L'usage des plantes sauvages

Alexandra TESSIER, ingénieur agroéconomiste nous explique quels sont les différents usages des plantes sauvages.

Alexandra a toujours été passionnée par les plantes de manière générale. Elle a démarré sa formation avec un bac scientifique - option botanique pour ensuite devenir ingénieur agronome. Après plusieurs années de travail et toujours passionnée de plantes, elle est repartie en formation presqu'un an, dans divers centres d'enseignements liés à la filière des plantes aromatiques et médicinales (métier de cueilleur : savoir les identifier dans leur milieu, les récolter, les transformer et les commercialiser).

Quelle place tenaient les plantes il y a plusieurs millénaires ?

Pendant des millions d'années, l'homme a été chasseur, cueilleur, pécheur ; les plantes tenaient donc une place importante dans leur diversité alimentaire. Cela s'est transformé assez récemment, il y a 10 à 12 000 ans, au moment de la sédentarisation et de l'apparition de l'agriculture. Si l'homme y a gagné en sécurité alimentaire, des études montrent que son état de santé en a pâti.

Y a-t-il un regain d'intérêt pour les plantes aujourd'hui ?

Depuis quelques décennie, on note un changement du regard que la société porte sur les plantes sauvages. On se rend compte du bénéfice qu'elles apportent à notre santé (apports de vitamines, minéraux et autres composants utiles à notre alimentation), mais elles bénéficient également d'un regain d'intérêt plus global pour la nature, du besoin de se reconnecter aux saisons. Donc, les gens prennent plaisir à sortir, donne un objectif à leurs balades, comme cueillir les ingrédients de la soupe du soir ou découvrir les plantes locales. En cuisine, les plantes sauvages offrent des saveurs et des textures que l'on ne trouve pas forcément dans le panel assez restreint des légumes classiques.

Quels sont les bienfaits des plantes sur la santé ?

Hormis le fait que de sortir de chez soit, avec le panier à la main, fait faire de l'exercice et booste le moral, une plante qui pousse dans son milieu naturel a une concentration en principes actifs (vitamines, minéraux..) plus importante qu'une plante cultivée. Puis il y a bien sur le plaisir du goût !

Exemples de plantes à cueillir

Parmi les « simples » (plantes médicinales et aromatiques) qui contiennent beaucoup d'huiles essentielles, on a : la menthe, les sauges, les lavandes, le romarin... on les connait bien parce qu'aujourd'hui elles sont cultivées et sont entrées dans les jardins.

D'autres sont un peu plus oubliées mais ont été longtemps utilisées. C'est le cas du plantain (qui pousse dans les lieux piétinés, près des habitations) qui est facile à identifier et qui est tellement riche en principes actifs qu'il agit sur différentes sphères (respiratoire, digestive...).

L'ortie, très utilisée comme complément alimentaire ou plante médicinale sous différentes formes (fraîche, sèche, gélule, macérat) est très riche en protéine, calcium, silice...

Quels sont les principes de précaution à respecter avant de cueillir une plante ?

Le premier point essentiel est de bien reconnaître les plantes afin d'éviter les plantes toxiques. Compte tenu du nombre de plantes que contient notre flore, il en existe très peu de toxiques. Sur plusieurs milliers de plantes, une centaine à peine sont à connaître.

Sans le savoir, dans notre alimentation quotidienne on utilise des plantes très toxiques, comme les tomates ou les pommes de terre ; sauf qu'on ne consomme que certaines parties, lorsqu'elles sont récoltées à des stades de maturité adéquats.

Il existe des livres à emporter lors des balades qui donnent les indications nécessaires à l'identification des plantes.

Il est possible également de faire des sorties avec des accompagnateurs compétents, pour prendre confiance.

Des idées de recettes

Internet et la littérature regorge de recettes à base de plantes sauvages. Pour commencer, vous pouvez utiliser des plantes faciles à trouver et à identifier, comme le plantain, le pissenlit ou l'ortie. On peu retrouver l'ortie dans des recettes de gâteaux au chocolat, de lasagnes ou de pesto.

Que doit-on faire en premier lieu si l'on souhaite connaître les plantes sauvages ?

La première chose est d'être curieux. Ensuite, il est important de rester humble par rapport à ses connaissances, de ne pas hésiter à vérifier, comme on le fait avec les champignons, au près de connaisseurs (botanistes, naturalistes qui font partis d'associations).

Comment savoir si une plante est comestible ?

Il existe des ouvrages de référence, notamment ceux de François Couplant (Ethnobotaniste).

Y a-t-il toujours autant d'espèces aujourd'hui qu'autrefois ?

À l'échelle mondiale, 20% des espèces végétales sont menacées de disparition (agriculture, urbanisation, déforestation....). Certaines ont une capacité d'adaptation ou de dissémination plus importante que d'autres.

Alexandra a toujours été passionnée par les plantes de manière générale. Elle a démarré sa formation avec un bac scientifique - option botanique pour ensuite devenir ingénieur agronome. Après plusieurs années de travail et toujours passionnée de plantes, elle est repartie en formation presqu'un an, dans divers centres d'enseignements liés à la filière des plantes aromatiques et médicinales (métier de cueilleur : savoir les identifier dans leur milieu, les récolter, les transformer et les commercialiser).

Quelle place tenaient les plantes il y a plusieurs millénaires ?

