Epine blanche, Aubépine à 1 style, Aubépine monogyne

L’aubépine monogyne, Crataegus monogyna est un arbuste ou petit arbre indigène. Elle rythme nos paysages en jouant un rôle important dans la biodiversité de la petite faune. Extrêmement tolérante et utile dans les haies, elle supporte la pollution, l’exposition maritime ainsi que la négligence.

Epine blanche, Aubépine à 1 style, Aubépine monogyne, Crataegus monogyna

Botanique

N. scientifique Crataegus monogyna
Famille Rosacées
Origine Europe
Floraison mai
Fleurs blanc
Typepetit arbre à fleurs
Végétationarbustive
Feuillage caduc
Hauteur4 à 6 m

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, jusqu'à -29 °C
Exposition ensoleillé à mi-ombre
Soltolérant
Acidité très acide à très basique
Humidité frais à assez sec
Utilisationen haie défensive, en isolé, en bonsaï
Plantationnovembre à mars
Multiplicationsemis, bouturage, greffage
Tailletailler après la floraison
Sensibilité plante hôte du feu bactérien
Epine blanche, Aubépine à 1 style, Aubépine monogyne, Crataegus monogyna

Crataegus monogyna, appelé couramment aubépine à 1 style, aubépine monogyne ou encore noble épine est un arbuste ou un petit arbre caduc appartenant à la famille des Rosacées. La noble épine est l’une de nos 2 espèces d’aubépines indigènes. Très longévive, elle est capable de vivre plus de 500 ans, l’aubépine se rencontre partout en France dans les milieux ouverts : talus, haies, lisières, friches.. et plus largement dans l’Europe jusqu’en Sibérie.

Malgré sa sensibilité au feu bactérien (qui devient rare), l’aubépine monogyne est une bonne espèce locale que l’on devrait utiliser davantage dans nos haies : dense, défensive et favorisant la biodiversité. Un arbuste provenant d’un producteur sera garanti sans feu bactérien.

Description de l’aubépine à un style

Crataegus monogyna forme un petit arbre ou un arbuste haut de 4 à 10 m. Le tronc peut être unique avec une écorce sombre et écailleuse, mais est parfois capable de rejeter de souche.

Les rameaux sont gris cendre, lisses, épineux. Les feuilles sont alternes d’environ 5 cm, avec un limbe de 3 cm divisé en 3 à 5 lobes incisés et dentés, vert clair au-dessus et plus glauque au revers.

La floraison intervient en mai. Généralement abondante et jolie, elle gêne parfois par son parfum plaisant au début, mais qui sent ensuite moins bon.

Les fleurs blanches à 5 pétales bien ronds sont rassemblées en bouquet sur des rameaux courts.

Elles sont fécondées par les insectes et produisent ensuite des cenelles : de petits fruits ovoïdes, de 1 cm, rouges, contenant quelques graines ; elles sont dispersées par les oiseaux qui s’en nourrissent.

Comment différencier l’aubépine monogyne de l’aubépine épineuse (Crataegus laevigata) ?

L’aubépine monogyne a des feuilles dont la base est anguleuse (bords quasiment droits) et assez profondément lobées.

L’aubépine épineuse à des feuilles à la base arrondie et au limbe peu profondément lobés. Les petites dents du bord de la feuille sont plus régulières.

La fleur de l’aubépine monogyne ne montre qu’un style. Celle de l’aubépine épineuse montre 2 ou 3 styles.

Comment cultiver et utiliser l’aubépine monogyne ?

Arbuste de croissance modérée, Crataegus monogyna est extrêmement complaisante avec le jardinier. Installée au jardin en automne ou au printemps, elle accepte n’importe quel sol, de très acide à très basique (calcaire), sauf ceux trop pauvres comme les terres tourbeuses. L’aubépine à un style demande une exposition ensoleillée ou mi-ombre. Elle se montre résistante à la sécheresse comme aux sols frais ou trop compact, résistante à la pollution atmosphérique et croit aussi en bord de mer.

Bien qu’elle puisse être utilisée en petit arbre joliment façonné, elle est principalement utilisée en haie libre, défensive ou mixte, parfois sous la forme ‘Stricta’, fastigiée donc plus étroite.

En outre, l’aubépine nomogyne accepte toute sorte de taille, capable même de se renouveler après un recépage sévère.

Crataegus monogyne, est excellente pour le maintien de la biodiversité : rien qu’en insectes, on décompte 149 espèces qui s’y sont nourries ou logées. Ses fruits sont une source de nourriture pour certains oiseaux et de petits mammifères, mais les insectes qui y habitent également. De plus, le branchage dense rend l’aubépine encore plus accueillante pour les oiseaux nicheurs.

Autres usages de l’aubépine :

Les jeunes tiges feuillées sont parfois dégustées en salades, elles ont un petit goût de noisette.

Son bois est très dur. On peut en faire de solides petits outils.

Le néflier ou le poirier peut être greffé sur une aubépine.

L’aubépine monogyne est une plante médicinale : les tisanes de feuilles d’aubépine sont régulatrices de la tension, c’est un tonicardiaque.

Espèces et variétés de Crataegus

Le genre comprend plus de 200 espèces

  • Crataegus laevigata, aubépine à 2 styles
  • Crataegus azarolus, l’azerolier
  • Crataegus x prunifolia 'Splendens', Aubépine
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Aubépine Splendens, Crataegus x prunifolia 'Splendens' Aubépine Splendens, Crataegus x prunifolia 'Splendens'

L'aubépine Splendens fait partie des cultivars d'aubépine les plus attrayants pour son port, ses belles feuilles luisantes qui explosent de couleur en automnes et sa fructification. Retrouvez nos...

Aubépine, Crataegus laevigata Aubépine, Crataegus laevigata

Petit arbre très présent à l'état naturel dans les terrains en friches, l'aubépine, par sa facilité de culture et sa beauté toute simple, viendra égayer votre jardin de sa floraison[...]

Aubépine indienne de Delacour, Raphiolepis x delacourii Aubépine indienne de Delacour, Raphiolepis x delacourii

Raphiolepis delacourii est une aubépine d'Inde hybride, un excellent petit arbuste florifère et persistant, au port arrondi, adapté au bord de mer.   Quelques nouvelles variétés gagnent en...

Histoires de plantes, magnolia, olivier, lilas et aubépine Histoires de plantes, magnolia, olivier, lilas et aubépine

Les plantes ont toutes leur petite histoire. Certaines furent importées puis acclimatées pour notre plus grand bonheur, d'autres ont une réputation sulfureuse... Explorons ensemble leurs secrets.

Vos commentairesAjouter un commentaire