Amanite des Césars, Oronge, Oronge vraie

Amanite des Césars, Oronge, Oronge vraie, Amanita caesarea
Amanite des Césars, Oronge, Oronge vraie, Amanita caesarea

Botanique

Nom latin  : Amanita caesarea
Synonymes  : Agaricus aurantiacus, Venenarius caesareus, Volvoamanita caesarea
Famille  : Amanitacées
Chapeau : convexe, orangé, 4 à 20 cm
Hyménium  : lames
Spores  : sporée blanche
Anneau  : persistant, jaune
Pied : jaune, robuste
Chair : blanche, ferme
Volve  : large, blanche, épaisse
Odeur : agréable, légère

Habitat et usages

Répartition  : Méditerranée, Indes, Sechuan
Periode : août à octobre
Habitat : sous-bois de feuillus
Confusions possibles : Amanita muscaria, Amanita crocea
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : incomparable
Usages : culinaire

L'Amanite des Césars, champignon mythique, graal des mycologues, beau, rare et excellent comestible. Digne de la table des Empereurs romains. Ce basidiomycète de la famille des Amanitacées  honore de sa belle silhouette arrondie, orangée, les sous-bois de chênes verts bien exposés à la chaleur. Le sporophore, partie fertile visible, de l'Amanita caesarea, se déguste sans artifices, nature. Pour son goût unique, cru ou cuit.

Description de Amanita caesarea

Enveloppé d'un voile général blanc et épais, le chapeau d'un bel orange, lisse, émerge sous forme ovoïde. Il se développe largement, jusqu'à 20 cm de diamètre, et reste convexe. Le voile restera présent autour du pied, large sac blanc caractéristique. La marge, régulière et striée sur 1 cm, surplombe des lames libres à leur insertion sur le pied, jaunes d'oeuf. Le pied, robuste, charnu, élargi à sa base, jaune d'oeuf également, porte un anneau membraneux, persistant, de même teinte. La cuticule se détache facilement, laissant apparaître une fine  pellicule jaune sur une chair blanche, ferme, épaisse, à l'odeur douce, légère et agréable. La saveur, de noix pour certains, est excellente.

Le mycélium, partie végétative invisible, s'associe aux racines des arbres environnants.

Détermination de l'Amanite des Césars

Facilement identifiable, l'Oronge peut se confondre avec la ... Fausse-oronge, l'Amanite Tue-mouche, Amanita muscaria, toxique. Mais cette dernière, même en perdant les verrues blanches caractéristiques de son chapeau rouge, garde un pied, un anneau et des lames blanches. Caractères distinctifs nets. Attention toutefois aux sujets vieillissants, aux teintes variables... La prudence reste indispensable dans toute consommation de champignons.

Le milieu de vie

La vraie Oronge affectionne les sous-bois clairs de feuillus, chênes verts, chênes lièges,  de préférence. Pour se nourrir, elle développe une symbiose, association à bénéfices réciproques, avec ces arbres environnants. On la dit « mycorhizique », comme la plupart des Amanites.

Thermophile, elle apprécie les stations chaudes, et se rencontre dans le Sud de la France, affectionnant le climat méditerranéen. Le changement climatique semble favoriser sa migration vers le Nord.

Les orages en périodes chaudes sont propices à son développement.

Intérêt culinaire

L'Amanite des Césars a une réputation culinaire inégalée, renforcée par sa rareté et sa beauté. Les préparations les plus simples révèlent sa saveur : crue avec un filet d'huile et de citron, à feu vif avec fleur de sel. Une belle récolte permet quelques essais... Et les recettes ne manquent pas.

Si l'Oronge peut se consommer crue, il n'en est pas de même pour la majorité des champignons, à l'instar de la morille comestible uniquement après cuisson.

Usages de l'Amanite des Césars

Culinaire essentiellement, recherchée dans la restauration fine.

Espèces et variétés de Amanita

  • Amanita crocea: comestible, protégée, orangée, rarement confondue avec l'Oronge.
  • Amanita muscaria : l'Amanite tue-mouche, toxique, souvent représentée dans les livres de contes.
  • Amanita rubescens : l'Amanite rougissante, bon comestible mais toxique cru ou mal cuit
  •   Amanita verna : mortelle, printanière
  •  Amanita virosa :  mortelle, pied typiquement pelucheux
  • Amanita phalloïdes : mortelle, chapeau vert olive ou vert jaune
  • Amanita pantherina : très toxique, brune tâchée de blanc

... parmi plusieurs centaines d'espèces réparties dans le monde entier, dont une soixantaine en France.

Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Amanite tue-mouche, Fausse-oronge, Amanita muscaria Amanite tue-mouche, Fausse-oronge, Amanita muscaria

convexe, rouge à verrues blanches, 4 à 20 cmReprésentation familière de notre imaginaire collectif, chapeau rouge ponctué de flocons blancs protégeant un lutin adossé à son pied soyeux, l'Amanite...

Amanite rougissante, Amanite vineuse, Golmotte, Amanita rubescens Amanite rougissante, Amanite vineuse, Golmotte, Amanita rubescens

hémisphérique puis concave, brun rougeâtre à verrues grisâtres, 4-14 cmL'Amanite vineuse apporte aux couleurs printanières des sous-bois ses nuances rougissantes, variables au fil des saisons....

Amanite panthère, Fausse Golmotte, Amanita pantherina Amanite panthère, Fausse Golmotte, Amanita pantherina

hémisphérique puis concave, brun à beige-brunSombre, élégante, dangereuse, silhouette tapie dans les sous-bois : Amanita pantherina, l’Amanite panthère, champignon basidiomycète de la famille...

Amanite épaisse, Amanita excelsa var. spissa Amanite épaisse, Amanita spissa

hémisphérique puis s'étale, brun à gris-brunL'Amanite épaisse fait partie d'un trio d'Amanites, avec d'un côté l'Amanite rougissante qui est comestible bien cuite et d'un autre côté l'Amanite...

Vos commentairesAjouter un commentaire