Grand pétasite, Pétasite officinale

Grand pétasite, Pétasite officinale, Petasites hybridus

Botanique

Nom latin  : Petasites hybridus
Synonymes  : Petasitus vulgaris, Petasitus officinalis, Petasitus ovatus, Cineraria hybrida
Origine  : Europe, Asie
Période de floraison : mars à mai
Couleur des fleurs  : rose à blanc
Type de plante : plante de zone humide, subaquatique
Type de végétation : plante vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 0.50 à 0,80 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique jusqu'à -29 °C
Exposition  : ombre à mi-ombre
Type de sol : riche
Acidité du sol  : moyennement acide à légèrement basique
Humidité du sol  : normal à humide
Utilisation : à éviter dans un jardin, plante médicinale
Plantation, rempotage : toute l'année en milieu humide
Méthode de multiplication : division

Généralités

Petasites hybridus ou Petasites vulgaris, la grande pétasite est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées, assez poche du tussilage. Elle est très largement distribuée dans l’hémisphère nord tempéré, présente d’Europe jusqu’en Asie. La grande pétasite est une plante subaquatique, qui vit en bordure forestière, près des cours d’eau, en prairie humide, en plaine ou en altitude moyenne. Bien que la grande pétasite soit parfois vendue comme plante de berge, elle est plutôt mal adaptée au jardin. Son feuillage est très décoratif, mais sa vigueur en milieu humide dépasse souvent les attentes du jardinier, à moins d’être rigoureux et de la limiter systématiquement chaque année.

Description de la  grande pétasite

Petasites hybridus est une plante rhizomateuse, aux tiges souterraines épaisses et ramifiées produisant de très larges colonies par multiplication végétative. Des rosettes de feuilles se développent à partir de ce rhizome souterrain, elles commencent à émerger de terre au mois d’avril pour devenir ensuite énorme en début d’été. Les feuilles sont portées par un long pétiole creux, et montre un magnifique limbe cordiforme à réniforme, légèrement dentées, parfois large de plus de 50 cm. Les feuilles sont vert vif au revers pubescent, plus pâle. Le feuillage de la grande pétasite devient si dense qu’il étouffe toutes les autres plantes existant au préalable. C’est pourquoi, bien qu’elle soit une espèce indigène, elle est parfois considérée comme nocive lorsqu’elle s’installe dans une zone humide, car elle se développe au détriment des autres espèces (souvent rares) qui disparaissent et appauvrit ainsi le milieu.

Le feuillage est caduc et disparait en hiver, mais le bourgeon central de chaque rosette évolue en hampe florale qui sort de terre à partir de mars, soit avant les nouvelles feuilles. La hampe florale est bien dressée, de couleur pourpre et porte un cône dense de capitules florifère blanc à rose. Sans être complètement dioïque, la grande pétasite est presque sexuée. Certains plants ne portent quasiment que des fleurs mâles, à quelques exceptions près. Ce qui peut être intéressant si on l’introduit et qu’on ne souhaite pas qu’elle se ressème. La production de graines est donc rare.

Le bourgeon apical du rhizome ayant produit les fleurs meurt, induisant la formation de plusieurs ramifications du rhizome. Celui-ci peut rester souterrain plusieurs années avant de faire émerger ses nouvelles de feuilles, d’où l’effet d’envahissement soudain qui peut faire regretter de l’avoir planté.

Une forme à feuilles panachées est encore plus attrayante : Petasites hybridus ‘Variegatus’

Comment cultiver la grande pétasite ?

Petasitus hybridus est tolérant pour la nature du sol, dans la mesure où celui-ci conserve une certaine fraicheur l’année durant. Elle peut croître hors zone humide à l’ombre et dans un sol lourd, moins envahissant alors qu‘en zone humide. C’est en marais, prairie humide ou au bord de pièce d’eau là qu’elle sera la plus vigoureuse et débordante. Elle apprécie alors la mi-ombre.

Au sein d’un jardin, il faut penser à la limiter dès sa plantation. Elle peut être plantée sur un ilot, où dans une zone concise par de la maçonnerie ou autre. En pleine terre, il faudra absolument bien étudier son mode de propagation et travailler le sol chaque printemps en fin de floraison pour enlever les bouts de rhizome en trop avant que les ramifications en arrière de la hampe florale ne s’étalent trop loin.

Le saviez-vous ?

La grande pétasite est une plante médicinale reconnue, on cherche même à en faire des antalgiques pour la migraine. Elle est riche en matières actives, plus ou moins concentrées selon les plantes et causer parfois des insuffisances hépatiques pour cette raison  ; elle est donc plutôt déconseillée en ingestion. Cependant ses feuilles peuvent être utilisées directement sur les plaies comme désinfectant, anti-inflammatoire et cicatrisant.

Espèces et variétés de Petasites

Le genre comprenant environ 15 espèces

  • Petasites alba, la pétasite blanche
  • Petasites japonicus, la pétasite du Japon
Lire aussi
Systèmes de protection des piscines : le grand cafouillage Systèmes de protection des piscines : le grand cafouillage

Le 10 juillet 2008, Luc Chatel, secrétaire d’État chargé de l’Industrie et de la consommation a demandé le retrait de la commercialisation de 5 modèles d’alarmes de détection de...

Les bienfaits de la sauge officinale Les bienfaits de la sauge officinale

Depuis l'Antiquité cette plante indispensable au jardin, n'a cessé de prouver son efficacité. Le célèbre dicton « qui a de la sauge dans son jardin, n'a pas besoin de médecin » résume à lui seul...

Le grand nettoyage de printemps du bassin Le grand nettoyage de printemps du bassin

Les beaux jours reviennent et avec eux, la hausse des températures qui sonne le réveil du bassin d'ornement. C'est la période idéale pour procéder à un grand nettoyage de printemps afin de repartir...

Corps, le grand nettoyage de printemps Corps, le grand nettoyage de printemps

Le printemps, c’est la saison du renouveau. Alors profitons-en pour remettre de l’ordre dans nos vies et dans notre corps. Rien de tel qu’un bon nettoyage de printemps pour...

Vos commentairesAjouter un commentaire