La vie de la ruche

Grégoire MARTIN apiculteur à PALAISEAU nous présente la vie de la ruche et évoque le syndrome d'effondrement des colonies.

Je m'abonne 

Contrôler la température de la ruche

Pour prendre soin de ses abeilles, et développer les produits de la ruche, l'apiculteur se doit de gérer le développement de sa population. Au fur et à mesure que celle-ci s'agrandit, il va devoir agrandir le volume de la ruche, ceci, afin d'éviter que la température à l'intérieur de la ruche n'augmente. Car, la  température optimale pour que le couvain puisse se développer est de 36°C. 

Au dessus de cette température, soit le couvain meurt, soit de nombreuses abeilles sortent de la ruche pour en faire baisser la température, puis vont essaimer dans la nature, dès que le temps le permet.

Au dessous de cette température, le couvain meurt. Aussi l'apiculteur doit faire très attention de ne pas poser une hausse trop tôt car en augmentant le volume de la ruche, la température à l'intérieur va automatiquement baisser.

Le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles

Depuis plusieurs années, la durée de vie des abeilles en période hivernale tend à diminuer. C'est ce qu'on appelle le « syndrome d'effondrement des colonies ». C'est généralement à la sortie de l'hiver, début mars, que les abeilles sont touchées et que les ruches se vident, les abeilles mortes ne pouvant pas participer au renouvellement de la population.

Pourquoi ? Plusieurs études sont en cours. Trois facteurs semblent ressortir :

  • la baisse de biodiversité dû aux monocultures dans les plaines ;

  • l'utilisation de produits phytosanitaires (pesticides) : les conséquences de l'utilisation de ces derniers peuvent être directes, avec la destruction de colonies entières, ou indirectes, avec la contamination de la cire, une véritable éponge ;

  • les maladies et notamment le varroa, un acarien qui vit sur l'abeille adulte et le couvain et qui se nourrit de l'hémolymphe* de l'abeille et des larves. Le traitement contre le varroa est obligatoire.

Un autre parasite très répandue et qui progresse sur toute la France est le frelon asiatique. Il est capable de décimer une ruche en quelques jours seulement.

La combinaison de ces trois facteurs fait que l'on peut enregistrer dans certaines régions plus de 50 % de pertes d'abeilles durant l'hiver.

Les ruches en villes

Les apiculteurs situés en ville semblent davantage protégés des problèmes rencontrés par les apiculteurs de campagne. Il existe une vrai diversité au niveaux des plantes (arbres, arbustes fleurs), et il n' y a pas ou très peu de pesticides.

* Liquide circulatoire, plus ou moins « équivalent » au sang, chez les abeilles et autres insectes.

Lire aussi
Le fonctionnement de la ruche Le fonctionnement de la ruche

Grégoire MARTIN apiculteur nous explique le fonctionnement de la ruche

Les éléments de la ruche Les éléments de la ruche

Le miel, substance délicieuse et dorée, a toujours attiré les convoitises de l'Homme. Autrefois tressée en osier ou creusée dans des morceaux de bois, la ruche actuelle répond à des[...]

Quel matériel pour démarrer la ruche ? Quel matériel pour démarrer la ruche ?

André LETORT et Gérard BOURGES du Jardin des Cistes nous expliquent quel est le matériel nécessaire pour démarrer une ruche.

Les produits de la ruche Les produits de la ruche

Grégoire MARTIN, apiculteur nous parle des différents produits de la ruche que sont le miel, le pollen, la cire, la propolis, le venin et la gelée royale.

Vos commentairesAjouter un commentaire