Mammilaire

Mammilaire, Mammillaria carmenae
Mammilaire, Mammillaria carmenae

Botanique

Nom latin  : Mammillaria carmenae
Origine  : Mexique
Période de floraison : fin d'hiver, printemps
Couleur des fleurs  : crème à jaune pâle
Type de plante : cactus globulaire cespiteux
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 4 à 10 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : peu rustique, -4°C, à réserver aux régions au climat doux
Exposition  : soleil à mi-ombre
Type de sol : minéral et drainant
Acidité du sol  : neutre à basique
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : rocaille, serre, véranda, plante d'intérieur
Plantation, rempotage : printemps, été
Méthode de multiplication : semis, bouture

Mammillaria carmenae est un cactus globulaire, une plante succulente xérophyte, appartenant à la famille des Cactacées. Tardivement découverte au milieu du 20ème siècle, son origine très ponctuelle fut difficile à retrouver par la suite et fut l’objet de recherches passionnées. Mammillaria carmenae est  spontané très localement au  Mexique, à Tamaulipas. Sa distribution est si localisée, qu’on doit s’aider pour retrouver l’espèce, et cela sans certitude, du nom du ranch le plus proche. Mammillaria carmenae y vit en haute montagne, en situation semi-ombragée, et dans des conditions relativement humides. Le spectacle des petites boules éparses, chatoyantes dans les rayons du soleil, seul moment où il est facile de les trouver au milieu des roches et des débris végétaux, est, parait-il, hors du commun.

Description de Mammillaria carmenae

Cette petite cactée est d’aspect globulaire à cylindrique,  avec un corps de 2 à 5 cm de diamètre. Avec les années, les tiges légèrement  allongées, penchent et produisent quelques rejets, longtemps parfaitement sphériques. La plante multi-tête rend alors un port particulièrement esthétique. Les mamelons de couleur vert vif sont peu visibles sous la couche d’aiguillons, mais ceux-ci sont pectinés, c’est-à-dire, rangé presque  à plat : plus de 100 aiguillons extrêmement fin, dorés et très luisants,  qui rayonnent de chaque  aréole. Leur rôle est de protéger l’épiderme du cactus des rayons du soleil et des déperditions d’eau : plus il fait sec, plus le cactus se resserre, et même s’aplatit contre terre. En outre, ces aiguillons ont un rôle dans l’absorption de l’eau atmosphérique.

Les fleurs apparaissent tôt en saison, parfois même en hiver. En France, ce cactus est capable de fleurir de décembre à mai, malgré la saison sèche imposée en culture. Les fleurs, réparties en couronnes sur chaque tête de cactus,  sont longues de 1,5 cm, et s’épanouisse sur 1 cm de diamètre. Elles sont écrues et luisantes, parfois teintées de rose pâle. Elles naissent de bourgeons entre les mamelons. Mammillaria carmenae n’est pas autofécond, il lui faut une pollinisation croisée pour obtenir les petits fruits crème et ronds  renfermant les graines noires.

Culture de Mammillaria carmenae

Mammillaria carmenae n’est pas difficile à cultiver tant que l’on respecte le bon rythme d’arrosage et  une saison de repos hivernal stricte.

Il est très heureux au soleil  quelques heures par jours derrière une fenêtre. Il apprécie un sol très minéral, donc quelle que soit la terre de base utilisée, une terre de jardin ou un terreau, on y ajoute 1/3 de sable grossier, pour la rendre drainante.  Ce cactus apprécie aussi une petite part argileuse ou calcaire qui lui apporte des minéraux. Les aiguillons en seront d’autant plus beaux.

D’avril-mai à septembre, les arrosages mouillent  la terre du pot, sans que celui-ci ne trempe jamais dans l’eau. Entre chaque arrosage, le sol doit être complètement sec durant quelques jours. De septembre à avril, les arrosages sont stoppés, et le cactus est  maintenu à une température plus fraiche entre 4 et 12 °C, pour sa saison de repos.

Mammillaria carmenae aime l’eau calcaire, mais on évite de mouiller ses aiguillons, pour qu’ils ne se salissent pas. D’autre part, il faut lui éviter les contacts et  les petits chocs, car les aréoles avec leurs aiguillons se détachent très facilement de la plante.

Multiplier Mammillaria carmenae

Les semis sont assez faciles mais demande de la patience. Les boutures de tête, coupées proprement, ou les  rejets  s’enracinent en été, mais leur prélèvement défigure souvent  la plante.

Espèces et variétés de Mammillaria

environ 150 espèces dans ce genre
Mammillaria bombycina, très beau cactus à tête multiples
Mammillaria gracilis, jolie espèce facile
Mammillaria crucigera, aux aiguillons courts
Mammillaria theresae, une espèce rare
Mammillaria candida, boule plate et blanche
Mammilaria polythele, un cactus très facile à cultiver

Nos fiches
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire