Omphale des charbonnières

Anciennes places à feu, forêts brûlées, offrent un habitat particulier, étonnamment favorable à de nombreux champignons comme l'omphale des charbonnières que l'on rencontre du printemps à l'automne.

Omphale des charbonnières, Myxomphalia maura
Omphale des charbonnières, Myxomphalia maura

Botanique

N. scientifique Myxomphalia maura
Synonymes Agaricus maurus, Fayodia maura, Omphalia maura
Famille Mycénacées
Chapeau creusé au centre, brunâtre sombre puis plus pâle, 1 à 5 cm
Hyménium lames blanches, légèrement décurrentes et serrées
Spores sporée blanche
Anneau absent
Pied cassant, grisâtre à brunâtre, plus clair à l'apex, H. 2 à 6 cm
Chair mince et blanchâtre
Volve absente
Odeur légèrement farineuse

Habitat et usages

Répartition France, Europe
Périodemai à octobre
Habitatmilieu ouvert, sur charbonnières et anciennes places à feu, principalement sur bois de conifère
Confusions possiblesFaerberia carbonaria, Lyophyllum ambustum
Toxiciténon comestible
Intérêt culinairesans intérêt
Usagesnon référencés
Omphale des charbonnières, Myxomphalia maura

Anciennes places à feu, forêts brûlées, offrent un habitat particulier, étonnamment favorable à de nombreux champignons. L'Omphale des charbonnières, Myxomphalia maura, y trouve sa place. Ce Basidiomycète de la famille des Mycénacées se rencontrera du printemps à l'automne.

Description du Omphale des charbonnières

L'Omphale des charbonnières possède un chapeau fortement creusé au centre, dont la taille varie entre 1 et 5 cm de diamètre. Sa surface tend vers des teintes brunâtres ou grisâtres assez sombres mais hygrophane elle évolue vers le gris pâle par temps sec. La cuticule, gélatineuse et élastique, est facilement détachable. La marge est enroulée et légèrement striée chez les jeunes sujets. Blanchâtres à gris pâle, les lames sont peu décurrentes, larges et assez serrées.

Bien qu'il soit parfois plus pâle, notamment à l'apex, le pied est brunâtre à grisâtre, concolore au chapeau. Mesurant entre 2 cm et 6 cm de haut, il est au départ finement pruineux et devient vite lisse et luisant. La chair blanchâtre à crème-grisâtre est coriace mais souvent mince dans le chapeau. Sa saveur et son odeur sont douces mais avec une légère tendance farineuse.

Détermination de Myxomphalia maura

Le milieu de vie caractéristique de Myxomphalia maura, sur les anciennes places à feu, limite les risques de confusions. Toutefois cette espèce partage son habitat avec d'autres champignons, plus ou moins proches. Telle que la Fausse-chanterelle des charbonnières, Faerberia carbonaria, qui est peu commune et présente des lames moins serrées, très décurrentes sur le pied et fourchues, ressemblant aux plis des Chanterelles.

Une autre confusion est possible avec une espèce rare, Lyophyllum ambustum qui lui ressemble beaucoup mais dont les lames sont plus sombres et plus fines. De plus sa cuticule n'est pas gélatineuse et son chapeau parfois moins creusé. Toutefois, afin de les différencier avec certitude une étude des spores au microscope est indispensable.

Milieu de vie

Cette espèce peu commune apprécie les anciennes places à feu, elle se développe ainsi sur les charbonnières, notamment sur le bois brûlé de conifère. Elle pousse le plus souvent en compagnie d'autres d'individus mais peut également être rencontrée seule. Sa période de croissance s'étale principalement de mai à octobre.

Toxicité ou intérêt culinaire de l'omphale

Non comestible. Sa saveur sans grand intérêt culinaire et sa répartition spécifique au sein des places à feu ne favorise pas sa consommation.

Espèces et variétés de Myxomphalia

De nombreuses Omphales se développent parmi les mousses :

  • Arrhenia gerardiana : chapeau brun-gris, dans les mousses des tourbières
  • Arrhenia rickenii : Omphale de Ricken, chapeau grisâtre à brunâtre, dans la mousse des pelouses et des pierres
  • Arrhenia velutipes : Omphale à pied velouté, chapeau brun-noirâtre puis gris-brun, dans les mousses ou sur les places à feu
  • Omphalina rivulicola : Omphale des ruisseaux, brun-rougeâtre, dans les mousses en montagne
  • Rickenella fibula : Omphale en aiguille, chapeau jaune-orangé, dans les mousses des prés et des forêts
  • Rickenella swartzii : Omphale de Swartz, chapeau brun-noirâtre, dans les mousses des prés et des forêts

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Champignons et incendies Champignons et incendies

Les feux se propagent régulièrement dans les milieux forestiers, réduisant en cendres broussailles, litière du sol, faune et flore ne pouvant fuir. L'incendie apaisé laisse des paysages calcinés,...

Famille des Psathyrellacées / Psathyrellaceae Famille des Psathyrellacées / Psathyrellaceae

Famille complexe, récemment remaniée, les Psathyrellacées regroupent des espèces communes, connues, mais rarement identifiées car non récoltées. Coprins, Psathyrelles, Parasola... se mêlent dans...

La couleuvre vipérine, un serpent inoffensif de zones humides La couleuvre vipérine, un serpent inoffensif de zones humides

Elle glisse entre les Carex, nage avec aisance, plonge de longues minutes, l'eau est son territoire de chasse : la couleuvre vipérine est un serpent commun des zones humides.

Marasme de Bulliard, Marasmius bulliardii Marasme de Bulliard, Marasmius bulliardii

Le Marasme de Bulliard, minuscule champignon nécessitant un oeil de lynx pour le dénicher, est étonnant avec son chapeau souvent surplombé d'une petite goutte d'eau.

Vos commentairesAjouter un commentaire