A LA UNE »
10 plantes chameaux

La tourbe et les tourbières

Tourbière de Bonnevaux (25)
Tourbière de Bonnevaux (25)

Une tourbière est une zone humide, colonisée par la végétation, dont les conditions écologiques particulières ont permis la formation d’un sol constitué d’un dépôt de tourbe. Uniques et dégradées par l'activité humaine, il est important de les protéger aujourd'hui.

Qu'est-ce qu'une tourbière ?

Les tourbières sont des zones humides aux eaux généralement acides et stagnantes. Ces caractéristiques créent un milieu appauvri en oxygène et donc pauvre en bactéries où la matière végétale se décompose très lentement. Elle s'accumule progressivement en formant un dépôt appelé la tourbe. L'épaisseur des tourbières généralement observée en France est comprise entre 50 cm et plus de 10 mètres.

On trouve des tourbières dans différentes régions de France comme l'Auvergne ou la Franche-Comté, mais aussi dans les pays nordiques comme la Finlande, la Norvège et le Canada.

Les principaux végétaux formant la tourbe sont des mousses, les sphaignes, qui colonisent petit à petit la surface de l'eau. Du fait de son acidité, la tourbe conserve la matière organique et on a retrouvé dans les tourbières nordiques de nombreux dépôts archéologiques dont des corps humains " momifiés " et en parfait état de conservation.

Les tourbes blondes sont des tourbes plus fibreuses, plus aérées que les tourbes noires qui sont plus compactes. Elles sont issues de végétaux plus décomposés.

Un écosystème spécifique

On y trouve des plantes rares comme la Ligulaire de Sibérie, le saule des Lapons aux petites feuilles duveteuses, le fraisier d'eau, et quelques plantes carnivores comme le Droséra qui capture les insectes avec de la glue ou l'Utriculaire qui piège les micro-organismes aquatiques.

Riches en insectes de tout poil, les tourbières ont une valeur écologique qu'il est important de préserver.

Un milieu unique à préserver

Les tourbières ont subi, durant plusieurs décennies, d'importantes et continuelles dégradations découlant des activités humaines.

Briquettes et taille récente de tourbe, tourbière du Forbonnet à Frasne (25)

Autrefois exploités artisanalement pour la tourbe qui était utilisée comme combustible pour le chauffage ou comme fourrage pour les animaux, ces milieux subissent maintenant des dommages irréversibles. Considérées comme milieux improductifs, ils sont "améliorés" suivant de nouveaux critères économiques. Drainagesintensifs agricoles, plantations de ligneux, décharges et dépôts divers, extractions industrielles de tourbe, creusements d'étangs et de plans d'eau, remblaiement pour la construction d'infrastructures diverses..., sont autant d'activités et d'atteintes qui se sont développées depuis la fin de la seconde guerre mondiale et ont eu raison de plusieurs dizaines de milliers d'hectares de tourbières en France.

Aussi, la superficie des tourbières françaises, supérieure à 200 000 hectares dans les années 1945, s'est vu réduire de moitié en cinquante ans puisqu'on l'estime aujourd'hui à moins de 100 000 hectares. Ce triste constat n'est malheureusement pas l'apanage de la France et c'est l'ensemble des tourbières européennes qui a connu le même sort, dans des proportions parfois bien plus dramatiques encore.

Terreaux sans tourbe

De plus en plus de professionnels et de particuliers se tournent vers une approche plus naturelle du jardinage en privilégiant des produits respectueux de l'environnement. C'est pourquoi vous trouverez des produits auxquels sont associés des labels, faisant mention de l'utilisation de produits naturels, renouvelables et biodégradables.

La tourbe est un matériau très utilisé comme amendement dans l'horticulture car c'est un substrat qui retient très bien l'eau et qui est très léger. Malheureusement, cette ressource ne se renouvelle pas au rythme où nous l'extrayons car son développement est plutôt de l'ordre de quelques millimètres par an !

Aujourd'hui, on trouve chez les détaillants d'excellents terreaux sans tourbe dont l'efficacité a fait l'objet de tests de culture. Alors pour contribuer à la sauvegarde des tourbières, préférez des terreaux exempts de tourbe !

En collaboration du Pôle-relais National Tourbières

Lire aussi
Installation d'un arrosage automatique pour le potager Installation d'un arrosage automatique pour le potager

Mr Collinet habitant à Marseille : Je souhaite mettre en place dans mon jardin un arrosage automatique (goutte à goutte) pour le potager. Comment faut-il faire ? Les 3 principales contraintes...

Un potager au balcon Un potager au balcon

Nulle raison de se priver de la joie de récolter des légumes frais cultivés de façon naturelle sous prétexte que vous ne possédez qu'un simple balcon. A la fois décoratif et utile, cet aménagement...

Le calendrier du potager Le calendrier du potager

Ce tableau donné à titre indicatif présente les périodes de semis, de repiquage et de récolte pour les principaux légumes et pour un climat moyen (type Ile-de-France). Pour chaque espèce, il existe...

Débuter un potager Débuter un potager

Des légumes fraîchement cueillis et regorgeant de saveur qui n’en a pas rêvé ? Sautez le pas en créant votre potager : plaisir des sens garanti ! Le choix de l’emplacement Plusieurs...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Pellia (Six Berry)
    Les tourbières résultent du développement de groupements végétaux constitués surtout de plantes hydrophiles phanérogames, mais aussi de cryptogames (bryophytes), bien adaptées à la vie en milieux extrêmes : Les eaux peuvent être très acides ou très basiques, Dans les substrats, les micro-organismes se développent en l'absence d'oxygène, ils sont anaérobiques. Les substrats excessivement pauvres en sels minéraux solubles (oligotrophes) ou au contraire excessivement riches (eutrophes), sont des milieux dans lesquels, les débris des végétaux et des animaux vivant en surface ne sont que peu ou pas dégradés par les processus habituels d'humification et de minéralisation de la matière organique. Ces débris s'accumulent et constituent la tourbe. Les tourbes sont une catégorie très particulière de sols puisqu’elles sont presque entièrement composées de matières organiques, (holorganiques) et extrêmement saturation régulière en eau (hydromorphes). En moyenne, les tourbes contiennent 80 à 90 % d'eau, dont une très grande proportion, comprise entre 50 et 60 %), qui est fixée aux colloïdes et n'est pas disponible physiologiquement. Le résidu sec comprend 80 à 98 % de matières organiques selon l'origine et l'âge. Un kilogramme de tourbe sèche est capable de retenir trente litre d’eau environ, d’où sont emploie dans les cultures. Ce n’est pas un amendement comme le fumier, terreau ou l’humus. Les animaux herbivores ne consomment pas la tourbe, elle n’a jamais servie comme fourrage pour les animaux. Une tourbière, profondeur minimum 1 mètre, maximum en France plus de 30 mètres dans ma tribu. Moins d’un mètre ce sont des bas marais, etc. He j’ai la flemme de continuer ! Na.
    Répondre à Pellia
    Le 24/12/2017 à 15:04