Cymbalaire des murs, Ruine-de-Rome

Cymbalaire des murs, Ruine-de-Rome, Cymbalaria muralis

Botanique

Nom latin  : Cymbalaria muralis
Synonymes  : Antirrhinum hederifolium, Linaria cymbalaria
Famille  : Scrophulariacées
Origine  : Europe
Période de floraison : juin à novembre
Couleur des fleurs  : mauve
Type de plante : plante herbacée à fleurs
Type de végétation : plante vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 5 à 10 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique jusqu'à -19 °C
Exposition  : ombre claire à mi-ombre
Type de sol : drainant
Acidité du sol  : neutre à basique
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : vieux mur, bord de terrasse, éboulis, suspension
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : division, semis

Cymbalaria muralis, la cymbalaire des murs ou ruine-de-Rome, est une petite plante vivace proche des mufliers et des linaires, appartenant à la famille des Scrophulairacées, aujourd’hui fusionnée avec les Plantaginacées. Cymbalaria muralis est une espèce sauvage indigène, originaire d’Europe plutôt méridionale, mais qui est de nos jours présente ponctuellement partout en France : elle se rencontre le long d’un chemin ombragé ou dans les fissures d’un vieux mur. Bien que sauvage, elle n’est pourtant pas à considérer comme une adventice : c’est une charmante petite plante élégante et non envahissante.

Description de la cymbalaire des murs

Cymbalaria muralis est une petite plante prostrée aux multiples tiges plus ou moins ramifiées, longues de 20 à 80 cm, rampantes ou retombantes, capables de s’enraciner au niveau de chaque nœud. Ses petites feuilles alternes sont portées par un long pédoncule. Ces tiges dessinent une enfilade de petites feuilles luisantes et glabres, presque succulentes, palmatilobées, vert vif plus ou moins bordées de pourpre. Les fleurs naissent de l’aisselle des feuilles. La cymbalaire peut fleurir de mai à novembre, mais le plus gros de sa floraison se situe en juin.

Les fleurs sont adorables avec leur forme de gueule-de-loup miniature. Zygomorphe et large de 1 cm, la fleur possède deux lèvres ainsi qu’un éperon nectarifère. Elles sont mauve violacé, à la gorge jaune. Les fleurs sont positionnées au-dessus du feuillage afin d’attirer les insectes pollinisateurs, mais une fois fécondées, le pédoncule déplace le fruit vers l’obscurité, à la recherche d’éventuelle fissure ou se ressemer.

Quelques variétés intéressantes :

  • Cymbalaria muralis ‘Alba’, aux fleurs blanches
  • Cymabalaria muralis ‘Snow Wave’, montre des feuilles très largement bordées de crème. Ses fleurs blanches éclaircissent encore la plante. C’est une obtention japonaise de Nagamori

Cymbalaria muralis ‘Globosa Roseum’  a des fleurs roses.

Comment cultiver et utiliser la cymbalaria des murs ?

Cymbalaria muralis croit volontiers dans les fissures d’un vieux mur, dans les interstices d’un dallage, au pied d’une construction, sur une rocaille ou un talus un peu frais. Elle peut être également très jolie en couvre-sol entre des plantes plus imposantes ou en suspension et balconnière, associés à d’autres plantes aux fleurs plus grosses. Son feuillage élégant est toujours un excellent faire-valoir.

La cymbalaire se plait en sol ordinaire pas forcément très riche, mais drainant. Elle se développe à l’ombre, ou en mi-ombre, de préférence abritée du soleil direct l’après-midi. Son feuillage est persistant, mais la plante est parfois de vie brève, surtout si elle a été repiquée par nos soins. En revanche, les plantes arrivées par elle-même ou les semis spontanés sont plus durables, notamment ceux qui vivent dans les fissures. Pour avoir la cymbalaire des murs de façon durable dans son jardin, il faut donc la laisser s’acclimater, se ressemer. Elle préfère les sols neutres à basiques, pousse même sur les murs de pierres calcaires.

Lors du repiquage, la plante, aux tissus tendres, doit être manipulée avec douceur, et les racines doivent être le moins perturbées possible.

Comment multiplier la cymbalaria ?

Les larges touffes, enracinées à chaque nœud, peuvent être divisées au printemps. On peut prévoir également un pot enterré où se fera un marcottage naturel, à récupérer et transplanter à l’automne ou au printemps.

Les graines sont semées en surface au printemps. Elle nécessite 3 mois à 20 °C pour germer. Une fois que la plante fleurit dans le jardin, le semis spontané est le meilleur moyen de multiplier et maintenir la cymbalaire.

Espèces et variétés de Cymbalaria

Le genre comprend une dizaine d'espèces

  • Cymbalaria aequitriloba, encore plus menue et aux feuilles velues
Lire aussi
Des plantes sur les murs Des plantes sur les murs

Apparu vers le milieu des années 90, le concept de mur végétal crée par Patrick Blanc docteur d'état ès Sciences à l'université Pierre et Marie Curie et chercheur au CNRS, est une véritable...

Les murs de soutènement Les murs de soutènement

Sur les terrains pentus ou encaissés, il sera parfois nécessaire de réaliser un mur de soutènement pour retenir la terre et pourquoi pas y planter des végétaux. De nombreux matériaux se prêtent à...

Un jardin légèrement en pente Un jardin légèrement en pente

Une demande de Mme Bauer en Alsace Nous avons un terrain de largeur 20 x 30 m longueur environ,très légèrement en pente. Comment l'aménager (murets, escaliers ? point d'eau ?...) pour donner...

Un carré de jardin Un carré de jardin

Une demande de Patrice BASSEZ J'ai un carré de jardin de 3.5*4.5m à aménager mais je ne sait quoi y mettre. Ce carré est relativement ombragé et il y a un moulin de 2m de hauteur en plein centre....

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • GRANGE (FRANCHE COMTE)
    J'habitais autrefois en banlieue parisienne. Dans le jardin de mon enfance, il y avait beaucoup de cymbalaire des murs, qu'on appelait tout bêtement ruine, autour d'une fontaine en meulière. J'aimais beaucoup cette plante. J'habite depuis presque 40 ans dans le Jura, et les plantes de mon enfance me manquent. Ici, j'en ai trouvé dans des murs de vieilles pierres. J'en ai prélevé un pied et j'ai réussi à l'acclimater dans mon jardin, bien qu'il soit planté au soleil, plein Sud, mais sous le rebord d'un muret en ciment. J'essaierai le marcottage dans un pot enterré.
    Répondre à GRANGE
    Le 06/11/2017 à 15:58