Droséra du Cap, Rossolis du Cap

Rossolis du Cap, Drosera capensis

Botanique

Nom latin  : Drosera capensis
Famille  : Droséracées
Origine  : Afrique du Sud, le Cap
Période de floraison : juin à septembre
Couleur des fleurs  : rose violacée
Type de plante : curiosité décorative
Type de végétation : plante carnivore pour l’intérieur ou l’extérieur
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 7 -10 cm la tige florale jusqu’à 30 cm
Toxicité : sans aucun risque pour vos doigts et vos animaux de compagnies

Planter et cultiver

Rusticité  : résiste à de faibles gelées, jusqu'à -5°C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : tourbe blonde et sable 
Acidité du sol  : acide
Humidité du sol  : saturé d’eau en été, humide en hiver
Utilisation : potée, tourbière extérieure
Plantation, rempotage : printemps en tourbière extérieure ou en pot profond
Méthode de multiplication : semis au printemps, division de la touffe
Maladies et ravageurs : pucerons et champignons

Drosera capensis, le drosera du Cap est une plante carnivore subtropicale appartenant à la famille des Droséracées. Il est originaire d’Afrique du Sud, mais s’est acclimaté dans plusieurs autres régions du monde au point d’être parfois invasif. Pourtant au Cap, Drosera capensis n’est distribué que dans quelques zones géographiques réduites, peu courant parce qu’il nécessite un milieu humide toute l’année. Il se rencontre localement dans les tourbières, dans les alluvions en bords de cours d’eau, ou encore accroché à des falaises d’où l’eau suinte en permanence. Drosera capensis est le drosera du débutant, c’est certainement l’espèce la plus facile à cultiver.

Description de Drosera capensis

Assez grand pour ce genre, le drosera du cap montre une rosette basale portant des feuilles longues de 5 à 12 cm, selon les conditions de culture. Ces feuilles comportent un long pétiole dressé et un limbe allongé à peine plus large, recouvert de glandes vertes ou rouges et de gouttelettes. Ces glandes sécrètent un mucus qui piège les insectes.

À la fin du printemps et en été, les plantes bien développées produisent des hampes florales hautes de 30 cm, portant une série de fleurs simples à 5 pétales mauves, qui fleurissent successivement. Elles sont autofécondes, et produisent la plupart du temps un grand nombre de graines minuscules, fines et allongées.

En culture, la forme la plus répandue est un droséra du Cap qui se colore généreusement de rouge lorsqu’il est bien exposé au soleil. Cependant, une variété albinos, sans anthocyane, existe également, entièrement verte et aux fleurs blanches : Drosera capensis ‘Alba’

Comment cultiver le droséra du Cap ?

Drosera capensis vit dans un sol acide et pauvre. On lui offre soit de la tourbe blonde pure, soit de la tourbe mélangée avec 20 % de sable, ce qui permettra au substrat de moins se compacter à la longue. 

Il est installé dans un pot profond ou en terrarium, mais peut également être maintenu dans une tourbière extérieur, résistant aux gelées jusqu’à -5 °C (voire au-delà) en devenant caduc, et en repartant des racines au printemps.

Tolérant, le drosera du Cap accepte une exposition très ensoleillée jusqu’à une ombre claire. La forme rouge est plus colorée avec du soleil direct. Les plantes en pot apprécient grandement une saison plein air en été.

Les droseras du Cap ont besoin d’un substrat toujours humide. En été, le niveau d’eau peut presque affleurer la surface du substrat par moment. Par sécurité, la tourbe trempe toujours dans quelques cm d’eau. En hiver, période de repos, la tourbe est maintenue humide, sans tremper dans une réserve d’eau, le drosera du Cap gagne alors à connaitre des températures un peu plus fraiches (5 à 10 °C). Les arrosages sont toujours faits exclusivement à l’eau douce : eau de pluie, eau osmosée, eau distillée. Une eau contenant des minéraux (robinet) va les tuer rapidement.

Comment multiplier le drosera du Cap ?

Le semis est facile et souvent apparait spontanément autour de la plante mère. Le semis peut être mené sur de la tourbe (les graines sont déposées en surface) enfermé dans un sac congélation pour maintenir une humidité élevée. 

Les rejets de la rosette principale peuvent être prélevés en fin de printemps.

Les boutures de feuilles sont possibles, posées en contact avec de la tourbe, à l’étouffée.

Le saviez-vous ?

Le genre Drosera comprend une centaine d’espèces et le mode de capture est identique pour toutes : Tout ou une partie des feuilles de ses plantes sont recouvertes d’un mucilage translucide qui attire et permet la capture des insectes par simple contact.

Les plus connues et les plus facile de culture sont Drosera capensis, Drosera aliciae, Drosera binata.

On retrouve en Europe et plus précisément dans les tourbières de l’est de la France les Drosera anglica et rotundifolia. Mais attention ! ce sont des espèces protégées, fragiles et à ne pas prélever dans la nature.

Espèces et variétés de Drosera

Environ une centaine d’espèces, surtout tropicales

  • Drosera pulchella, un drosera pygmée
  • Drosera regia, le drosera royal
  • Drosera aliciae, le plus couramment vendue
  • Drosera rotundifolia, le rosssolis à feuilles rondes
  • Drosera anglica, une espèce française
  • Drosera filiformis, drosera à longues feuilles
  • Drosera binata, un drosera à feuilles fourchues
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire