Pourquoi bêcher en hiver ?

Gérard BOURGES nous explique quelle est la raison pour laquelle un bêchage peut-être utile en hiver

Jardiner sans retourner le sol

Gérard Bourges n'est pas un défenseur du bêchage : comme beaucoup de jardiniers bio, il est convaincu que retourner le sol est une pratique qui apporte plus d'inconvénients que d'avantages à la santé du jardin, même si traditionnellement, le paysan retourne sa terre. L'inconvénient majeur de cette pratique réside dans le fait que, lors du bêchage, la couche de surface se retrouve enfouie en profondeur, ce qui perturbe la structure du sol et les micro-organismes qui y vivent.

Aussi, de nos jours, le jardinier bio se contente d'ameublir la terre sans la retourner, sur une profondeur d'un fer de bêche.

Ceci, à une exception près : dans le cas d'un sol lourd et compact, d'une terre argileuse. On l'appelle parfois, et très justement, « terre amoureuse », car elle se trouve être très collante.

Le bêchage d'une terre argileuse

Les terres argileuses sont des sols très durs à travailler, surtout au printemps lorsque le sol doit être souple, aéré et émietté, avant de recevoir ses premières semences.

La seule solution pour pouvoir cultiver les terres collantes est de les bêcher.

Ce travail est effectué au cours des mois de novembre et décembre, lorsque le temps le permet (sans pluie, ni gel).

Le jardinier pratique alors ce que l'on appelle un « gros » bêchage : munit de la bêche, il soulève la terre en faisant des mottes. Ces mottes sont ensuite laissées telles quelles, en place, sans être émiettées et sans niveler le sol.

Durant l'hiver, sous l'action du gel, l'eau emprisonnée dans la terre et dans les mottes se dilate. La dilatation va avoir pour effet de déstructurer et décompacter le sol.

Au printemps, lorsque le soleil a suffisamment réchauffé et séché le sol, le jardinier peut intervenir.

Le travail du jardinier au printemps

La terre labourée va commencer à sécher au cours des mois de mars / avril. Lorsque le jardinier va débuter le travail du sol pour préparer ses premiers semis, la terre va s'émietter et se laisser travailler beaucoup plus facilement que si elle n'avait pas été bêchée.

Jardiner sans retourner le sol

Gérard Bourges n'est pas un défenseur du bêchage : comme beaucoup de jardiniers bio, il est convaincu que retourner le sol est une pratique qui apporte plus d'inconvénients que d'avantages à la santé du jardin, même si traditionnellement, le paysan retourne sa terre. L'inconvénient majeur de cette pratique réside dans le fait que, lors du bêchage, la couche de surface se retrouve enfouie en profondeur, ce qui perturbe la structure du sol et les micro-organismes qui y vivent.

Aussi, de nos jours, le jardinier bio se contente d'ameublir la terre sans la retourner, sur une profondeur d'un fer de bêche.

Ceci, à une exception près : dans le cas d'un sol lourd et compact, d'une terre argileuse. On l'appelle parfois, et très justement, « terre amoureuse », car elle se trouve être très collante.

Le bêchage d'une terre argileuse

Les terres argileuses sont des sols très durs à travailler, surtout au printemps lorsque le sol doit être souple, aéré et émietté, avant de recevoir ses premières semences.

La seule solution pour pouvoir cultiver les terres collantes est de les bêcher.

Ce travail est effectué au cours des mois de novembre et décembre, lorsque le temps le permet (sans pluie, ni gel).

Le jardinier pratique alors ce que l'on appelle un « gros » bêchage : munit de la bêche, il soulève la terre en faisant des mottes. Ces mottes sont ensuite laissées telles quelles, en place, sans être émiettées et sans niveler le sol.

Durant l'hiver, sous l'action du gel, l'eau emprisonnée dans la terre et dans les mottes se dilate. La dilatation va avoir pour effet de déstructurer et décompacter le sol.

Au printemps, lorsque le soleil a suffisamment réchauffé et séché le sol, le jardinier peut intervenir.

Le travail du jardinier au printemps

La terre labourée va commencer à sécher au cours des mois de mars / avril. Lorsque le jardinier va débuter le travail du sol pour préparer ses premiers semis, la terre va s'émietter et se laisser travailler beaucoup plus facilement que si elle n'avait pas été bêchée.

Lire aussi
Que faire ou ne pas faire au jardin en hiver ? Que faire ou ne pas faire au jardin en hiver ?

Gérard BOURGES nous parle du jardin en hiver. Que peut-on y faire ? Quand peut-on intervenir ? Que peut-on planter ? Quel entretien ? Que peut-on tailler ? En hiver, les activités de jardinage font...

Les joies du jardin en hiver Les joies du jardin en hiver

Gérard BOURGES nous parle des joies du jardin en hiver et ses rencontres imprévues avec les petits animaux du jardin Un jardinier qui se rend au jardin, ce n'est pas forcément pour y travailler,...

Pourquoi et comment utiliser son purin ? Pourquoi et comment utiliser son purin ?

Gérard BOURGES d'Au Jardin des Cistes nous explique pourquoi et comment bien utiliser son purin d'ortie ou de consoude ? Le sol, un réservoir de nourriture pour les plantes Le sol a besoin d'être...

Le paillage d'hiver, pourquoi et comment ? Le paillage d'hiver, pourquoi et comment ?

Couvrir le sol en hiver avec un paillage est un geste bien plus important qu'il n'y paraît. Trop souvent laissé à nu lors de cette période, il se trouve malmené par les éléments. Voyons pourquoi et...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Yacoub Béchir (Moknine Tunisie)
    Merci beaucoup pour cette publication "Pourquoi bêcher en hiver ?" j'ai adoré encore merci.
    Répondre à Yacoub Béchir
    Le 10/12/2017 à 23:44