologiques de l'ile de la Réunion

Pour protéger les espaces forestiers remarquables de l'ile de La Réunion, l'Etat français a opté depuis 1981 pour la création de réserves biologiques. Ces espaces, gérés par l'ONF, sont ouverts en...

Le parc national de Saguaro (USA, Arizona) Le parc national de Saguaro (USA, Arizona)

Visite au parc parc national de Saguaro dans l'Arizona ou le sage du désert vous attend ! Le parc national de Saguaro est situé au sud-est de l’état de l’Arizona dans le désert de...

Un nouveau parc national entre Champagne et Bourgogne Un nouveau parc national entre Champagne et Bourgogne

Le 27 juillet dernier, le Premier ministre François Fillon a annoncé le nom du site retenu pour le création du futur parc national de forêts de feuillus en plaine : "Entre Champagne et Bourgogne"....

Vos commentairesAjouter un commentaire