Des champignons dans les maisons

Des océans aux sommets des montagnes, des dunes aux marécages, les champignons sont partout. Et ils s'invitent même dans les maisons.

Une Pézize dans la douche, un champignon dans la maison n'est jamais bon signe
Une Pézize dans la douche, un champignon dans la maison n'est jamais bon signe

De la forêt à la maison

Ils vivent dans les sous-bois, ils se nourrissent de matières organiques. Installés sur les troncs, branches, feuilles, ils les décomposent lentement en fibres, copeaux, qui retournent à la terre. Ils sont quelques uns à rechercher une humidité élevée, une chaleur douce et constante, un espace obscur, clos. L'habitat humain peut leur offrir des conditions de vie parfaites, au point de les voir quasiment disparaître de leur milieu originel, telle la redoutable Mérule.

Une vie casanière, la Mérule pleureuse

Débarquée avec des bois de construction des forêts boréales, la Mérule pleureuse s'est si bien adaptée aux habitats humains qu'on ne la retrouve plus guère en milieu naturel. Serpula lacrymans déploie son redoutable mycélium dans tous types de bois, elle s'infiltre, se répand à toute vitesse, plusieurs centimètres par semaine en conditions optimales. Si 20/25°C et 30% d'humidité lui conviennent au mieux, elle est capable de véhiculer l'eau le long de ses filaments pour coloniser des milieux plus secs. Elle se nourrit des fibres du bois, le décomposant en petits cubes, mais aussi des nutriments trouvés dans les plâtres, les métaux, papiers peints. La Mérule est LE champignon destructeur des maisons.

Sa cousine, la Mérule tremblante, Merulius tremulosus, se rencontre fréquemment dans les forêts, s'invitant très occasionnellement dans les maisons.

Un Polypore dans la cave

Plus gourmand que la Mérule en chaleur et humidité, Donkioporia expansa, le Polypore des caves, développe un mycélium blanc épais, jaunissant, brunissant puis devenant coriace. En comparaison la Mérule est formée de fins filaments blancs peu visibles, évoluant vers une forme en coussins blancs puis jaunâtres à rouille brunâtres. Les sporophores de ces deux saprophytes se ressemblent, masses molles, arrondies, visqueuses, mesurant entre 1 et 2 cm d'épaisseur. Donkioporia expansa est de croissance lente, son adaptation aux ambiances confinées, à l'obscurité, en font un adepte des vieux bâtiments.

Le Coniophore des caves ou Coniophore bosselé, Coniophora puteana, apprécie lui aussi l'atmosphère particulière des caves, mais il aura besoin de plus d'humidité, 50 à 60%, et d'une chaleur importante. Son mycélium s'observe courants sur et à l'intérieur des murs, en filaments fins, noirâtres.

Une Pézize dans la douche

Moins destructrice que la Mérule, son apparition reste surprenante lorsqu'elle pointe sa coupelle sur son petit pied... entre les joints de la salle de bain. La Pézize des maisons, Peziza domiciliana, nous prévient d'une visite à venir du plombier. Ses spores présentes dans l'air, avec celles de nombreux champignons, profitent d'un taux d'humidité inhabituel, donc d'une fuite, pour se développer. Elles se nourriront de tout support organique à portée de mycélium, bois mais aussi papier, carton, tissus... Son impact est plus d'ordre esthétique que réellement destructeur.

Sa cousine la Pézize variée, Peziza varia, avec sa grande variabilité d'habitats, sols, bois décomposés, vieilles feuilles, cartons, vieux murs, est signalée aussi dans les maisons, dans des lieux parfois inattendus...

Un coprin dans les toilettes

Les sanitaires des maisons, sujets à fuites, voient parfois apparaître des hôtes inattendus, Pézizes, mais aussi Coprins, voire champignons comestibles... Un cousin du Coprin chevelu, le Coprin domestique, Coprinellus domesticus, pointe parfois son petit cône conique entre les plinthes proches de canalisations suintantes. Paxillus panuoides var. Ionipus, comestible sans intérêt au pied violet caractéristique, a pu être cité. Et surtout des Pleurotes, Pleurotus ostreatus, provenant certainement de bois de chauffage stocké dans les caves, ont été récoltées...

Dans tous les cas, observer des champignons dans sa maison n'est jamais bon signe, leurs conditions de développement ne correspondant pas aux besoins humains : humidité excessive, chaleur importante, manque de ventilation...

Lire aussi
Mérule pleureuse, Mérule des maisons, Cancer du bâtiment, Serpula lacrymans Mérule pleureuse, Mérule des maisons, Cancer du bâtiment, Serpula lacrymans

Son nom seul inquiète, la Mérule pleureuse est le champignon destructeur des charpentes de maisons. Son expansion ne cesse de croître à l'échelle mondiale.

De nouveaux champignons dans nos sous-bois De nouveaux champignons dans nos sous-bois

Nos sous-bois ne sont plus ce qu'ils étaient. Changement climatique, échanges commerciaux, modifications de l'environnement...Les régions voient de nouveaux hôtes s'inviter, insolites,...

Les champignons cultivés Les champignons cultivés

Contrairement aux champignons sauvages, poussant spontanément dans les sous-bois frais, les champignons cultivés sont disponibles toute l'année car ils ne sont pas soumis aux aléas climatiques....

Pézize des maisons, Peziza domiciliana Pézize des maisons, Peziza domiciliana

Surprise dans la salle de bain : de petites coupelles beiges apparaissent, et grandissent, à la jointure du bac de douche. Le toucher est lisse, la membrane cassante, et l'odeur ne[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire