Myriophylle aquatique, Millefeuille aquatique

Myriophylle, Myriophyllum aquaticum

Botanique

Nom latin  : Myriophyllum aquaticum
Synonymes  : Myriophyllum brasiliense, Myriophyllum proserpinacoides
Famille  : Haloragidacées
Origine  : Indonésie, Amérique du sud
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : jaune-vert
Type de plante : vivace aquatique
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : jusqu'à 2 m de long

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique
Exposition  : soleil
Type de sol : plante aquatique
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : humide
Utilisation : bassin, aquarium
Plantation, rempotage : au printemps, installez quelques branches accrochez à quelques pierres
Méthode de multiplication : très facile, division des touffes
Taille : contrôler le développement de la plante en rabattant les tiges à la longueur voulue
Maladies et ravageurs : résistant aux maladies

Le myriophylle aquatique est une plante d'eau, comme le laisse supposer, à juste titre, son nom. Elle peut se développer sous l'eau mais on la trouve également flottante. Les racines s'encrent au sol sur 50 cm de profondeur. Les longues tiges noueuses (3 à 4 m) se dressent pour sortir de l'eau, parfois jusqu'à 40 cm de la surface.

Les feuilles, organisées en verticilles autour des tiges, sont découpées en fines lanières. Celles qui sont hors de l'eau ont une teinte vert bleuté, qui a valu à la plante l’appellation de « Plume de perroquet ». Les fleurs, attachées à l'aisselle des feuilles aériennes par un petit pédoncule, apparaissent l'été : les fleurs femelles sont sans pétales tandis que les 4 pétales blanches des fleurs mâles émergent d'un calice soudé de la même couleur.

Myriophyllum brasilense et Myriophyllum brasiliense brasiliensis

Myriophyllum brasiliense est souvent confondu avec Myriophillum brasiliense brasiliensis, une plante rare et délicate pour aquarium.

Utilisation du myriophylle

Le myriophylle aquatique est une plante pour bassins. Il faut dire quelle est pleine de ressources :

  • le myriophylle fait parti des plantes oxygénantes qui, par leur action filtrante , permettent de stabiliser l'équilibre souvent délicat d'un bassin de jardin. Le développement des algues vertes est ainsi contenu.

  • les ramifications du myriophylle aquatique offrent un excellent refuge pour la faune peuplant les bassins : les insectes comme les poissons y trouvent le gîte et le couvert, et c'est un bon abri contre les plus gros prédateurs, pour les alevins.

Conseils de culture du Myriophylle

Le myriophylle aquatique est un allié idéal du jardin d'eau. Plutôt rustique, si on le compare à de nombreuses plantes aquatiques (-7°C), il ne demande pas de soin particulier :

Il lui faut du soleil mais supporte une ombre légère. Avec une bonne luminosité vous obtiendrez une coloration de la plante rose pourpre. Il fait, également, preuve d'une grande tolérance quant au pH et à la douceur de l'eau. Et en ce qui concerne la température idéale de l'eau, elle doit être comprise entre 17 et 25°C.

L'installation du myriophylle est aisée : en le coinçant simplement sous une pierre ou dans un pot de gravillons près du bord du bassin, entre 50 cm et 1 mètre de profondeur, il se développe sans problème, en étirant des tiges traçantes sous la surface de l'eau, jusqu'à devenir envahissant. Pour contenir son développement, rabattez la touffe de temps en temps.

Myriophyllum aquaticum peut également être utilisé en aquarium pour poissons tropicaux, mais dans ce cas là, apportez-lui suffisamment de lumière.

Le saviez-vous ?

Le myriophyle aquatique a été introduction en France, vers 1880, pour servir de lieu de ponte pour certains poissons. A certains endroits, elle est devenue une plante nuisible.

Espèces et variétés de Myriophyllum

Le genre comprend 45 espèces
- Myriophyllum aquaticum l'espèce type

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Julien (Pays de Loire)
    Myriophyllum aquaticum est une espèce considérée comme invasive portant atteinte à la biodiversité avec impacts économiques. Son introduction dans le milieu naturel aura des conséquences sur nos écosystèmes. Tout bon professionnel devrait le savoir et faire ce qu'il se doit à savoir arréter sa vente.
    Répondre à Julien
    Le 28/08/2015 à 19:31
  • Decaudin (Nord)
    Pourriez vous me renseigner de quel produit je dois utiliser pour detruire le Myriophyle en épis qui a gagner sur tout mon étang il fait une longueur de 100 m sur 80 m en sachant que c'est un étang fermer et très poissonneux
    Répondre à Decaudin
    Le 27/09/2013 à 10:45
    MUSSET Marie-Claude (Loire Atlantique)
    J'ai le même problème que vous, je viens de consulter un professionnel de la pisciculture qui m'a proposé des carpes amour pour éradiquer cette herbe. 5 carpes amour pour un étang grand comme le votre. Le fait d'essayer d'enlever cette herbe avec une herse a eut pour conséquence de favoriser son développement par bouturage. Je mets les carpes amour dans l'étang aujourd'hui en espérant avoir trouvé la bonne solution..
    Répondre à MUSSET Marie-Claude
    Le 28/09/2015 à 15:51