Le cloporte

Le cloporte

Quel étrange animal que le cloporte ! Sous ces airs d’insectes, il s’agit en fait d’un crustacé terrestre. Il fait partie de l’ordre des isopodes et du sous ordre des oniscides. De nombreuses espèces habitent nos jardins.

Le cloporte possède un exosquelette rigide et segmenté semblable à une carapace pliable à volonté. Il peut se rouler totalement en boule sur lui même afin de se protéger dès qu’il ressent une agression externe. Sa carapace peut être parfois presque transparente, ou de couleur jaune, brune, gris ou même pratiquement noire, ceci dépend du cycle des mues induites par les conditions climatiques, les aires de répartition géographique et bien sûr les espèces.

Une drôle de petite bête

On distingue trois parties chez le cloporte :

Mode de vie

Le cloporte a une durée de vie de deux à trois ans selon les espèces, au cours de laquelle il effectuera de nombreuses mues. La mue s’effectue en deux temps, d’abord la partie postérieure puis la tête et la première partie du thorax environ 24 heures plus tard. Sa carapace est composée de calcaire, calcium, phosphate et chitine.

Le régime alimentaire de ce crustacé est essentiellement végétarien et détritivore, d’où un réel intérêt pour le jardinier. Il intervient énergiquement dans le processus de compostage, en accélérant la décomposition des végétaux.

Le cloporte déteste la lumière et préfère sortir la nuit. Il vit dans des endroits sombres et humides, sous les pierres dans les vieilles souches d’arbre, ou sous les feuilles qu’il colonise souvent avec d’autres individus.

La reproduction est interne et les oeufs sont incubés dans une poche ventrale nommée marsupium baignée de liquide pour éviter la sécheresse de l'air qui leur serait fatale. Les jeunes cloportes, dans les premières semaines suivant l'éclosion restent dans le  marsupium. Lorsqu’ils en sortiront, ils seront munis de six paires de pattes et effectueront leur première mue. La maturité sexuelle surviendra environ un an plus tard.

Il vivra encore une ou deux années s’il ne tombe pas sous les griffes d’un de ses nombreux prédateurs comme le crapaud, les lézards et autres geckos, certaines araignées sont même spécialisées dans sa capture.

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • DENIS 07 (ARDECHE)
    Pour limiter les cloportes sous ma véranda j'ai obstrué l'évacuations des portes et baies vitrées, badigeonné de l'huile moteur dans les rails et montant int ext sur 20 CM et passe un 2EN1 anti rampant, déplacer tous tas de bois et composteur. Résultat plus que satisfaisant
    Répondre à DENIS 07
    Le 07/09/2015 à 09:30
  • Claude Solois (Rhone)
    Je subis actuellement une invasion de cloportes dans ma piscine, que faire ?
    Répondre à Claude Solois
    Le 17/09/2014 à 17:49
    Roland bracon (Provence)
    J'ai le mème problème que toi, pour l'instant je récupère ceux que je peux à l'épuisette au fond et quand il y en a trop je passe le robot;... un matin j'ai remarqué qu'ils avaient une prédilection pour le dessous de la margelle, la première vague important du style de celles crées par une " bombe du cul " les projettes à l'eau... je suppose qu'en période sèche ils recherche les zones humides... pourtant ils disposent a proximité de la piscine de massifs paillés et du goutte à goutte.
    Le 18/09/2014 à 09:34
  • Jean Paul Laville
    KESAKO ?
    Répondre à Jean Paul Laville
    Le 28/10/2012 à 12:15
  • Jean Paul Laville
    >Ya! et toi tu es un mec qui enfonçe les portes ouvertes. Cela s'appelle un mecquoi, closetoi "tranquille et à l'abri" , mais on ne sait jamais, souvent dans un être obscur habite un dieu caché (àbitte).......Domie
    Répondre à Jean Paul Laville
    Le 28/10/2012 à 12:13
  • Fk Tonk
    Un cloporte, c'est un mec qui ferme les portes. Et un mec qui ouvre les portes s'appelle un aéroporte.
    Répondre à Fk Tonk
    Le 28/09/2012 à 07:38