Coniophore des caves, Coniophore bosselé, Corticie brun-olive

Moins agressif que la Mérule pleureuse, le Coniophore des caves est un champignon qui s'attaque à toutes les structures bois des habitations.

Coniophore des caves, Coniophore bosselé, Corticie brun-olive, Coniophora puteana
Coniophore des caves, Coniophore bosselé, Corticie brun-olive, Coniophora puteana

Botanique

N. scientifique Coniophora puteana
Synonymes Coniophora cerebella, Coniophora membranacea, Thelephora puteana
Famille Coniophoracées
Chapeau sous forme de plaques bosselées-plissées, blanchâtres à brunâtres
Hyménium résupiné, blanchâtre à crème
Spores sporée vert-olive
Anneau absent
Pied absent
Chair charnue, molle et membraneuse
Volve absente
Odeur faible ou désagréable

Habitat et usages

Répartition Europe, Hémisphère Nord
Périodeété-automne, toute l'année en intérieur
Habitatsur bois mort de conifères et de feuillus
Confusions possiblesConiophora arida, Coniophora olivacea, Coniophora suffocata, Serpula lacrymans
Toxicitéaucune
Intérêt culinaireaucun
Usagesnon référencés
Coniophore des caves, Coniophore bosselé, Corticie brun-olive, Coniophora puteana

Moins agressif que la Mérule pleureuse, le Coniophore des caves, Coniophora puteana, s'attaque à toutes les structures bois des habitations. Ce Basidiomycète de la famille des Coniophoracées dégrade poutres, chevrons, planchers, en « pourriture cubique ».

Description du Coniophore des caves

Quand elle se manifeste, la fructification du Coniophore des caves, se présente sous une forme de plaques bosselées-plissées semblable à une croûte. Cette masse blanchâtre puis brunâtre à brun foncé est assez épaisse, charnue, molle et membraneuse. Elle sèche et devient dure par temps sec. La marge de croissance est fine variant du blanc-jaunâtre au brun-jaunâtre.

Le mycélium, partie végétative, est formé de fins filaments qui restent peu visibles si les conditions de croissance sont favorables. D'abord blanchâtre et cotonneux il évolue vers des couleurs brunâtres puis noires en prenant de l'âge.

La fructification n'a pas d'incidence sur le bois, elle se développe pour se disséminer sous forme de spores non visibles à l’œil nu. Le mycélium, lui, s'attaque au bois mort en dégradant la lignine, provoquant une désagrégation cubique.

Détermination de Coniophora puteana

Au sein des Coniophores, trois espèces peuvent conduire à des erreurs d'identification avec Coniophora puteana. C'est le cas de Coniophora arida, Coniophora olivacea et Coniophora suffocata dont la différenciation se fait principalement au microscope grâce à l'observation de certaines caractéristiques morphologiques. Une autre confusion, notamment en milieu extérieur, est possible avec Serpula lacrymans, la Mérule pleureuse qui possède un mycélium plus compact et qui sécrète des gouttelettes de sudation.

Milieu de vie 

Le Coniophore des caves pousse parfois en extérieur, en forêt, sur le bois mort de conifères et de feuillus. Il se développe aussi à l'intérieur des maisons, dans des milieux clos. Il supporte une large gamme de températures, comprises entre 5°C et 35°C avec un optimum de croissance entre 20°C et 26°C sur un bois humide (40 à 60% d'humidité), dans une atmosphère confinée et à l'obscurité.

Toxicité ou intérêt culinaire 

Aucune toxicité n'a été prouvée, l'intérêt culinaire est nul.

Le saviez-vous ?

Le Coniophore des caves est de plus en plus omniprésent dans les maisons et s'attaque au bois. Il dégrade la lignine et cause une pourriture cubique, notamment dans les caves, les greniers mais aussi sous les planchers. Pour croître cette espèce a besoin d'une forte humidité mais contrairement à la Mérule pleureuse elle n'est pas capable de transporter l'eau pour humidifier le bois, sa croissance se montre donc moins exponentielle.

Espèces et variétés de Coniophora

Les deux premières espèces citées sont rencontrées dans les bâtiments tandis que les autres se développent principalement sur bois mort de conifères et de feuillus, en extérieur :

  • Coniophora puteana : Coniophore des caves
  • Coniophora marmorata : fructification sous forme de plaques bosselées-plissées, blanchâtre à brunâtre
  • Coniophora arida : fructification membraneuse, ochracée à brun-olive, peu épaisse
  • Coniophora fusispora : fructification étalée, plus ou moins bosselée, brunâtre à jaunâtre
  • Coniophora olivacea : fructification fibreuse, mince, brunâtre à brun-olive
  • Coniophora prasinoides : fructification mince, lisse, crème à brunâtre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Huile d'olive contre les pucerons Huile d'olive contre les pucerons

J'avais des pucerons dans mes plantes (beaucoup) on m'avait dit de mettre de l'eau mélangée à de l'huile d'olive, ce que j'ai fait et ... ça a marché, plus un[...]

La fabrication de l'huile d'olive au Château Virant La fabrication de l'huile d'olive au Château Virant

Dans une olive, on trouve autant d'eau que d'huile (20% de chaque) et beaucoup de matière solide (60%). Ce constat important permet de mieux comprendre le processus d'extraction qui sera[...]

Les bienfaits de l'huile d'olive Les bienfaits de l'huile d'olive

Le régime crétois largement arrosé d'huile d'olive est bien connu pour produire des centenaires ! Utilisée depuis l'Antiquité, cette huile aux mille vertus, saura vos garder en bonne...

L'huile d'olive, nourrir le corps de l'intérieur et de l'extérieur L'huile d'olive, nourrir le corps de l'intérieur et de l'extérieur

Les huiles végétales nourrissent le corps de l'intérieur et de l'extérieur. Parmi elles, l'huile d'olive, dont les bienfaits sont réputés dans le monde entier, depuis très longtemps.

Vos commentairesAjouter un commentaire