A LA UNE »
Poulet basquaise

Comment bouturer un rosier en début d'été ?

Bouturer les rosiers  est possible en juillet : tiges de rose en bouquet ou rameaux prélevées sur buisson, ces boutures encore tendres permettent un enracinement rapide, puis un repiquage en place dès l’automne.

Je m'abonne 

Si le bouturage des rosiers est le plus souvent préconisé en septembre, il faut savoir qu’il est possible de bouturer aussi ses roses au début d’été, soit courant juillet et même en juin. Époque des premières roses, de la floraison abondante et plus ponctuelle des rosiers anciens, il n’est pas rare qu’on vous offre alors un bouquet de roses en provenance du jardin, dont certaines, voire toutes, vous donnent envie de les cultiver. Lorsque les roses de votre bouquet commencent à faner, vous pouvez tenter de les bouturer !

Comment préparer la bouture pour optimiser la reprise ?

La bouture de juin/juillet se fait à partir de la tige sous les fleurs :

  • une longueur de bouture de 20 centimètres environ est convenable.

  • le bouquet ou la rose terminale, défleuri, est coupé.

  • les feuilles sont presque toutes enlevées, coupées proprement, sauf 2 ou 3 folioles bien vertes qui sont laissées. En effet, diminuer la surface foliaire va limiter la transpiration et donc les pertes d’eau de la bouture. La plante transpire par ses stomates, les organes responsables des échanges gazeux.

  • avec un instrument aiguisé, le bas de la bouture est coupé proprement en biseaux. De mème, 2 ou 3 scarifications longitudinales de 2 cm sont incisées. On peut aussi décoller parcimonieusement sans la casser un peu de l’écorce souple et verte. Cette scarification n’est pas indispensable, mais elle augmente la surface cicatricielle, où se crée un cal, et une concentration de l’auxine, l’hormone d’enracinement naturelle de la plante.

Les potées à boutures

Les boutures seront rassemblées à plusieurs dans un même pot, dans un mélange léger qui ne se compacte pas pour faciliter le repiquage sans abîmer les racines fragiles : tel un mélange de terreau (sans ajout d’engrais) et de gravier fin ou sable grossier.

En dehors du côté pratique, rassembler plusieurs boutures assez serrées peut aider les plus récalcitrantes à raciner par un jeu d’hormone. Si certaines boutures produisent beaucoup d’hormone d’enracinement ; celle-ci peut diffuser vers une bouture proche qui en fait peu et lui permettre de s’enraciner.

Mélanger plusieurs variétés de boutures peut être donc intéressant à condition de bien les étiqueter.

Utilisez un petit bâton pour forer un trou dans le pot avant d’enfoncer le rameau. Il ne faut pas tordre l’extrémité.

La terre est tassée légèrement, la potée est arrosée en profondeur.

Mettre la bouture à l’étouffée

Pour éviter aux boutures de rosier de sécher avec les courants d’air ou de transpirer plus que leur réserve ne le supporterait, les boutures sont enfermées dans un espace clos. ‘L’étouffée’ peut être fait en enfermant le tout dans un sachet plastique, mais si vous faites la chasse au plastique, un bocal fait tout à fait l’affaire tout en étant bien plus esthétique.

Ces boutures doivent rester en atmosphère humide jusqu’à ce quelles commencent à s’enraciner, soit entre 6 et 8 semaines. Elles montreront leur bonne volonté par un début de croissance.

Les boutures à l’étouffée sont maintenues à l’ombre lumineuse et avec un substrat qui ne se dessèche jamais.

Faut-il mettre de l’hormone de bouturage ou non ?

La réponse n’est jamais claire, finalement. L’hormone de bouturage peut aider, mais a un effet défavorable lorsqu’elle est trop concentrée. De plus, ces hormones sont vite périmées et sans effet. Ce sera donc à votre jugement, sachant que pour beaucoup de variétés de rosiers, c’est possible de s’en passer, ce qui simplifie la vie ! Ces boutures de bois encore assez vert en ont plutôt moins besoin que les boutures de novembre.

Réussir ses boutures ou non 

Le taux de réussite du bouturage des rosiers est en lien avec la technique, mais pas seulement, car selon les variétés de roses, certaines racinent facilement et d’autres non. Quoi qu’il en soit, tenter plusieurs boutures d’une même variété permet de multiplier les chances.

Repiquage des boutures de rosiers

Fin septembre, les boutures qui veulent reprendre sont généralement enracinées. Le substrat allégé permet alors de les séparer facilement les unes des autres. Elles pourront avoir leur pot individuel de terre plus franche pendant 2 mois avant d’être repiquées en place, ou offertes à des amis.

Lire aussi
Rosier du père Hugo, Rosier jaune de Chine, Rosa hugonis Rosier du père Hugo, Rosier jaune de Chine, Rosa hugonis

Rosa hugonis est un rosier botanique, soit une espèce de rosier sauvage, appartenant à la grande famille des Rosacées. Proche du rosier sauvage européen, Rosa pimpinellifolia, le rosier...

Comment bouturer le lantana ? Comment bouturer le lantana ?

Le lantana n'en finit pas de charmer les visiteurs des jardins du Sud. Pour bouturer cette plante aux inflorescences en pompons vivement colorés, rien de plus simple, suivez le guide !

Rosier rugueux, Rosier du Japon, Rosa rugosa Rosier rugueux, Rosier du Japon, Rosa rugosa

Le rosier rugueux est un rosier sauvage aux roses simples rose à blanches qui produiront des cynorhodons comestibles.

La plantation d'un rosier La plantation d'un rosier

Comment et quand planter un rosier ? Cela varie selon le type type d'achat, en conteneur ou à racines nues.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • BRETECHE.MA (Normandie)
    Explications claires et essentielles :je vais essayer !
    Répondre à BRETECHE.MA
    Le 31/07/2020 à 02:26