Le staphylin

Un staphylin
Un staphylin

Souvent croisé au jardin, le staphylin tout de noir vêtu, est pourtant un coléoptère méconnu, aux mœurs mystérieuses pour bien d'entre-nous. Découvrons ensemble cet ami du jardinier.

De nombreuses espèce cachées sous un même nom vernaculaire

Le staphylin est un petit animal de la famille des Staphylinidés, au vaste patrimoine puisqu'elle comprend 30 000 espèces. Dans nos jardins, il est courant de croiser le staphylin odorant (Ocypus olens) ou l'aleochara (Aleochara spp.).

Le staphylin, parfois nommé « diable » par les jardiniers, possède un corps allongé et aplati de forme étroite qui peut atteindre 3,5 cm de longueur, mais il faut savoir que certaines espèces fouisseuses du genre ne dépassent pas les 0,5 mm ; un record dans le petit monde des coléoptères !

Revenons à notre staphylin commun : il possède une tête robuste présentant de belles mandibules parfois croisées, de petits yeux et de longues antennes présentant une dizaine d'articles. Son corps d'un beau noir brillant est composé de segments (jusqu'à 7) pouvant se redresser et lui donnant l'aspect d'une queue de scorpion. Les ailes triplement repliées derrière de courts élytres sont fonctionnelles.

Certaines espèces émettent une odeur caractéristique en cas d'agression d'où le nom de staphylin odorant.

Alimentation

Les nombreuses espèces de staphylins se partagent le travail au jardin. Certains sont nécrophages et se nourrissent de cadavres, d'autres apprécient particulièrement les mousses et les champignons, d'autres encore se repaissent de divers insectes, de larves, de gastéropodes, de mouches (notamment la mouche du chou), de chenilles et de vers. Autant dire que cet insecte est bel et bien l'ami du jardinier et qu'il est nécessaire de le préserver. A la fois prédateur de nombreux parasites qui peuplent le jardin et nettoyeur efficace de cadavres et d'excréments, ce petit coléoptère est multifonctionnel.

Mode de vie

Le staphylin, grâce à son corps très fin, peut se faufiler sous les pierres, dans les fissures, sous les végétaux mais aussi parfois dans les cadavres ou les excréments.

Selon les espèces, et leur mode d'alimentation, les adultes pondront leurs œufs directement dans ou près d'une source de nourriture où les larves pourront se développer de façon optimale et se transformer en imago.

Comment préserver le staphylin

Évitez l'emploi des produits phytosanitaires chimiques qui détruisent le fragile écosystème du jardin.

Placez des tuiles, de grosses pierres plates, une planche ou quelques tas de feuilles mortes dans des lieux protégés du jardin, il pourra ainsi y trouver refuge.

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le bambou, une plante facile à vivre Le bambou, une plante facile à vivre

Muriel NEGRE, présidente et propriétaire de LA BAMBOUSERAIE nous présente les bambous et nous conseille sur leur culture. La bambouseraie est un parc très ancien construit en 1956 par Eugène Mazel,...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante, l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire