Mérule pleureuse, Mérule des maisons, Cancer du bâtiment

Son nom seul inquiète, la Mérule pleureuse est le champignon destructeur des charpentes de maisons. Son expansion ne cesse de croître à l'échelle mondiale.

Mérule pleureuse, Mérule des maisons, Cancer du bâtiment, Serpula lacrymans
Mérule pleureuse, Mérule des maisons, Cancer du bâtiment, Serpula lacrymans

Botanique

N. scientifique Serpula lacrymans
Synonymes Deroula lacrymans, Merulius lacrymans
Famille Serpulacées
Chapeau masse molle et visqueuse, brun rougeâtre, 1-2 cm d'épaisseur
Hyménium masse avec des alvéoles couleur rouille
Spores sporée rouge
Anneau absent
Pied absent
Chair molle et visqueuse
Volve absente
Odeur désagréable, légèrement pestilentielle

Habitat et usages

Répartition Asie, Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Océanie
Périodepérenne
Habitatsur bois mort de conifères et parfois de feuillus
Confusions possiblesDonkioporia expansa, Coniophora puteana
Toxicitéaucune
Intérêt culinaireaucun
Usagesnon référencés
Mérule pleureuse, Mérule des maisons, Cancer du bâtiment, Serpula lacrymans

Son nom seul inquiète, la Mérule pleureuse, Serpula lacrymans est le champignon destructeur des charpentes de maisons. L'expansion de ce Basidiomycète de la famille des Serpulacées ne cesse de croître à l'échelle mondiale.

Description de la Mérule pleureuse

Les sporophores de la Mérule pleureuse, quand ils se manifestent, présentent une forme molle, arrondie et visqueuse. Cette masse brun-rougeâtre mesure entre 1 et 2 cm d'épaisseur. Selon l'espace disponible, elle peut présenter un diamètre compris entre 20 cm et 1 m, parfois même jusqu'à 3 m de long et 1 m de large. La marge de croissance est blanche et cotonneuse.

Le mycélium, partie végétative, est d'abord formé de fins filaments blancs peu visibles. Si les conditions sont favorables, il évolue vers une forme en coussins blancs puis jaunâtres à rouille brunâtres. Si toutes les conditions de son développement sont présentes, il peut atteindre en quelques mois une taille de plusieurs mètres, voire de plusieurs dizaines de mètres.

Si le mycélium dégrade le bois, le sporophore n'a lui aucun impact, excepté la production de spores pour une large dissémination. Chez cette espèce les sporophores et le mycélium ont la particularité de sécréter des gouttelettes de sudation.

Détermination de Serpula lacrymans

Comme son nom l'indique, Serpula lacrymans sécrète des gouttelettes, souvent comparées à des larmes, une des caractéristiques qui permet sa reconnaissance. Néanmoins, Donkioporia expansa, le Polypore des caves présente des gouttelettes orangées à rougeâtres très semblables à celles de la Mérule pleureuse. Il se développe sur le bois de feuillus et il est également retrouvé dans les maisons.

Une autre confusion, principalement en milieu extérieur, est possible avec Coniophora puteana, le Coniophore des caves ou Coniophore bosselé mais celui-ci possède un mycélium plus épars.

Milieu de vie de la mérule pleureuse

La Mérule pleureuse pousse rarement en extérieur mais elle peut tout de même être retrouvée en forêt sur le bois mort de conifères et parfois de feuillus. Elle se développe plus particulièrement à l'intérieur des maisons, dans des milieux clos aux alentours de 20°C/26°C sur un bois humide (20 à 40% d'humidité), dans une atmosphère confinée. Au dessus de 30°C sa croissance est ralentie. En Europe, cette espèce est de plus en plus commune.

Toxicité ou intérêt culinaire

Aucune toxicité n'a été prouvée, l'intérêt culinaire est nul.

Le saviez-vous ?

La Mérule pleureuse, de plus en plus omniprésente dans les maisons, pose de nombreux problèmes. En effet, s'attaquant à toutes les structures en bois présentes dans les infrastructures, c'est l'un des champignons les plus destructifs des charpentes. Elle dégrade le bois et cause une pourriture cubique, sèche. Notamment dans les caves, sur les poutres enclavées dans du plâtre, du ciment mais aussi sous les planchers et le lambris. En moyenne, dans des conditions favorables elle peut croître de 10 cm en une semaine (parfois bien plus). Elle a besoin d'humidité pour se développer et serait alors capable de transporter l'eau pour humidifier le bois qu'elle attaquera par la suite.

Espèces et variétés de Serpula

Seules deux mérules sont présentes en Europe :

  • Serpula lacrymans : Mérule pleureuse
  • Serpula himantioides : masse plissée, bun lilas à brunâtre, marge blanche

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Mérule tremblante, Mérule tremblotante, Merulius tremellosus Mérule tremblante, Mérule tremblotante, Merulius tremellosus

La mérule. Nom inquiétant qui évoque des champignons lignivores dangereux pour nos charpentes. La mérule tremblante, Merulius tremellosus, n'est pas le pire d'entre eux, loin de là.

Coniophore des caves, Coniophore bosselé, Corticie brun-olive, Coniophora puteana Coniophore des caves, Coniophore bosselé, Corticie brun-olive, Coniophora puteana

Moins agressif que la Mérule pleureuse, le Coniophore des caves est un champignon qui s'attaque à toutes les structures bois des habitations.

Des champignons dans les maisons Des champignons dans les maisons

Des océans aux sommets des montagnes, des dunes aux marécages, les champignons sont partout. Et ils s'invitent même dans les maisons.

Pézize des maisons, Peziza domiciliana Pézize des maisons, Peziza domiciliana

Surprise dans la salle de bain : de petites coupelles beiges apparaissent, et grandissent, à la jointure du bac de douche. Le toucher est lisse, la membrane cassante, et l'odeur ne[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire