Adromischus

Adromischus cooperi
Adromischus cooperi

Botanique

Nom latin  : Adromischus cooperi, Cotyledon cooperi
Synonyme  : Cotyledon cooperi
Famille  : Crassulacées
Origine  : Afrique du sud
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : vert et rouge
Type de plante : vivace succulente
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 10 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : 10°C
Exposition  : soleil
Type de sol : mélange pour cactées, drainé
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : normal
Utilisation : pot, jardinière
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis au chaud, bouturage de feuilles
Maladies et ravageurs : les pucerons, les cochenilles

Les Adromischus font partie de la grande famille des Crassulacées qui compte plus de 150 espèces de plantes au feuillage succulent. Le Genre comprend une trentaine d'espèces vivaces et de nombreux cultivars souvent acaules, présentant des feuilles très charnues groupées ou disposées en spirales.

Les adromischus sont originaires des régions semi-arides d' Afrique du Sud et de Namibie où ils forment des touffes compactes et basses ne dépassant pas 10 cm de haut. Seule l'espèce 'maximus' peut atteindre 25 cm de hauteur. Les inflorescences portées en épis de fleurs tubulaires aux lobes étalés fleurissent pour la plupart en été.

On trouve le plus fréquemment l'espèce 'Cooperi' en jardinerie ; elle présente des feuilles très charnues, lustrées, gris/vert maculées de tâches pourpre sur le dessus.

Conseils de culture

Les adromischus ne sont pas des plantes difficiles à cultiver. Dans les régions bien abritées du pourtour méditerranéen, elles peuvent même être plantées en pleine terre mais à l'abri d'une plante plus imposante ou d'un gros rocher qui les protégeront des rayons brûlants du soleil zénithal. Le soleil du matin ou de fin d'après midi est par contre tout à fait bénéfique et permettra de conserver les macules foncées sur le feuillage, un manque de luminosité risquant de les faire disparaître.

L'idéal serait une plantation sur un terrain pentu, très drainé et à l'abri des pluies hivernales. En effet, la culture des Adromischus est généralement contre-indiquée dans les zones où le thermomètre descend sous les 8°, mais en conditions extrêmement sèches, ces plantes peuvent survivre à quelques brèves et légères gelées.

Installez les adromischus dans un sol minéral, sableux ou schisteux en légère pente pour que l'eau ne stagne jamais à son pied.

Comme non l'avons vu, la rusticité des Adromischus est toute relative, mieux vaut donc les cultiver en intérieur ailleurs que dans le Sud de la France.

En appartement ou en serre, installez-les en pleine lumière dans un pot en terre cuite dont le fond sera drainé par une couche de billes d'argile ou de graviers. Remplissez ensuite le pot d'un mélange de terreau et de sable de rivière.

Arrosez les adromischus une fois par semaine en période de croissance. Ajoutez un peu d’engrais une fois par mois en été. Dès l'automne, stoppez tous les arrosages qu'à la mi avril, excepté si vous cultivez vos plantes en serre tropicale chauffée. Il faudra alors les arroser dès que les feuilles commencent à flétrir. De manière générale, mieux vaut toujours un manque d'eau qu'un excès.

De mai à septembre, il est possible de sortir les adromischus au jardin. Attendez que les derniers risques de gelées soient écartés et adaptez progressivement ces plantes au plein soleil, pour éviter de voir apparaître des brûlures irréversibles sur les feuilles.

Dans les régions du Sud, placez vos potées à la mi-ombre sous un arbre par exemple, il faudra ensuite penser à les rentrer dès que la température descendra en dessous de 10° et que le temps deviendra très humide.

Espèces et variétés de Adromischus

Le genre comprend environ 30 espèces
- Adromischus cooperi aux feuilles épaisses - 10 cm
- Adromischus maculatus se développant en hauteur avec des feuilles plates - 15 cm

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire