Créolophe ondulé

Créolophe ondulé, Creolophus cirrhatus
Créolophe ondulé, Creolophus cirrhatus

Botanique

Nom latin  : Creolophus cirrhatus
Synonymes  : Hydnum cirrhatum, Hericium cirrhatum
Famille  : Hericiacées
Chapeau : en console, groupés, imbriqués les uns dans les autres, de 5 à 15 cm de diamètre
Hyménium : aiguillons, 1 à 1,5 cm de long
Spores : sporée blanche
Anneau : absent
Pied : inexistant
Chair : blanche, molle, épaisse
Volve : absente
Odeur : agréable, de champignon

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe
Periode : milieu d'été à fin d'automne
Habitat : forestier, sur bois mort de feuillus
Confusions possibles : Hericium erinaceus, Hericium clathroides, Spongipellis pachyodon
Toxicite : aucune
Intérêt culinaire : comestible moyen
Usages : espèce rare à protéger

De fins glaçons blancs s'allongent sous des plateaux ondulés, imbriqués les uns dans les autres, accrochés à un chêne mort. Mais l'automne s'annonce à peine et les températures dans les sous-bois sont encore clémentes. Un examen attentif révèle la nature de cette étonnante structure : les aiguillons d'un Hydne, champignon de la famille des Hericiacées, le Creolophus cirrhatus. Le sporophore, partie reproductive visible de ce Basidiomycète ne forme ni lamelles, ni tubes pour produire ses spores mais de délicats et longs filaments blancs.

Description du Créolophe ondulé

Le Créolophe ondulé se compose de plusieurs plateaux épais, relativement imbriqués les uns dans les autres, pour un diamètre de 5 à 15 cm, fixés sur du bois en décomposition. Le dessus des plateaux se couvre d'aiguillons courts, rudimentaires, disparaissant parfois pour laisser place à une surface veloutée. Ces aiguillons sont stériles contrairement à ceux de la face inférieure, se développant droits, verticaux, fins, sur 1,5 cm  de long. Serrés les uns contre les autres ils couvrent une large surface en ondulant autour des sommets des sporophores. L'ensemble du champignon, initialement blanc, jaunit rapidement. La chair blanche, épaisse, est de consistance spongieuse, molle. Sa saveur est  douce, son odeur agréable, fongique.

Le mycélium, partie végétative invisible, s'infiltre et se répand en fins filaments blancs dans le bois mort.

Détermination de Creolophus cirrhatus

Parmi les champignons à aiguillons, Creolophus cirrhatus est l'un des plus facile à reconnaître, avec ses chapeaux dénudés face supérieure et largement fournis «de glaçons» face inférieure. Quelques espèces à longs aiguillons peuvent prêter à confusion au premier abord, mais un examen attentif montrera de nettes ramifications chez Hericium clathroides  et Hericium flagellum, des aiguillons aplatis latéralement chez Spongipellis pachyodon et l'absence de plateaux chez Hericium erinaceus.

Attention toutefois aux sujets jeunes aux structures non encore différenciées.

Le milieu de vie

Le Créolophe ondulé apprécie les milieux forestiers de feuillus où il se développe essentiellement sur chênes, hêtres, bouleaux. Son sporophore apparaît du milieu de l'été à la fin de l'automne sur les troncs d'arbres morts, son mycélium pénétrant et dégradant le bois. On le dit saprophyte, se nourrissant de matière organique en décomposition, et responsable d'une pourriture blanche, attaquant la lignine si dure.

Intérêt culinaire du Créolophe ondulé

Le Créolophe ondulé peut être consommé jeune mais sa consistance molle et spongieuse est désagréable.

Usages

Rare, il est d'usage de réserver le Créolophe au seul plaisir des yeux.

Le saviez-vous ?

Les champignons à aiguillons étaient autrefois regroupés dans le genre Hydnum. Depuis la prise en compte de critères génétiques, les « hydnes » se répartissent en plus de 40 genres !

Espèces et variétés de Creolophus

Seul Creolophus cirrhatus est cité dans la littérature. Quelques Hericium lui ressemblent :

  • Hericium flagellum : Hydne corail des résineux, répandu en Europe, en montagne
  • Hericium clathroides :  Hydne corail des feuillus, répandu en Europe
  • Hericium abietis : tête d'ours, Amérique du Nord, comestible
  • Pseudohydnum gelatinosum : le faux-hydne gélatineux
  • Hericium erinaceus : Hydne hérisson

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire