La forêt de Princé à Chéméré

Je m'abonne 

Yves LEFEUVRE propriétaire de la forêt de Princé à Chéméré en Loire-Atlantique nous présente son histoire et sa gestion

L'histoire de la forêt de Princé

À l'époque des gaulois, tout le territoire était couvert de forêts. Par la suite, au cours du Moyen-âge, ont suivi des périodes de défrichages progressifs. On suppose ensuite que, au cours du 15 et du 16ème siècles, la Baronnie voisine ait procédé à des reboisements afin d'établir un grand territoire de chasse. Puis vint l'avènement des moines de l'ancienne Abbaye de Buzay, moines qui ont beaucoup oeuvré à l'assèchement des terres ainsi qu'à leur mise en culture et pâturage.

S'il y a deux cents ans, cette forêt comptait 2000 ha, aujourd'hui elle n'en compte plus que 600, le reste, les bonnes terres, étant converties en culture.

Les caractéristiques de la forêt de Princé

La forêt de Princé est essentiellement une forêt de production, et ce depuis longtemps, afin de répondre à la demande importante de bois pour la construction (charpente des maisons, charrettes...).

Un virage très net s'amorce dans les années 70, avec la réduction de l'utilisation du bois. Des essences résineuses sont alors introduites, car plus faciles à cultiver, plus faciles à abattre et de croissance plus rapide que les feuillus, notamment les chênes.

Les propriétaires de la forêt de Princé et leurs motivations

La même famille est propriétaire de cette forêt depuis environ 200 ans.

Les motivations qui animent le propriétaire actuel sont non seulement la conservation du patrimoine familial mais également son attachement au milieu forestier et sa passion pour les arbres.

Les difficultés rencontrées dans le cadre de la gestion d'une forêt

La première difficulté est d'avoir suffisamment de connaissances pour avoir la capacité à prendre des décisions dont les conséquences ne seront visibles que plusieurs dizaines d'années après.

Quelles seront les modifications du climat ? Que seront les modes d'exploitation, les besoins des clients ?... Va-t'on subir des feux de forêt, des tempêtes, des attaques de ravageurs ? Gérer une forêt c'est avant tout faire des choix mais également un grand travail d'observation.

Exemple de décisions qu'il a fallu réétudier : le cyprès de Lawson a été planté en essence noble et le chêne en essence d'accompagnement. Hors, coincés entre les cyprès, les chênes se sont développés en hauteur produisant de magnifiques troncs. Le chêne devient alors l'essence à cultiver avec le soutien du cyprès de Lawson.

Le personnel de la forêt de Princé

Une seule personne salariée travaille dans la forêt (temps de travail partagé avec d'autres propriétaires) pour la vente du bois, l'entretien courant  des allées et des layons de chasse (petits chemins) ou l'élagage et le défrichement, mais il est également fait appel à des entreprises extérieurs spécialisées.

Y a-il une gestion de la flore ?

Du fait des différents aléas climatiques, la forêt est de moins en moins cultivée en « mono-essence », comparé à ce qui se pratiquait dans les année 70-80.

Y a-il une gestion de la faune ?

Il est nécessaire de réguler la faune, par le contrôle du nombre d'animaux afin de privilégier la plus grande diversité (piégeages).

Du fait du peu d'intervention humaine dans la forêt, elle s'autorégulatrice et se régénère plutôt bien toute seule.

Les essences de la forêt de Princé

Historiquement on y trouve du chêne, du bouleau et du frêne. Ont été introduits des résineux (40 %), mais, comme le démontre l'exemple mentionné plus haut, les feuillus semblent reprendre leurs droits.

L'anecdote

Un fait historique des guerres de Vendée : les républicains ont encerclé la forêt dans laquelle s'était réfugiée l'insurrection vendéenne. 2000 personnes ont été massacrées. Une croix fut érigée dans les années 60, pour mémoire.

Lire aussi
La forêt de l'île de la Réunion La forêt de l'île de la Réunion

La forêt primaire réunionnaise est en tout point remarquable. Elle concentre en son sein une biodiversité et des écosystèmes forestiers tropicaux de référence. La conservation de ce patrimoine...

Le CNPMAI de Milly la forêt (91) Le CNPMAI de Milly la forêt (91)

Le Conservatoire National des Plantes à Parfum, Médicinales, Aromatiques et Industrielles abrégé en CNPMAI a été créé en 1987 à Milly-la-Forêt pour gérer, valoriser et conserver des plantes «...

LE TEMPS DES FORÊTS, un documentaire incontournable sur la forêt de demain LE TEMPS DES FORÊTS, un documentaire incontournable sur la forêt de demain

LE TEMPS DES FORÊTS le documentaire incontournable sur la forêt de demain. Un film de François-Xavier Drouet au cinéma dès le 12 septembre. Symbole aux yeux des urbains d'une nature authentique, la...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Vos commentairesAjouter un commentaire