Le jardin de la Perrine à Laval

Thierry THEOT des espaces verts de LAVAL nous présente le jardin de la Perrine.

Je m'abonne 

Le jardin de la Perrine et son histoire

Les premières traces du jardin de la Perrine à Laval apparaissent dans les années 1250. On perd ensuite sa trace jusque dans les années 1700. Le curé d'une commune voisine en a fait l'acquisition et y a fait construire une folie à l'entrée du jardin, (une résidence de plaisance entourée de bois, élément d'architecture très en vogue à cette époque).

En 1885, le lieu est perdu aux jeux par son propriétaire. C'est à cette période que la ville de Laval rachète l'endroit. L'architecte de la ville, Léopold Ridel, dessine alors le plan du jardin, qui est toujours d'actualité. La roseraie est crée en 1920.

L'équipe du jardin 

7 personnes travaillent à plein temps au jardin de la Perrine : le jardinier responsable du secteur Haute Ville et 6 jardiniers polyvalents, qui, en plus de leurs multiples activités ont un domaine d'intervention bien défini : la roseraie, les vivaces, l'animalerie, le pollinarium, la tonte...

L'organisation du jardin 

Le jardin de la Perrine se compose de deux espaces distincts : le jardin à la française et le jardin à l'anglaise. Entre les deux, se trouve l'animalerie qui contribue à l'image identitaire du jardin de la Perrine. C'est un lieu que les enfants affectionnent particulièrement. Oiseaux, canards, lapins, chèvres... sont les atouts du jardin, en plus des 4,5 ha de verdure en plein centre-ville !

Vient ensuite la roseraie d'inspiration française, et, en s'enfonçant un peu plus dans le jardin, on tombe sur l'espace des vivaces. On compte environ 60 espèces d'arbres (avec de temps en temps l'introduction de nouvelles espèces types de moins de 10 mètres).

La vocation du jardin de la Perrine

Le jardin de la Perrine est conçu d'abord pour accueillir les familles à la recherche d'un petit coin de nature pour se balader. Mais les amateurs de botanique y trouvent aussi leur compte avec la reconnaissance de plantes, et notamment des arbres.

La gestion du jardin

Les deux bassins du jardin fonctionnent en circuit fermé de plusieurs filtres. Des bactéries sont apportées au printemps et permettent d'obtenir une eau claire même dans la « mare aux canards ». Outre le fait que ce système soit très efficace, son fonctionnement est très économique en eau.

Pour se débarrasser des mauvaises herbes, les jardiniers utilisent soit le brûleur, soit la binette. Le piétinement des gens, fait le reste ! Le jardin de la Perrine n'utilise pas de produit phytosanitaire.

Le principal problème vient du vandalisme (exécution d'animaux, vol de plantes).

L'origine des plantes du jardin de la Perrine

La plupart des plantes du jardin proviennent des pépinières de la région : les arbres et les arbustes sont achetés dans les pépinières locales ou françaises, et les plantes à massifs annuelles, bisannuelles, ainsi qu'une bonne partie des plantes vivaces, sont issues du centre horticole de la ville de Laval.

Le plus du jardin de la Perrine

Vu de l'extérieur, le jardin de la Perrine ne laisse rien deviner de tous les trésors qu'il renferme. Le nouveau visiteur en ressortira obligatoirement impressionné.

Et à l'ombre des plantes, reposent, sous une dalle de pierre, les cendres du douanier Rousseau.

Lire aussi
Le ginkgo biloba, l'arbre aux quarante écus Le ginkgo biloba, l'arbre aux quarante écus

Thierry THEOT responsable du secteur Haute Ville à LAVAL nous présente le Ginkgo biloba du jardin de la Perrine

Didier Danet, Le Jardin Jour & nuit pour Ma Maison, Mon Jardin Didier Danet, Le Jardin Jour & nuit pour Ma Maison, Mon Jardin

Dans le cadre de Jardins jardin 2014 aux Tuileries, Didier DANET a proposé pour Ma Maison, Mon Jardin, une vision conceptuelle d'un jardin de jour et de nuit. Le parcours[...]

Le jardin à la Française Le jardin à la Française

Le jardin à la Française en opposition au jardin anglais porte à son apogée l'art de l'ordre et de la symétrie. Un art majeur voulu par le Roi Soleil et[...]

Créer un jardin manège Créer un jardin manège

Gérard BOURGES nous présente un jardin manège, un jardin rond permettant une rotation simple des cultures.

Vos commentairesAjouter un commentaire