Asiminier trilobé

Asimineir trilobé, Asimina triloba

Botanique

Nom latin  : Asimina triloba
Famille  : Annonacées
Origine  : Amérique du Nord
Période de floraison : juin à août
Couleur des fleurs  : pourpre à brune
Type de plante : arbre fruitier
Type de végétation : arbustive
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 4 à 10 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique jusqu'à -20 °C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : relativement drainant
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : normal, qui ne sèche pas
Utilisation : fruitier rare
Plantation, rempotage : automne ou printemps
Méthode de multiplication : semis, greffe

Asimina trilobé, l’asiminier trilobé, est un arbre fruitier appartenant à la famille des Annonacées. Il est originaire du côté sud-est de l’Amérique du Nord, assez largement distribué, mais devenant rare. L’asiminier pourrait être qualifié d’exotique, non qu’il soit originaire de pays tropicaux, car il est parfaitement rustique, mais parce qu’il est rare en culture, presque inconnu des Européens. Il fait pourtant d’excellents fruits, mais que l’on ne connait pas parce ce qu’ils ne supportent pas le transport. De plus, la commercialisation de plants d’asiminier est freinée par sa difficulté à supporter les racines nues ou la culture en pot. C’est une espèce très intéressante à cultiver dans son jardin pour sa récolte personnelle.

Description de l’asiminier trilobé

Asimina triloba est un petit arbre, dépassant rarement les 10 m de hauteur, se limitant généralement à 5 ou 6 m. Il a une forme plutôt élancée, plus haute que large, mais peut être taillé, mené, pour éviter une trop grande hauteur ou simplifier la cueillette en favorisant les branches latérales.

Ses feuilles sont grandes, simples, lancéolées et acuminées, longues de 15 à 30 cm. l’asiminier est caduque, son feuillage débourre tardivement au printemps et devient jaune vif avant de tomber en automne.

Sa fleur, assez grande, vaut que l’on s’y attarde. Elle pend de l’aisselle des feuilles, sur les rameaux de l’année précédente. Elle montre une corolle de 2 cycles de 3 épais pétales chocolat, veloutés et gaufrés. Cette jolie forme, ces pétales fermes et nervurés la rendent très originale, exotique. Les fleurs sont autofertiles. L’asiminier unique est capable de fructifier, mais avec plusieurs arbres, la fructification sera plus importante.

L’asiminier développe une puissante racine principale qui doit s’enfoncer profondément dans le sol.

Le fruit de l’asiminier

Les fruits, parfois appelés papayes américaines, peuvent devenir très gros, selon le climat et la variété, jusqu’à 400 gr. Ils sont ovales à allongés, ressemblant un peu à une mangue. Ils sont très variables, verts, blancs, orangés, ou sombres, qui ont un gout exquis pour certains ou peuvent parfois être désagréables. C’est pourquoi on sélectionne certaines variétés qui sont greffées pour la récolte fruitière. Ils sont recouverts d’une peau tendre, la chair jaune orangé à maturité, contenant quelques pépins aplatis, qu’il faut enlever. Le gout est acidulé et sucré, très parfumé, entre la banane et la mangue.

La fructification est assez tardive. Les fruits se récoltent à l’automne, alors qu’ils sont sur le point de tomber. Il leur faut encore murir avant d’être dégustés.

Planter un asiminier

Asimina triloba est rustique jusqu’à -20°C, cependant pour aller au terme de sa fructification, il a besoin d’une longue saison de croissance, d’un automne clément, et d’un hiver froid, mais pas trop long. Il supporte mal en revanche les étés trop chauds et secs.

L’asiminier demande un sol ordinaire à tendance acide, limoneux, qui garde toujours un peu d’humidité (apprécie un paillage). Il fructifie mieux au soleil, mais les jeunes plants préfèrent un peu d’ombrage.

On se procure des plants d’asiminier encore très jeunes, cultivés dans des conteneurs profonds, où la racine principale ne s’enroule pas trop. Ils sont démoulés soigneusement du pot, sans démonter la motte de terre et enterrés tels que, sans aucune perturbation des racines. L’asiminier demande 5 à 6 ans pour être capable de produire.

Espèces et variétés de Asimina

Ce genre comprend 8 espèces

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Oulahoups (Midi-Pyrénées)
    L'asiminier pousse très lentement, 30 cm par an, les fruits sont délicieux
    Répondre à Oulahoups
    Le 26/08/2017 à 12:10