Recouvrement des arroseurs

Recouvrement des arroseurs
Recouvrement des arroseurs

Didier PITISI (Bouches du Rhône) : Je prépare actuellement l'arrosage enterré de mon jardin. Pour élaborer mon plan, je me suis fait aider par un professionnel qui m'a conseillé de placer turbines et tuyères de façon à ce que chaque arroseur arrose son voisin. Ça me semble énorme, et je le soupçonne de vouloir me vendre plus de matériel que nécessaire. Pour ma part, j'optais plutôt pour un recouvrement d'1/3, est-ce suffisant ?

Le recouvrement des arroseurs à 100% est INDISPENSABLE pour obtenir un résultat correct. Un recouvrement à 30% ne sert pas à grand chose.

Exemple théorique (les distances indiquées sont à pondérer en fonction du modèle d'arroseur) : pour un arroseur ayant une distance de jet de 10 mètres, vous n'avez réellement de l'eau que de 5 à 10 mètres.

De 0 à 5 mètres, la surface est peu couverte par l'eau.

Le but est donc qu'un arroseur arrose l'autre.

En caricaturant la démarche, je dirais même que l'endroit où vous placez un arroseur, il n'y a pas d'eau ; c'est celui qui se trouve en face, ou à coté, qui arrose cette zone.

Les conseils donnés par le professionnel sont donc à suivre impérativement. Avec un recouvrement à 30 %, vous croisez deux fois la zone qui est déjà bien arrosée par un seul et unique arroseur. Manque toujours le recouvrement des 70% restant.

Dans le cas contraire, en reprenant mon exemple (arroseur 10 mètres), vu qu'il n'y a pas assez d'eau de 0 à 5m, vous allez devoir arroser beaucoup plus longtemps pour mouiller cette zone. Comme, dans une période de temps très court, la zone 5 à 10 mètres est correctement couverte, le fait de devoir arroser + longtemps entraîne une surconsommation très élevée, pour un résultat décevant (mauvaise répartition des consommations / zone 5 à 10m trop couverte).

Pour résumer : plus il y a d'arroseurs, plus vous économisez de l'eau.

Nicolas

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le bambou, une plante facile à vivre Le bambou, une plante facile à vivre

Muriel NEGRE, présidente et propriétaire de LA BAMBOUSERAIE nous présente les bambous et nous conseille sur leur culture. La bambouseraie est un parc très ancien construit en 1956 par Eugène Mazel,...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante, l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Electro (Occitanie)
    Ces calculs sont erronés. La forme des buses est étudiée pour que la majorité de l'eau sorte sous forme de jet de grosses gouttes qui arrosent loin. Sous l'effet de la pression, une partie de l'eau est atomisée en petites gouttes qui arrosent, en moindre quantité, une distance intermédiaire. Pour finir, une brume arrose à proximité de l'arroseur. Une buse propre et de qualité permet donc d'arroser de manière régulière sur toute la surface arrosée. Dans cette situation, une distance d'arrosage de 70-80% de la distance entre arroseur convient bien.
    Répondre à Electro
    Le 26/05/2019 à 22:06
  • Gérard Laperrière
    Spécialiste de l'arrosage automatique et enseignant, je souhaite apporter une correction à ce qui est écrit concernant le recouvrement des arroseurs (ou tuyères). Contrairement à ce qui est écrit il y à plus d'eau au pied de l'arroseur qu'au bout du jet. Pour preuve : - Prenons l'exemple d'un arroseur ayant une portée de 20 ml - Dessiner un quart de cercle à l'échelle 1/200, le centre représentant l'emplacement de l'arroseur et le zéro en distance - Tracez à l'intérieur trois autres quarts de cercle représentant respectivement les distances 5m, 10m et 15 m. Vous obtenez ainsi 4 surfaces délimitées par ces quarts de cercle: Surface S1 de 0 à 5 m, surface S2 de 5 à 10m, surface S3 de 10 à 15m et surface S4 de 15 à 20 m. - Calculez la surface des 4 aires S1, S2, S3 et S4. - Faites le rapport entre les différentes surfaces en particulier entre S1 et S4. Vous remarquerez que le rapport est de de 1 à 7. - L'arroseur ayant un débit régulier met le même temps pour arroser les 4 surfaces; ce qui veux dire que la surface S4 reçoit, en moyenne, 7 fois moins d'eau que la surface S1. En en extrapolant on peut dire qu'en bout de jet, la pluviométrie est nulle d'où l'impérative obligation de recouvrir les jets à 100 % , sans descendre au dessous de 70 % de recouvrement. Voilà j'espère avoir été assez claire dans mes explications. Cordialement
    Répondre à Gérard Laperrière
    Le 18/02/2012 à 03:24