Peyote, Peyotl

Peyotl, peyote, Lophophora williamsii

Botanique

Nom latin  : Lophophora williamsii
Synonyme  : Lophohpora fricii
Origine  : Mexique, Texas
Espèces proches : Lophophora diffusa
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : rose pâle, plus rarement jaune ou violet
Type de plante : cactus
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : feuilles transformées en poils, persistants
Hauteur : quelques centimètres
Toxicité : pourriture du collet, cochenille

Planter et cultiver

Rusticité  : non rustique, 4° C minimum
Exposition  : lumineuse, sans soleil direct
Type de sol : sol très minéral, drainant et profond
Acidité du sol  : neutre à basique, ne craint pas le calcaire
Humidité du sol  : sec, arrosage en fonction du cycle de la plante
Utilisation : plante d’intérieur, véranda
Plantation, rempotage : en pot profond, d’avril à juillet
Méthode de multiplication : semis

Généralités

Le peyotl est un cactus célèbre, en raison des substances hallucinogènes que contiennent les pieds âgés. Pour les cactophiles, son attrait réside dans sa rareté et son aspect cotonneux sans aiguillon. Originaire des régions semi-désertiques du Mexique et du Texas, on le trouve dans les alluvions sablonneuses des vallées encaissées creusées par des torrents saisonniers ou au contraire sur les plateaux ensoleillés et éventés. Il est malheureusement menacé de disparition.

Chez les cactus, les tiges sont épaissies et forment le corps de la plante, les rameaux sont transformés en aréoles duveteuses. Ces aréoles portent des aiguillons qui sont en fait les feuilles transformées.

Chez Lophophora williamsii, le corps est un globe aplati de 10 cm au plus de diamètre. Son épiderme est bleu, ses aréoles sont cotonneuses, et les feuilles sont des poils. La plante est très jolie et ne pique pas. Avec l’âge, ce cactus peut faire un ou plusieurs rejets à sa base, la variété (ou espèce selon les auteurs) caespitosa produit de nombreux rejets. Son épaisse racine-pivot est d’un volume plus important que la partie aérienne de la plante. Cette racine est une formidable réserve d’eau, elle permet d’ailleurs à la plante de se rétracter sous le sol en période de sécheresse.

Les fleurs roses et nacrées sortent des aréoles centrales. De 2 cm de diamètre, elles éclosent tout du long de l’été. Après fécondation, elles produisent un fruit rose contenant quelques graines (5 en moyenne) noire de 1.5 mm .Ces fleurs sont capables d’un mouvement actif des étamines : lorsque on les touche, elles se replient vers le bas en quelques secondes. Ce mouvement entre certainement dans le processus de fécondation.

Comment cultiver le Lophophora williamsii ?

Ce cactus doit bénéficier d’un mélange le plus drainant possible dans un pot profond, pour son énorme racine qui supporte mal l’humidité. On conseille donc un mélange minéral : moitié de terre argileuse, moitié sable grossier, le calcaire étant apprécié. La lumière directe n’est pas indispensable.

L’arrosage se fait d’avril à septembre : un arrosage copieux, puis on laisse sécher entièrement le sol. A partir de septembre, on cesse tout arrosage, afin de donner une période de repos hivernale au cactus. La plante doit être conservée l’hiver au sec et au frais, à une température de 4 à 12 ° C. cette période de dormance permet d’une part d’éviter le pourrissement plus fréquent en hiver et d’autre part, est indispensable pour induire la floraison en été. La culture est relativement facile, si les conditions hydriques et la dormance sont respectées.

Comment multiplier le lophophora ?

La seule possibilité est le semis. Les graines sont placées à la surface dans un mélange argile + sable, Appuyées sur le substrat mais non couvertes. Le pot est noyé d’eau, puis couvert d’un film plastique et maintenu entre25 et 35 °C .Dès que la plupart des graines sont germées, soit en 7 à 15 jours, on retire le plastique et on laisse sécher le substrat. Les plantules sont assez grosses, elles pousseront rapidement en alternant 3 jours terre humide et 4 jours terre sèche. En un an elles peuvent faire 1 cm de diamètre, puis la croissance de la plante devient très lente. L’hivernage de la 1e année est délicat, mais indispensable.

Le saviez-vous ?

Les mexicains consommaient autrefois ce cactus lors de fêtes religieuses. Aujourd’hui sa vente est légiférée en Europe à cause des substances hallucinogènes qu’il contient. Cependant celles-ci ne sont produites que dans les conditions naturelles de culture : croissance excessivement lente et température/ ensoleillement élevés.

Espèces et variétés de Lophophora

Le genre comprend quelques espèces dont plusieurs assez proches
Lophophora diffusa, Lophophora williamsii étant assez variable, certains sont décrits comme des espèces différentes.

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire