A LA UNE »
Le tourteau de ricin

Lépiote de Josserand

Lépiote de Josserand, Lepiota subincarnata
Lépiote de Josserand, Lepiota subincarnata

Apparaissant dans les sous-bois clairs, ou urbaine, émergeant des pelouses de parcs, jardins, cette petite Lépiote, dite « de Josserand », présente un risque mortel à la consommation. 

Botanique

Nom latin  : Lepiota subincarnata
Synonyme  : Lepiota josserandii
Famille  : Lépiotacées
Chapeau : convexe, écailleux, 2 à 7 cm
Hyménium  : lames crèmes
Spores  : sporée blanche
Anneau  : laineux
Pied : cylindrique, blanchâtre, 2 à 5 cm, diam. 0,5 à 2 cm
Chair : ferme, blanche
Volve  : absente
Odeur : fruitée, de mandarine

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe, Asie, Amérique du Nord
Periode : fin d'été, automne
Habitat : parcs, jardins, prairies, bois clairs
Confusions possibles : Lepiota severiana, Lepiota kuehneri, Lepiota brunneoincarnata
Toxicité : mortelle
Intérêt culinaire : à proscrire
Usages : inconnus

Généralités

Sauvage, apparaissant dans les sous-bois clairs, ou urbaine, émergeant des pelouses de parcs, jardins, Lepiota subincarnata ne doit pas attirer le chercheur de Coulemelles. Malgré son chapeau écailleux au centre foncé, cette petite Lépiote, dite « de Josserand », présente un risque mortel à la consommation. Chez les Lépiotes, Basidiomycètes de la famille des Lépiotacées, un critère de taille pour la récolte : évitez tout sporophore de moins de 10 cm de haut.

Description de la Lépiote de Josserand

Variable, cette petite Lépiote a pu porter 2 noms, subincarnata ou  josserandii, 2 espèces finalement regroupées sous une seule. De taille réduite, 5 cm de haut pour 5 de diamètre, le sporophore de Lepiota subincarnata développe un chapeau convexe couvert d'écailles brunes à ocres, au centre plus foncé. Il sera parfois feutré, parfois lisse... Sous la marge irrégulière l'hyménium, partie fertile productrice des spores, montre des lames crèmes, libres sur le pied. Cette coiffe se détachera facilement d'un pied court, blanchâtre, porteur d'un léger anneau laineux pâle. Sous l'anneau des méchules parsèmeront la surface jusqu'à la base se teintant de rose. La chair ferme, blanche, dégage une agréable odeur fruitée, de mandarine,  et une saveur douce. Le mycélium, partie végétative cachée, se développe en fins filaments blancs sur diverses matières organiques en décomposition.

Détermination de Lepiota subincarnata

Parmi les petites lépiotes, la Lépiote de Josserand peut être confondue avec Lepiota severiana, à nette odeur de persil, tout aussi toxique. Lepiota kuehneri  ne présente aucune odeur, son pied est entièrement blanc. Lepiota brunneoincarnata tend vers des teintes rosâtres, écailles, chapeau comme pied. Une vigilance particulière doit être observée lors de la récolte du Faux-mousseron, Marasmius oreades : les sporophores âgés, passés, secs, des Lépiotes de 3 à 4 cm de haut, se développant dans les pelouses, peuvent prêter à confusion.

Le milieu de vie

Lepiota subincarnata affectionne les parcs, jardins, taillis, mais aussi les forêts claires de feuillus. En groupe de quelques individus, rarement solitaire, on la trouvera essentiellement à l'automne, appréciant malgré tout une douce chaleur de fin d'été. Comme toutes les Lépiotes, ce champignon se nourrit de matières organiques en décomposition. On le dit saprophyte.

Intérêt culinaire de la Lépiote de Josserand

Mortelle, la Lépiote de Josserand ne peut être consommée.

Le saviez-vous ?

Le nom Lepiota, d'origine grecque, signifie « petite croûte » ou « petite écaille », nom descriptif du chapeau de la majorité des Lépiotes dont la cuticule se déchire en mèches plus ou moins régulières.

Espèces et variétés de Lepiota

La majorité des espèces de Lépiotes de moins de 10 cm sont toxiques

  • Lepiota brunneolilacea : écailles rosées, mortelle
  • Lepiota brunneoincarnata:écailles rosâtres, mortelle
  • Lepiota severiana : odeur caractéristique de persil, mortelle
  • Lepiota venenata: chapeau mélucheux, écailles brunes au centre, toxique
  • Lepiota boudieri: brun à ocre, peu d'écailles, toxique
  • Lepiota castanea: chapeau et pied brun-roussâtres, toxique

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Coulemelle, Lépiote élevée, Baguette-de-tambour, Nez de chat, Macrolepiota procera Coulemelle, Lépiote élevée, Baguette-de-tambour, Nez de chat, Macrolepiota procera

ovoïde puis convexe, mamelonnéSur un long, très long,  pied grêle s'étale un large chapeau écailleux avec en son milieu un petit nez de chat tout lisse : la lépiote élevée ne peut qu'attirer le...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le bambou, une plante facile à vivre Le bambou, une plante facile à vivre

Muriel NEGRE, présidente et propriétaire de LA BAMBOUSERAIE nous présente les bambous et nous conseille sur leur culture. La bambouseraie est un parc très ancien construit en 1956 par Eugène Mazel,...

Vos commentairesAjouter un commentaire