Bien choisir ses bambous

à gauche plante avec de très beaux rhizomes et à droite, la même plante qui est pleine de jeunes turions grâce à sa richesse en rhizomes
à gauche plante avec de très beaux rhizomes et à droite, la même plante qui est pleine de jeunes turions grâce à sa richesse en rhizomes

Dominique VIDALENC des Bambous de Galice nous livre ses secrets pour bien choisir des bambous.

Pour apprécier la qualité d’un bambou sain et vigoureux, il ne faut pas seulement regarder ses parties aériennes mais le dépoter pour découvrir ses rhizomes.

Si le dépotage est impossible, c'est-à-dire si le pot est boursouflé par les rhizomes ou éclate sous leur poussée, c’est la plante qu’il vous faut.

Une fois le pot retiré, on observe :

  • État du système racinaire avec la présence de rhizomes. C’est le futur de votre plante qui donnera les futurs turions. Vérifier que les racines et les rhizomes sont suffisamment denses.
  • Un beau chevelu (racines assimilatrices) avec de belles coiffes racinaires principalement au printemps quand il y a une reprise de la végétation. Ces radicelles vont permettre une bonne absorption de l’eau et des sels minéraux. Elles peuvent descendre à plusieurs mètres sous terre.
  • Le bambou peut développer un chignon, c'est-à-dire faire une spiralisation des racines. Ce qui est un handicap pour beaucoup de plantes ne l’est pas pour les bambous. Une fois planté, il ne répétera pas cette façon de croitre. Il a développé un chignon par contrainte due au pot. Une fois libéré, les rhizomes vont retrouver leur croissance à l’horizontale.
    Conseil : à la plantation, séparer les rhizomes qui spiralent en les répartissant dans la terre.
  • En résumé, il faut mieux choisir un bambou avec peu de chaumes mais beaucoup de rhizomes que le contraire. Des rhizomes vigoureux sont plus importants que de belles tiges. Le futur de votre bambou dépend de ses réserves stockées dans ses rhizomes.

Les caractéristiques d’un rhizome

  • Tige souterraine horizontale

  • Tige creuse et cloisonnée (rhizome fistuleux)

  • Les nœuds portent des yeux qui en se développant donneront de nouveaux chaumes.

  • Racines adaptée au stockage de réserves énergétiques (amidon) pour sa croissance future. Un bambou bien alimenté et bien entretenu l’année antérieure donnera l’année suivante de beaux chaumes.

  • Il fixe la plante au sol avec ses racines adventices. Il existe aussi des racines d’amarrage qui rendent les chaumes plus résistants au vent.

  • Le rhizome est une propagule potentielle. À partir d’un tronçon de rhizome on peut obtenir une autre plante (clonage)

  • Bien que doté d’un géotropisme positif, la pointe des rhizomes sort parfois du sol pour donner un chaume (phototropisme positif). Il peut aussi être dérivé de sa trajectoire (pierre…), sortir du sol puis y rentrer de nouveau sous l’effet de son géotropisme positif.

Les questions que l’on doit se poser sont les suivantes

Différents types d’appareils souterrains ?

Un bambou cespiteux a des rhizomes pachymorphes (du préfixe grec qui veut dire épais) .

Le bourgeon apical du rhizome évolue en chaume. Il ne parcourt donc pas de grande distance dans la terre. Dans ce cas là, les entrenœuds sont courts et plus ou moins renflés. La croissance horizontale se fait seulement sur quelques centimètres. Les bambous pourvus de ces rhizomes pachymorphes forment des touffes serrées. Ils ne s’étendent donc pas à la surface.

Un bambou traçant a des rhizomes leptomorphes (du grec, leptos=mince et morphos=la forme)., avec souvent une croissance illimitée (monopodiale). Dans ce cas, les entrenœuds sont longs et minces. Leur croissance se fait à l’horizontale.

La plante a-t-elle un bon système racinaire ?

Le plus important se trouve dans le substrat qui n’est pas à la vue. Ce sont les rhizomes qui assureront le futur de votre bambusaie et non ses chaumes.

Le bambou a-t-il bien été nourri l’année dernière ?

Ses rhizomes qui emmagasinent des réserves grâce à la photosynthèse de son feuillage, permettent non seulement de fixer la plante au sol mais sont aussi porteurs des futurs chaumes. Le bon travail du pépiniériste se retrouve principalement dans la qualité et la richesse des rhizomes. Les bonnes conditions de culture (chaleur au printemps pour une bonne sortie des turions et en été pour faciliter l’accumulation des réserves dans les rhizomes) permettent d’obtenir un sujet avec des pousses bien aoûtées, résistantes au froid et des rhizomes riches pour le futur de la plante.

Lire aussi
Des bambous pour tous les goûts Des bambous pour tous les goûts

Le bambou est devenu une plante incontournable dans nos jardins. De croissance rapide, parfois même envahissante, cette plante sans souci se décline en d’innombrables variétés trouvant...

Maîtriser le développement des bambous Maîtriser le développement des bambous

La plupart des variétés de bambous ont tendance à l'expansion à cause de leur rhizomes traçants. S'ils se plaisent dans votre jardin, le risque d'envahissement est donc réel. Voyons comment les...

Bien choisir sa tondeuse à gazon Bien choisir sa tondeuse à gazon

Une tondeuse à gazon est un investissement conséquent pour le jardinier. Pour bien choisir, les critères à prendre en compte sont multiples : surface à tondre, largeur de coupe, type de moteur,...

Bien choisir son figuier Bien choisir son figuier

Pierre BAUD des pépinières BAUD nous conseille sur le choix des figuiers. Il possède une collection de plus de 250 variétés Il faut savoir que les  figuiers peuvent être plantés au nord de Lyon, et...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Lisa (Paca)
    Le bambou est invasif à ne pas planter chez nous, il s'étend et on ne peut plus le maitriser les rhizomes passent sous les murs ... Pensez aux voisins
    Répondre à Lisa
    Le 26/04/2015 à 23:30
    Doudou82 (Tarn et garonne)
    Il existe des barrières sous terre pour le maintenir, ne pas les mettre près d'un mur ou d'une cloture
    Répondre à Doudou82
    Le 27/04/2015 à 00:18