Amadouvier, Allume-feu

Amadouvier, Allume-feu, Fomes fomentarius
Amadouvier, Allume-feu, Fomes fomentarius

L'amadouvier. Son nom latin traduit ses usages millénaires, Fomes fomentarius, soit "les brindilles qui alimentent le feu" et "pansement, topique, calmant"

Botanique

Nom latin  : Fomes fomentarius
Synonymes  : Boletus fomentarius, Agaricus fomentarius
Famille  : Polyporacées
Chapeau : en forme de sabot
Hyménium  : tubes, brun à crème
Spores  : sporée jaune, mars à juin
Anneau  : absent
Pied : absent
Chair : coriace
Volve  : absent
Odeur : agréable, acidulée

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe, Amérique du Nord
Periode : pérenne
Habitat : forêt, parasite et saprophyte sur les arbres
Confusions possibles : Phellinus igniarus, Fomitopsis pinicola
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : aucun
Usages : combustible, médicinal, textile

Généralités

L'amadou, inséparable du briquet de nos grands-parents, se récolte sur un basidiomycète, champignon de la famille des Polyporaceae: l'amadouvier. Son nom latin traduit ses usages millénaires, Fomes fomentarius, soit "les brindilles qui alimentent le feu" et "pansement, topique, calmant". Nos hêtraies l'accueillent préférentiellement, se dessinent alors dans la forêt des consoles massives, grisâtres, dispersées sur les troncs d'arbres fatigués ou morts. Ce sont les organes de reproduction, sporophores, pérennes chez cette espèce.

Description de l'amadouvier

L'amadouvier, pour sa partie visible, a une forme de sabot de cheval de 10 à 50 cm de diamètre, fortement plaqué aux troncs d'arbre. Le chapeau, de blanc à gris brunâtre, bossu à son sommet, se décline en bourrelets concentriques jusqu'à la marge, irrégulière, souvent plus claire.

Sous ce chapeau à la croûte dure, rugueuse, se trouve l'hyménium aux pores petits, 4 à 5 par mm, serrés, en une surface douce et résistante. De teinte ocre, plus ou moins claire. S'en échapperont, de mars à juin, les spores, organes de dispersion des champignons.

Le couteau, voire la scie, sont nécessaire pour découper les 2 mm de croûte et accéder à la chair, épaisse,brune et coriace, servant à fabriquer l'amadou.

Chez un sujet frais, une odeur agréable se dégagera, légèrement acidulée, mêlant pomme   et champignon.

On peut voir au sommet du sporophore une formation s'affiner, se glisser sous l'écorce vers la partie invisible de l'amadouvier, le mycélium. Sous forme de filaments blancs il a envahi l'arbre entier et contribuera à sa perte.

Détermination

Parmi les champignons lignicoles, Phellinus igniarus peut être confondu avec Fomes formentarius, mais la croûte dure de son chapeau est généralement noire et fendillée. Polypore également, Fomitopsis pinicola se différencie de l'amadouvier par une bordure rouge et son affinité pour les conifères.

Le milieu de vie

L'amadouvier se développe en milieu forestier, avec une préférence pour les feuillus, hêtres en priorité puis bouleaux, peupliers, chênes ou marronniers. L'exploitation sylvicole impactera sa répartition: maintien ou non de sujets âgés, fatigués, plus "favorables" à son implantation. Il s'installe sur l'arbre pour son seul profit, absorbant matières organiques, minérales, eau afin d'assurer son cycle de vie. C'est un parasite. Et une fois son hôte mort il se maintient, devient saprophyte, se nourrissant de la matière végétale en décomposition.

Toxicité ou intérêt culinaire

L'amadouvier n'est pas toxique mais sa chair extrêmement coriace lui enlève tout intérêt culinaire.

Usages de l'amadouvier

L'utilisation de l'amadou comme combustible est attestée dès la préhistoire. Ses propriétés inflammables l'ont rendu indispensable dans la panoplie des premiers briquets, aux côtés du silex et de la marcassite.

En usage médicinal, il était utilisé comme  hémostatique essentiellement. Des musées d'anciennes officines possèdent encore des pansements en amadou.

Bon hydrophile, il est un allié des pêcheurs qui conservent leurs appâts bien au sec, posés sur l'amadou.

Le travail de la chair du chapeau a permis, et permet toujours, la confection de vêtements, chapeaux, sacs à  aspect de feutre.

Espèces et variétés de Fomes

Fomes fomentarius est le seul genre de la famille des Polyporaceae

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le bambou, une plante facile à vivre Le bambou, une plante facile à vivre

Muriel NEGRE, présidente et propriétaire de LA BAMBOUSERAIE nous présente les bambous et nous conseille sur leur culture. La bambouseraie est un parc très ancien construit en 1956 par Eugène Mazel,...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante, l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire