La chimère, une création végétale intriguante

Sélectionnée pour des caractéristiques bien particulières, la chimère est une création végétale intrigante et souvent méconnue. Rares sont les jardiniers conscients que leur choix sur une variété peut les conduire à planter une chimère dans leur jardin !

Chimère, des pétales tarabiscotés sur les dahlias...
Chimère, des pétales tarabiscotés sur les dahlias...

Chimères végétales, les clés du mystère

Loin du monstre décrit dans la mythologie grecque, la chimère végétale se veut plus discrète et bien moins effrayante. Nous avons tous un jour planté ou observé dans un jardin une plante chimérique sans même le savoir !

Une chimère peut être issue d'un processus naturel rare, voire d'une manipulation humaine (irradiation ou utilisation de produits chimiques) en vue de modifier les caractéristiques d'une plante à des fins horticoles.

Nous touchons à la génétique et pour mieux comprendre le phénomène nous devons nous attarder sur le processus de développement d'une plante. Pour faire simple, le méristème apical caulinaire est un tissu constitué de cellules pluripotentes permettant à la plante de pousser, de former des feuilles ou des fleurs et de se régénérer. Il est le siège de la division cellulaire qui se produit très rapidement pour assurer le développement de la plante.

Lorsqu'une des cellules du dôme apical produit une mutation (spontanée ou provoquée) toutes les cellules produites par sa division seront elles aussi de type mutagène. Dans un seul et même tissu la plante aura ainsi différents génotypes et sera devenue une chimère.

Diversité des chimères

Les exemples les plus flagrants chez les plantes chimériques sont les variétés à feuillage panaché qui présentent à la fois des tissus chlorophylliens et non chlorophylliens sur les feuilles.

D'autres formes chimériques sont bien plus discrètes comme la perte des épines chez certaines variétés de mûres, des pétales tarabiscotés sur les dahlias ou les tulipes, des pèches sans duvet ou des silhouettes dites 'monstrueuses' sur certains cactus notamment de nombreux cierges.

Stabilité et multiplication des chimères

Chez les plantes vivaces, les chimères sont pérennes et peuvent même être conservées grâce à une multiplication végétative. La chose devient plus compliquée sur les plantes annuelles ou bisannuelles qui disparaîtront après la production de leurs graines.

En outre, il existe trois types de chimères, plus ou moins stables. Lorsque la mutation se produit dans une cellule située près du dôme apical, la chimère est dite 'périclinale' : toute la plante est alors affectée par la mutation de façon homogène, la rendant stable. Elle pourra être multipliée par bouturage, greffage ou marcottage, voire in-vitro.

Si la mutation est apparue hors du dôme apical, la chimère est dite 'mériclinale' ou 'sectoriale', seule une partie de la plante offre alors la mutation. Ces chimères sont généralement instables et difficiles à multiplier.

Lire aussi
Création d'un jardin Création d'un jardin

Exemple de création de jardin par Rossano BARBONE

Toiture végétale : la technique Toiture végétale : la technique

L'installation d'une toiture végétale implique une mise en oeuvre particulière du fait notamment du poids de l'ensemble mais aussi des impératifs d'étanchéité et des nécessaires accès pour...

Toiture végétale : un atout écologique pour les constructions durables Toiture végétale : un atout écologique pour les constructions durables

Peu connue en France, la toiture végétale cumule pourtant tous les avantages. Installée sur les terrasses ou les toits peu pentus, elle s'inscrit dans une démarche de développement durable en[...]

Le vert à soi, décoration végétale de fenêtre Le vert à soi, décoration végétale de fenêtre

Présentée à Courson, la jardinière du vert à soi est concept de design et de décoration végétale créé pour se fixer sur les murs, les rambardes et les rebords de[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire