La girouette

Une belle girouette au faîtage d'un pavillon
Une belle girouette au faîtage d'un pavillon

Malgré l'armada d'outils sophistiqués pour prédire la météo de nos jours, la girouette reste encore d'actualité et traverse les époques sans prendre une ride grâce au savoir-faire d'artisans passionnés.

Qu'est-ce qu'une girouette ?

Une girouette est un objet généralement en fer, en cuivre ou en zinc évoquant une image (animal, profession, créature mythique, points cardinaux...). Elle est placée en hauteur, souvent sur le toit d'une habitation, parfois sur un mât, voire en façade. Autrement nommée 'Wire-Wire', la girouette est composée d'un axe qui permet au sujet le surplombant de tourner avec le vent et donc d'indiquer sa direction.

Petite histoire de la girouette

La première girouette connue à ce jour a été découverte sur la Tour des Vents de l'Agora romaine à Athènes (1er siècle av. J.C). Un triton tenant une baguette à la main indiquait ainsi l'un des huit vents présent sur l'une des faces de cette magnifique construction octogonale.

Plus tard vers le IX e siècle, les girouettes en bronze apparurent en haut des mâts des drakkars vikings. Elles représentaient alors une des nombreuses créatures mythiques scandinaves.

A la même époque, elle devint un symbole chrétien depuis que le pape Nicolas I ordonna sa mise en place au sommet de toutes les églises. Le coq fut alors choisi pour célébrer le renouveau du jour et rappeler aux fidèles la prière matinale.
Au Moyen-âge, elle devient l’emblème du pouvoir et de la noblesse et orne la tour la plus élevée des châteaux. Selon sa forme, elle exprime clairement le rang du chevalier et ses possessions.

Ce n'est qu'en 1659 grâce à l’Édit du Parlement de Grenoble, que ce privilège disparaît.

Il faut toutefois attendre 1791 et l'abolition des privilèges pour que tous les citoyens puissent profiter de cet ornement. La girouette décore progressivement les demeures des bourgeois mais aussi celles des artisans qui ainsi, pouvaient en faire leur enseigne, décrivant aux passants leur activité. Les personnages de ferronniers, d'aubergistes, de boulangers ornent alors les devantures. Parfois il s'agit d'une évocation moins concrète de l'activité : un cheval indiquait un relais, un moulin, l'habitat du meunier...Cette tradition est encore maintenue dans certains pays du Nord de l'Europe.

A la Renaissance, monstres, dragons et autres créatures chimériques se multiplient, elles ont alors pour vocation de conjurer le sort.

De nos jours, les artisans girouettiers rivalisent de créativité et de savoir-faire afin de permettre à leur Art de perdurer. Certaines pièces sont d'ailleurs de véritables œuvres de découpage ou de sculpture que chacun peut acquérir et installer sur le toit de sa demeure pour des raisons esthétiques plus que pratiques.

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire