Les jardins familiaux

Les jardins familiaux également appelés autrefois jardins ouvriers s'inscrivent dans une démarche sociale très forte. Ils sont gérés par des associations loi 1901 et ont pour but d'améliorer l'ordinaire des personnes de conditions modestes.

Les jardins familiaux
Les jardins familiaux


Les jardins familiaux sont nés en Allemagne au 19e siècle. Leur déclinaison en France a débuté à Saint-Etienne sous l'impulsion de l'abbé  Volpette et à Sedan grâce à Madame Hervieu. A la fin du 20e siècle, l'idée a été reprise et généralisée par l'abbé Jules Lemire à Hazebrouck en Flandre Française sous le nom de jardins ouvriers.

A l'origine, ces jardins étaient destinés à améliorer les conditions de vie des familles de conditions modestes. En accédant à une parcelle de terrain mise à disposition par les municipalités, les ouvriers pouvaient faire pousser des fruits et des légumes et ainsi mieux faire face à leurs besoins alimentaires au quotidien. En 1896 l'abbé Lemire fonda la Ligue française du coin de terre et du foyer pour simplifier les démarches d'attribution des parcelles et impulser un élan de création de nouvelles expériences dans toute la France.

Rapidement, l'idée fait des émules notamment en région parisienne. La demande étant croissante, les surfaces mises à disposition ont explosé. Ainsi en 1904, la région parisienne ne comptait que 48 jardins ouvriers mais en 1913, on en recensait plus de 1500. En 1945, le mouvement des jardins ouvriers porté par les actions du Front Populaire notamment devient un vrai succès avec plus de 250 000 jardins ouvriers en France. En 1952, les jardins ouvriers prennent officiellement le nom de jardins familiaux. La loi votée cette année là inscrit  les jardins familiaux dans le cadre législatif du Code rural.

A partir de cette époque, tous les jardins familiaux doivent être gérés par des associations loi  1901 à but non lucratif. L'attribution des parcelles devient de plus en plus strict face à l'inflation de la demande. Les critères le plus souvent retenus par les associations gestionnaires sont la proximité de la parcelle avec le logement de celui qui l'exploite. Autant que possible, les associations attribuent les parcelles selon un principe de mixité sociale. L'usage commercial des parcelles est interdit, seul le plaisir du jardinage et de la récolte prime.

L'ambiance au sein des jardins familiaux est ainsi le plus souvent conviviale et sympathique. Les familles se retrouvent sur les parcelles dès que possible. Tous les jardiniers s'entraident et échangent des bons tuyaux, des techniques, des semences et des graines.

Lire aussi
Des jardins familiaux aux jardins partagés Des jardins familiaux aux jardins partagés

A l'heure où la moitié de la population mondiale habite en ville, le contact avec la nature n'aura jamais été aussi fragile, mais toujours aussi indispensable. Nombreux sont les balcons qui[...]

Les jardins de Gally, le Bureau fertile Les jardins de Gally, le Bureau fertile

Et si on réinventait l'espace de travail au bureau ? Tel a été le défi lancé par les jardins de Gally à l'occasion de Jardins jardin aux Tuileries.

Le Festival international des Jardins de Chaumont sur Loire Le Festival international des Jardins de Chaumont sur Loire

Devenu une véritable institution dans le monde horticole, le Festival international des Jardins de Chaumont accueille chaque année des projets de jardins, source d'inspiration pour les...

Les jardins du château de la Ballue (35) Les jardins du château de la Ballue (35)

Autour du château de la Ballue à Bazouges-la-Pérouse en Ille-et-Vilaine, les jardins s'inspirent du XVIIe siècle pour une promenade riche en émotions. La visite des jardins du château inscrits...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Bibi (Centre)
    Les jardins familiaux sont super pour la communication entre tous
    Répondre à Bibi
    Le 11/09/2015 à 23:53