Le Teck

Teck, Tectona grandis
Teck, Tectona grandis

Bois très utilisé pour ses caractéristiques techniques intéressantes, le teck trouve sa place dans de diverses applications : mobilier de jardin, terrasses, bords de piscines ou menuiseries. La polémique gronde cependant autour de sa coupe parfois illégale, responsable de la déforestation d'immenses zones de forêts en Indonésie. Tentons de faire le point...

Qu'est ce que le Teck ?

Le Teck (Tectona grandis) est un arbre de la famille des Verbenacées poussant naturellement dans les zones tropicales d'Asie, plus particulièrement en Inde, en Birmanie, en Malaisie, en Thaïlande et au Laos. Son bois est dense, dur et imputrescible. Très solide, peu attaqué par les insectes xylophages cette essence s'avère parfaite pour réaliser des constructions en extérieur.

Domaines d'applications

Le teck est très utilisé dans l'industrie navale pour ses qualités de résistance à l'eau. On en fait des ponts de bateaux, des fenêtres et même des coques.

Au jardin il sert à la fabrication de terrasses, de margelles de piscines ou de mobilier.

En menuiserie, il est utilisé pour faire des meubles ou des huisseries.

Les raisons de la polémique

Le teck sauvage issu de la République de l'Union du Myanmar, pays autrement connu sous le nom de Birmanie, pose un souci éthique pour plusieurs raisons.

Tout d'abord le pillage des forêts naturelles de Teck profite à de grosses firmes finançant la dictature militaire qui oppresse la population depuis des décennies. Ce commerce correspondrait la deuxième source de revenus de ce pouvoir oppressif et financerait directement l’achat d'armes utilisées contre le peuple.

Autre problème, et non des moindres, la Birmanie constitue une des zones les plus riches du monde en biodiversité. Le taux d'endémisme y est énorme et de nombreuses espèces animales en voie de disparition y vivent encore notamment l'ours noir d'Asie, le tigre, la panthère nébuleuse, le panda rouge. Sans compter les oiseaux, les insectes et les végétaux qui voient peu à peu leur habitat se réduire à une peau de chagrin.

Les travaux effectués par les scientifiques sur ce pays mettent en avant de nombreuses découvertes d'espèces non encore répertoriées dans les forêts primaires. Autant dire que la surexploitation du teck pose de gros problèmes à la fois écologiques et éthiques.

Solutions et comportements raisonnés

Sachant cela, il s'agit de faire la part des choses entre les filiales gérées par des labels internationaux rigoureusement contrôlés provenant d'autres pays. Ces labels certifient que le bois est issu d'une gestion respectueuse des forêts pour la plupart plantées à cet effet. Il ne s'agit pas de détruire des parcelles sauvages comprenant tout un écosystème ni de financer des dictatures.

Les deux organismes crées par des ONG comme la World Wildlife Fund (WWF) et Greenpeace sont connus sous le nom de FSC (Forest Stewardship Council) et Smartwood et attestent d'un bois résolument plus respectueux de l'environnement et des populations.

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire