Le gaura de Lindheimer

Bernard BUREAU des pépinières HORTIFLOR nous présente la gaura

Le Gaura lindheimeri, est parfois appelé fleur papillon, du fait de ses nombreuses fleurs délicates à la forme évocatrice, qui se balancent sur des tiges souples et flottent au vent.

Il existe des variétés à fleurs blanches ou rouges (un peu moins hautes que les premières).

D'une hauteur d'environ 1 mètre, le pied de gaura forme une touffe non envahissante.

Le gaura, une plante sans souci

Le gaura est réellement une plante vivace sans souci. Sa floraison débute dès le mois de mars et va se prolonger jusqu'aux gelées sans que vous aillez à vous occuper de lui, ou presque ! Ses besoins se limitent à une terre de jardin ordinaire et un peu d'eau si nécessaire.

Il n'est même pas utile de couper les fleurs fanées, vu qu'elles disparaissent d'elles mêmes pour laisser la place aux nouvelles.

Son exposition préférée est le soleil ; sa floraison est alors extraordinaire. Mais il se satisfera également d'un emplacement mi-ombragé.

Dans les régions très froides, vous pouvez lui installer un petit paillis au pied pour l'aider à passer l’hiver.

Multiplier les gauras

La variété blanche (espèce type) peut se multiplier par semis, mais tous les autres cultivars se multiplient par bouturage ou par division de souche : à partir de la Toussaint, déterrez vos pieds de deux ou trois ans, et sectionnez-les à l'aide d'une bêche, puis replantez les éclats.

Un petit toilettage à l'automne, et c'est tout

Une fois la longue floraison terminée (après les premières gelées), un petit toilettage s'impose : réduisez les tiges florales. Procédez une deuxième fois si besoin à la sortie de l'hiver. Ceci va permettre à la plante de repartir de la base, pour offrir une nouvelle et abondante floraison.

Lire aussi
Gaura de Lindheimer, Gaura lindheimeri Gaura de Lindheimer, Gaura lindheimeri

Originaire du continent nord–américain, Gaura lindheimeri est une plante vivace à vie brève, environ 3 à 4 années. Pour compenser cette vie un peu courte, ces plantes fleurissent abondamment...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Dixjockey (Bretagne)
    À l'attention de Monsieur Bureau des pépinières Hortiflor. J'ai regardé avec un intérêt particulier votre vidéo sur le physalis péruviana. J'ai testé un petit truc l'année passée pour freiner le mildiou de la tomate avec des feuilles de physalis. J'enroule une feuille de physalis sur la tige principale du plant de tomates à la base d'un bouquet de fleurs de tomates et je maintiens avec une pince à linge, du rafia, du bolduc ou tout autre lien. Je me suis aperçu que le mildiou ne progresse pas.
    Répondre à Dixjockey
    Le 27/06/2015 à 10:45