Au Jardin Au Jardin TV Annuaire Jardin Troc Jardin Web Plongée

Cruche à eau d'Albany

Cephalotus follicularis

Cruche à eau d'Albany, Cephalotus follicularis
Famille: Céphalotacées
Origine: Sud-Ouest de l'Australie
Période de floraison: été
Couleur des fleurs: blanche ou vert très pâle, sans pétales
Exposition: légèrement ombrée à plein soleil
Type de sol: tourbeux et sablonneux
Acidité du sol: acide
Humidité du sol: humide mais pas détrempé
Utilisation: pot, terrarium, serre maintenue hors gel de préférence
Hauteur: 10 cm - plante rampante
Type de plante: curiosité décorative
Type de végétation: vivace
Type de feuillage: persistant si la plante est protégée des gelées
Rusticité: résiste à de faibles gelées
Plantation, rempotage: pas de période préférentielle - éviter de déranger les racines dans la mesure du possible
Méthode de multiplication: bouturage de feuilles et de racines, division de touffes, semis au chaud après 3 mois de stratification des graines
Taille: pas de taille
Maladies et ravageurs: champignons en cas de conditions trop humides et peu lumineuses persistantes ; cochenilles
Toxicité: aucun risque ni pour vos doigts ni pour vos animaux de compagnies
Espèces, variétés intéressantes: Le genre Cephalotus est monospécifique mais plusieurs cultivars existent, parmi lesquels le 'Giant', 'Hummer's Giant' et 'German Giant', dont les différences résident essentiellement dans la taille et dans la couleur des pièges. Tous restent relativement semblables à l'espèce.
partager sur facebookPartager sur Facebook
twitterPartager sur Twitter

Cephalotus follicularis est une plante carnivore rare de distribution très limitée puisqu'elle est endémique d'une zone restreinte de la côte Sud-Ouest de l'Australie, au Sud de Perth, en climat de type méditerranéen. Cette plante est remarquable par ses deux types de feuillage : d'une part des feuilles simples uniquement destinées à la photosynthèse, et d'autre part des pièges extrêmement élaborés spécialisés dans la capture des insectes rampants tels que les fourmis, attirés par le nectar sucré que la plante sécrète.

Ce sont des urnes de structure similaire à celle des Nepenthes, avec un impressionnant péristome denté, et surmontées par un opercule protecteur doté de fenêtres qui laissent passer la lumière afin d'éclairer la cavité où coule le nectar sucré… C’est en s’aventurant sur les « dents » très glissantes que les insectes finissent par tomber dans le liquide contenu au fond des ascidies, où ils se noient et se font digérer par des enzymes. L'intérieur de l'urne est glissant lui aussi et surtout très lisse, de façon à ne laisser aucun point d'accroche aux insectes. L’ensemble est très coloré, ce qui constitue un facteur d’attraction supplémentaire. Quelle stratégie !

Sa floraison, quant à elle, est non moins remarquable : non pas que les fleurs sont d'une grande beauté, mais elles sont dépourvues de pétales.

Le saviez-vous ?

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire