Bien choisir un bonsaï

Bien choisir un bonsaï
Bien choisir un bonsaï

Vous voulez acheter un bonsaï pour vous-même ou pour offrir et vous vous posez des questions : où l'acheter ? Que pouvez-vous attendre d'un arbre de supermarché ? Que valent les jardineries ? Voilà quelques repères simples pour choisir votre arbre, en fonction du lieu d'achat.

Les hypermarchés

Les hypermarchés possèdent rarement un rayon spécialisé dans l'art du bonsaï. Les arbres qu'ils vous proposent ont été achetés par lots, souvent au moment des fêtes : Noël, fête des mères, … Les arbres vendus sous le terme "bonsaï" sont généralement des variétés tropicales : sérissa, carmona, ficus, faux poivrier. Vous trouverez plus rarement des espèces autochtones, comme des érables.

Leur prix est très faible, parfois moins de 20 €. Les conditions de stockage et d'entretien sont parfois lamentables.

Leur mise en forme est souvent très sommaire (taille d'entretien approximative, pas de taille de structure, énormes cicatrices de coupes, ligature parfois profondément incrustée dans l'écorce). Le tronc possède souvent une forme en « S « ou encore « en tire-bouchon «. Cette forme est certes originale (sic), mais n'est absolument pas conforme à l'esthétique traditionnelle du bonsaï.

Les arbres proposés à la vente en hypermarché sont toutefois intéressants, en ceci qu'ils permettent de débuter avec des arbres bon marché. De façon générale, considérez cet arbre comme un pré-bonsaï et travaillez-le comme tel. Vous pourrez obtenir un bonsaï digne de ce nom au bout de quelques années. Vous pouvez aussi vous servir de ces sujets pour tester sans grand risque une technique inédite, ou encore les utiliser comme pieds-mères et prélever des boutures.

Lorsque vous achetez un bonsaï en supermarché, concentrez vous en priorité sur l'état sanitaire de l'arbre, l'aspect esthétique est secondaire à ce moment. Il ne s'agit pas de sélectionner le plus bel arbre, mais celui qui a le plus de chances de survie, car les conditions de transport, de stockage, puis d'exposition sont extrêmement contraignantes pour ces végétaux.

La plupart des arbres vendus en grandes surface le sont dans des substrats (la terre dans laquelle est planté l'arbre) argileux. Ils permettent de caler l'arbre pour le transport et de garder une certaine humidité. C'est très pratique à court terme, pour vendre l'arbre, mais désastreux sur la santé du bonsaï. Ce type de substrat emmagasine incontestablement l'humidité, mais il devient très dur en séchant, il étouffe littéralement les racines. La survie d'un arbre dans ce type de mélange est possible, mais relève plus de l'acrobatie technique que de la culture de bonsaï.

Il est donc nécessaire de changer le substrat. Cette opération peut être risquée si elle n'est pas pratiquée à la bonne saison, aussi deux possibilités s'offrent à vous. Si vous achetez votre arbre au printemps, effectuez un rempotage. Si par contre vous achetez votre arbre en dehors de sa saison de rempotage, effectuez un "transpotage" en attendant le printemps suivant : enlevez l'arbre de son pot, puis placez-le dans un pot plus grand, contenant une terre bien drainante.

Les jardineries et les fleuristes

Certaines jardineries comportent un véritable rayon spécialisé dans l'art du bonsaï et proposent des arbres de qualité. D'autres se contentent de revendre des « arbres nains «, de la même façon que les hypermarchés. Le problème est que cette subtile nuance n'est pas indiquée sur l'enseigne du magasin ! Quelques pistes peuvent néanmoins vous guider dans votre choix.

Le rayon « bonsaï «, dans le cas idéal, propose plusieurs variétés d'arbres, de races et de tailles différentes. Cela indique que la jardinerie a constitué son stock progressivement, et non pas en achetant un lot. Si du matériel (pinces, pots, fil à ligature, etc.) est proposé à la vente, la situation est encore meilleure. Le rayon bonsaï est sans doute suivi dans le temps, il ne s'agit probablement pas d'une opération commerciale ponctuelle.

