Le paillage

Stéphane LORIOT du Parc Naturel de la Haute Vallée de Chevreuse nous conseille sur le paillage et sur l'intérêt de le pratiquer

Le paillage permet de faire une économie de temps, une économie d'énergie, une économie d'arrosage, mais il permet également de nourrir le sol (et donc les plantes), car, comme le sait tout bon jardinier qui se respecte : le sol est vivant.

La vie du sol et les relations symbiotiques

Le sol est loin d'être stérile. Le bois tombé au sol, les paillis organiques ou le BRF produisent, lorsqu'ils se décomposent, des champignons dont les longs filaments vont aller à la rencontre des racines des plantes avoisinantes avec lesquelles ils entrent en symbiose : c'est ce qu'on appelle les mycorhizes.

Une relation « gagnant-gagnant s'installe : d'un côté, la plante « connectée » distribue au champignon le sucre qu'elle produit grâce à la photosynthèse, et de l'autre côté, le champignon, qui a une très grande capacité à capter les sels minéraux du sol, les redistribue à la plante : c'est donc une aide précieuse pour son développement et sa croissance.

Toute matière organique est-elle bonne à pailler ?

Le jardinier peut pailler avec tous types de végétaux, y compris avec des déchets de résineux, des écorces, des ronces en pelote ou en copeaux, des branches jeunes ou vieilles...

Dans l'idéal, un paillis équilibré est un paillis diversifié.

Quelles précautions prendre avec les déchets de tonte ?

Il est toujours compliqué de gérer les déchets de tonte. Certes, ils peuvent être utilisés comme paillis. Ils peuvent être également compostés. Mais dans les deux cas, il faut qu'ils soient mélangés à d'autres matières organiques pour éviter qu'ils se compactent et qu'ils forment des plaques imperméables.

La façon la plus simple de recycler les déchets de tonte, est de mulcher ; c'est à dire de les laisser sur la pelouse tondue, après avoir été coupés très fin par la tondeuse. Ainsi, ils nourrissent le sol (puis le gazon) en se décomposant

L'entretien d'un paillis

L'entretien se limite à le maintenir toujours, et en toute saison, à 10 cm d'épaisseur. Il faut donc penser à le réapprovisionner au fur et à mesure qu'il se décompose.

Ensuite, pour parfaire l'aspect visuel, vous pouvez être amené à le « nettoyer », mais cela n'est, bien sur, pas une nécessité.

Le travail du jardinier se fait essentiellement en amont, mais quel gain de temps par la suite !

Le paillage : un geste essentiel

Pailler, associé à d'autres gestes, comme faire des tas de bois et des tas de pierres, ou bien semer des plantes qui attirent les auxiliaires, permet de ne pas avoir recours aux produits de traitement, chimiques ou même bio.

Ainsi, le jardin reste un plaisir, et n'est plus une corvée. Le seul outil de jardinage utilisé dans ses conditions est le râteau, pour ramener les feuilles au pied des arbres.

Lire aussi
Le paillage, secret de réussite au jardin Le paillage, secret de réussite au jardin

Gilles COLINET de la pépinière Jean HUCHET vous explique que le paillage est le secret de la réussite d'un jardin.  Le premier effet du paillage est de préserver l'humidité du sol, le deuxième...

Le paillage Le paillage

Le paillage est une technique de jardinage offrant de nombreux avantages au jardin. Il est apparu dans les années 50 aux Etats-Unis et est désormais utilisé aujourd'hui par de nombreux...

Le paillage minéral Le paillage minéral

Mathieu DELAUNAY de l'entreprise Espace Création à Châteaubriant nous explique la mise en place d'un paillage minéral Les avantages du paillis minéral Le paillis minéral, comme la plupart des...

Le paillage, en quoi consiste-t-il ? Le paillage, en quoi consiste-t-il ?

Au jardin naturel, le paillage consiste à couvrir le sol, autour des plantations, avec des paillis constitués par différents matériaux d’origine naturelle organique ou minérale. L’homme...

Vos commentairesAjouter un commentaire