Construire un muret de pierres sèches

Autrefois prisés pour délimiter les terrains, soutenir une pente ou pour contenir le bétail, les murs en pierres sèches deviennent de nos jours de véritables aménagements dans les jardins ; sources de diversité, de nombreux petits animaux y trouveront refuge.

Un muret de pierres sèches
Un muret de pierres sèches

Les fondations

Un muret de pierres sèche peut être posé à même le sol seulement si celui-ci est plat et très stable. Si tel n'est pas le cas et que votre sol est spongieux, argileux ou instable, creusez une tranchée de la largeur du futur muret (+ 5 cm de chaque côté) et de 20 cm de profondeur.

Remplissez-la de cailloux que vous tasserez avec un rouleau bien lourd. Si votre sol est stable vous pouvez sauter cette étape.

Tirez un cordeau de part et d'autre de l'emplacement du futur mur ; il vous servira de guide. Commencer directement la pose des premières pierres sur le sol.

Celles-ci doivent être larges et plates afin de donner une bonne assise au mur. Placez-les côte à côte et ajoutez quelques pierres de plus petites tailles dans les interstices entre les grandes. Les grandes pierres se font face, et les interstices au centre du mur sont comblés par des plus petites.

Cette première rangée doit être parfaitement horizontale et stable. Marchez dessus pour le vérifier. Rien ne doit alors bouger.

Placez la deuxième couche de pierres de manière à ce que leur plus long côté soit placé à l'intérieur (au centre) du mur. La partie plate sera réservée à la face externe du mur pour obtenir une surface régulière.

Réservez les très larges pierres aux extrémités du mur.

Montez ainsi votre mur en superposant une couche sur l'autre. Chaque couche devra être le plus stable possible, pour cela veillez bien au choix de vos pierres qui devront s'imbriquer au niveau de la forme et de l'épaisseur.

Si nécessaire taillez quelques pierres récalcitrantes avec une chasse à pierre (sorte de burin) et une massette.

Si une pierre manque d'épaisseur, glissez en dessous une autre pierre fine (soustille) qui rétablira l'horizontalité et la stabilité.

Une astuce pour éviter l'apparition de fissures verticales : placez toujours des pierres larges sur les interstices et des plus petites sur les grosses pierres. Le mur sera ainsi plus stable dans sa verticalité.

Une fois une hauteur de 40 cm atteinte, placez les pierres de liaison (boutisses). Celles-ci sont très importantes pour assurer la stabilité du mur. Il s'agit de pierres aussi longues que l'épaisseur du mur. Elles sont placées transversalement et doivent dépasser de 5 cm de part et d'autre, pour prendre en compte le futur tassement du mur. Espacez-les d'une cinquantaine de centimètres sur toute la longueur du mur.

Continuez ensuite à monter votre mur normalement jusqu'à sa hauteur finale. S'il fait plus d'1,5 m une deuxième rangées de pierres de liaison sera placée 50 cm au dessus de la première.

La dernière rangée de pierres est souvent posée verticalement (sur la tranche) selon les régions. Dans ce cas coincez-les bien entre-elles pour que la construction soit solide.

Lire aussi
La faune des murets de pierres sèches La faune des murets de pierres sèches

Les murets de pierres sèches constituent de véritables refuges pour une faune sécrète qui aime trouver abri entre les roches. La plupart de ces animaux sont les amis du jardinier[...]

Les plantes saxicoles pour habiller les pierres Les plantes saxicoles pour habiller les pierres

Dans la nature, toutes les plantes n'ont pas les mêmes besoins culturaux et tant mieux ! Les plantes saxicoles se plaisent sur roches, les dalles, les murs de pierres sèches. Nul[...]

Comment fleurir le pied d'un muret ? Comment fleurir le pied d'un muret ?

Dans un jardin se pose souvent la question d'orner de la meilleure façon cette bande de terre laissée à l'abandon au pied d'un muret. Voici quelques idées qui vont vous[...]

Le bourdon des pierres Le bourdon des pierres

Très commun et présent dans nos jardins le bourdon des pierres est un formidable insecte pollinisateur. Apprenons à mieux le connaître pour mieux le préserver.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Chaddock38 (Isère)
    Il serait utile de détailler la technique simple des anciens : une pierre sur deux, et deux sur une, donc pas de joints verticaux qui se surplombent; ensuite, on cale les pierres au fur et à mesure avec des petits éclats ; ensuite, les plus lourdes en bas, garder les plus grosses pour les angles, , donner du fruit à l'ouvrage, et surtout pratiquer ceci plutôt dans les régions calcaires ; les pierres posées verticalement en travers au sommet servaient surtout à éviter que les troupeaux ne passent par dessus habitant vers Crémieu (Isère), la pierre servait ici à tout, dalles verticales de clôture (les "palis"), piquets de vigne (les "bigues") saloirs, pilons et mortiers, auges, abreuvoirs, crèche de l'étable, séparations des bœufs, chèvres ou porcs; et j'en oublie ...
    Répondre à Chaddock38
    Le 21/01/2017 à 11:58