L'état de santé des bonsaï est un élément capital. Si l'état sanitaire des arbres est très différent d'un sujet à l'autre, méfiance ! Cela laisse supposer de mauvaises conditions d'entretien des bonsaï. En hiver, n'achetez aucun bonsaï caduc (érable, zelkova, etc.) s'il possède encore des feuilles vertes, ce qui laisserait penser qu'il a été cultivé en serre chauffée afin de forcer artificiellement l'éclosion des bourgeons.

Après avoir visité les lieux, intéressez-vous au vendeur. Demandez-lui quelques renseignements sur les bonsaï, les variétés exposées, et les soins nécessaires (arrosage, engrais). La plupart du temps, il sera ravi de vous donner quelques conseils pour débuter. S'il vous donne une réponse évasive, du type vous voyez, madame, c'est comme sur l'étiquette : "arroser un peu mais pas trop, et exposer au soleil à l'abri d'une lumière directe !", puis s'empresse de vouloir vous vendre un engrais-spécial-hors-de-prix, alors méfiez-vous. Vérifiez encore une fois l'état de santé des arbres avant de prendre la moindre décision.

Parfois, au contraire, vous rencontrerez un véritable spécialiste des bonsaï. Vous le saurez lorsque, après quelques heures d'explications détaillées, vous verrez le soleil se coucher à l'horizon, et que des employés compatissants vous apporteront une chaise. Si vous avez cette chance, fiez-vous à ses recommandations, au moins pour débuter. Vous gagnerez sans doute un temps précieux dans l'apprentissage de l'art du bonsaï.

Les pépinières spécialisées

Ce type de commerce est spécialisé dans la vente de bonsaï (arbres et matériel), et parfois dans d'autres domaines proches, comme l'aménagement des jardins japonais, et les carpes koïs (carpes japonaises d'ornement). Certaines vous proposent de garder vos arbres en pension (contre rémunération, bien sûr) pendant vos vacances.

Ici, vous entrez dans un autre monde. Le personnel est tout à fait compétent. C'est d'ailleurs vital pour ce type de commerce. Les bonsaï présentés sont généralement de très bonne qualité, et vous pouvez dénicher ici des espèces introuvables ailleurs, et de formes variées : Hokidachi, kengai, etc. Le prix est hélas en rapport avec la qualité : Comptez au minimum 230€ pour un arbre déjà formé. Mais de jeunes plants légèrement travaillés sont souvent proposés à des prix bien plus abordables.

Les jardineries spécialisées sont l'endroit idéal pour dénicher de beaux spécimens, mais les pièces proposées sont un peu chères si c'est juste pour débuter. Si vous avez la chance d'habiter près de l'une d'elles, n'hésitez pas à aller voir de temps en temps, ne serait-ce que pour glaner quelques idées.

Lire aussi
Le Bonsaï, l'arrosage fait (presque) tout ! Le Bonsaï, l'arrosage fait (presque) tout !

Parce que l'eau est la principale nourriture d'un bonsaï, de la qualité de l'arrosage dépend la santé et la beauté de l'arbre. Quelques conseils pour ne pas se tromper et réussir la culture de son...

Le Bonsaï, une histoire millénaire Le Bonsaï, une histoire millénaire

Né en Egypte, développé en Chine puis codifié au Japon, l'art de la culture des arbres en pot remonte à 4 000 ans. Une formidable épopée planétaire qui n'a touché l'Europe finalement qu'assez...

Bonsaï, différentes espèces utilisées Bonsaï, différentes espèces utilisées

Si tous les arbres et buissons peuvent être conduits en bonsaï, certaines essences se prêtent mieux à la structuration que d'autres. Si théoriquement il n'existe pas d'arbres spécifiques à l'art du...

Le Bonsaï, l'art de la taille Le Bonsaï, l'art de la taille

Un arbre miniature parfaitement structuré s'obtient en le sculptant régulièrement par une taille décidée des feuilles et des racines. Ce geste est l'essence même de l'art du bonsaï ! Outre la...

Vos commentairesAjouter un commentaire