Pendant des millions d'années, l'homme a été chasseur, cueilleur, pécheur ; les plantes tenaient donc une place importante dans leur diversité alimentaire. Cela s'est transformé assez récemment, il y a 10 à 12 000 ans, au moment de la sédentarisation et de l'apparition de l'agriculture. Si l'homme y a gagné en sécurité alimentaire, des études montrent que son état de santé en a pâti.

Y a-t-il un regain d'intérêt pour les plantes aujourd'hui ?

Depuis quelques décennie, on note un changement du regard que la société porte sur les plantes sauvages. On se rend compte du bénéfice qu'elles apportent à notre santé (apports de vitamines, minéraux et autres composants utiles à notre alimentation), mais elles bénéficient également d'un regain d'intérêt plus global pour la nature, du besoin de se reconnecter aux saisons. Donc, les gens prennent plaisir à sortir, donne un objectif à leurs balades, comme cueillir les ingrédients de la soupe du soir ou découvrir les plantes locales. En cuisine, les plantes sauvages offrent des saveurs et des textures que l'on ne trouve pas forcément dans le panel assez restreint des légumes classiques.

Quels sont les bienfaits des plantes sur la santé ?

Hormis le fait que de sortir de chez soit, avec le panier à la main, fait faire de l'exercice et booste le moral, une plante qui pousse dans son milieu naturel a une concentration en principes actifs (vitamines, minéraux..) plus importante qu'une plante cultivée. Puis il y a bien sur le plaisir du goût !

Exemples de plantes à cueillir

Parmi les « simples » (plantes médicinales et aromatiques) qui contiennent beaucoup d'huiles essentielles, on a : la menthe, les sauges, les lavandes, le romarin... on les connait bien parce qu'aujourd'hui elles sont cultivées et sont entrées dans les jardins.

D'autres sont un peu plus oubliées mais ont été longtemps utilisées. C'est le cas du plantain (qui pousse dans les lieux piétinés, près des habitations) qui est facile à identifier et qui est tellement riche en principes actifs qu'il agit sur différentes sphères (respiratoire, digestive...).

L'ortie, très utilisée comme complément alimentaire ou plante médicinale sous différentes formes (fraîche, sèche, gélule, macérat) est très riche en protéine, calcium, silice...

Quels sont les principes de précaution à respecter avant de cueillir une plante ?

Le premier point essentiel est de bien reconnaître les plantes afin d'éviter les plantes toxiques. Compte tenu du nombre de plantes que contient notre flore, il en existe très peu de toxiques. Sur plusieurs milliers de plantes, une centaine à peine sont à connaître.

Sans le savoir, dans notre alimentation quotidienne on utilise des plantes très toxiques, comme les tomates ou les pommes de terre ; sauf qu'on ne consomme que certaines parties, lorsqu'elles sont récoltées à des stades de maturité adéquats.

Il existe des livres à emporter lors des balades qui donnent les indications nécessaires à l'identification des plantes.

Il est possible également de faire des sorties avec des accompagnateurs compétents, pour prendre confiance.

Des idées de recettes

Internet et la littérature regorge de recettes à base de plantes sauvages. Pour commencer, vous pouvez utiliser des plantes faciles à trouver et à identifier, comme le plantain, le pissenlit ou l'ortie. On peu retrouver l'ortie dans des recettes de gâteaux au chocolat, de lasagnes ou de pesto.

Que doit-on faire en premier lieu si l'on souhaite connaître les plantes sauvages ?

La première chose est d'être curieux. Ensuite, il est important de rester humble par rapport à ses connaissances, de ne pas hésiter à vérifier, comme on le fait avec les champignons, au près de connaisseurs (botanistes, naturalistes qui font partis d'associations).

Comment savoir si une plante est comestible ?

Il existe des ouvrages de référence, notamment ceux de François Couplant (Ethnobotaniste).

Y a-t-il toujours autant d'espèces aujourd'hui qu'autrefois ?

À l'échelle mondiale, 20% des espèces végétales sont menacées de disparition (agriculture, urbanisation, déforestation....). Certaines ont une capacité d'adaptation ou de dissémination plus importante que d'autres.

Lire aussi
Différents types de pots pour les plantes Différents types de pots pour les plantes

Florian DUROUSSET de la pépinière BIO JARDINS nous présente les différents types de pots disponibles pour les plantes. Le pot permet d'apporter des éléments esthétiques au jardin. Il permet...

L'acclimation des plantes exotiques L'acclimation des plantes exotiques

Gilles COLINET des pépinières JEAN HUCHET nous parle de l'acclimatation des plantes exotiques dans nos régions.  Les plantes exotiques ont la cote ! Le penchant des jardiniers particuliers pour les...

10 plantes sauvages comestibles 10 plantes sauvages comestibles

Ne râlez plus après les plantes sauvages qui poussent dans votre jardin, mangez-les ! De nombreuses d'entre-elles sont comestibles et regorgent même parfois de propriétés thérapeutiques. 1- L'ortie...

Arrosage de plantes ayant des besoins différents Arrosage de plantes ayant des besoins différents

Jean-Philippe LEFEVRE habitant en Ile de France :  J'ai relié tout un réseau de goutteurs Gardena (principalement du 2 litres/h) à un seul programmateur. Le réseau arrose des végétaux très...

Vos commentairesAjouter un commentaire