Comment la sève monte dans les plantes ?

La sève laiteuse des euphorbes coule après une taille
La sève laiteuse des euphorbes coule après une taille

Dans le jargon populaire des jardiniers on parle souvent de 'sève montante' au printemps et 'descendante' en automne. Entre cette image et la réalité, il existe pourtant tout un monde que la science tente d'expliquer.

Une pompe pour faire monter la sève ?

Comment 'monte' la sève dans les végétaux était une des questions les plus débattue par les botanistes du XIXème siècle, car contrairement à l'Homme, les végétaux ne possèdent pas d'organe faisant office de pompe. La réponse bien qu'encore incomplète de nos jours, fait appel à des lois physiques qui impliquent l'osmose, la capillarité et la transpiration.

Une histoire cellulaire complexe

Il faut connaître l'anatomie et la physiologie des plantes pour comprendre comment est produite et circule la sève. Les racines sont constituées de cellules formant plusieurs zones. Les organes absorbants comportent une cavité interne : la vacuole. Celle-ci contient un liquide, le suc vacuolaire. Par sa face externe l'organe absorbant de la racine est en contact direct avec l'eau présente dans le sol. Le liquide vacuolaire étant plus concentré que l'eau, il y aura un phénomène d'osmose complexe qui permettra la pénétration de l'eau dans la racine. Dans cette dernière, se trouvent des cellules différenciées formant la zone corticale. Cette zone contient une ensemble de plus petites cellules qui forment l'endoderme.

C'est à l'intérieur de l'endoderme que l'on trouve les faisceaux conducteurs de la sève, à savoir le xylème et le phloème. Il existe une grande différence de pression entre le milieu extérieur (le sol) et la sève contenue dans le xylène. C'est cette différence de pression qui fait 'monter' la sève.

Mais l'osmose n'explique pas tout, surtout dans le cas des grands arbres où la pression ne suffirait pas à faire monter la sève jusqu'à 25 mètres de hauteur.

Intervient alors un autre phénomène physique : la capillarité. La sève monte en effet par capillarité dans le xylène grâce à la tension superficielle (force par unité de longueur agissant à la surface libre d'un liquide).

Par ce phénomène, la sève peut encore progresser de deux mètres de hauteur tout au plus. L'osmose et la capillarité ne peuvent donc pas expliquer à elles seules la montée de sève.

La plante est alors soumise à un autre phénomène physique : l'évapotranspiration. En effet, seulement 10 % de l'eau puisée dans le sol sert à la photosynthèse. Le restant est évacué par transpiration foliaire, un processus lié à la montée de la sève dans une plante.

Ainsi, les végétaux émettent pour la plupart une évaporation de vapeur d'eau par leur feuillage.

Par composition de la molécule d'eau et ses propriétés spécifiques, se forme un mouvement hydraulique dans la plante.

Lorsque la plante transpire, la colonne formée par les molécules d'eau en cohésion s'évapore dans l'atmosphère. Pour conserver cette cohésion et compenser cette perte la plante absorbe de l'eau par osmose dans les racines.

Osmose, capillarité et évaporation sont donc les clés du phénomène faisant 'monter' la sève.

Lire aussi
Les plantes hybrides Les plantes hybrides

De plus en plus présentes dans les rayons des jardineries, les semences et les plantes hybrides ont tendance à supplanter les espèces traditionnelles. De quoi s'agit-il réellement ? Quel est...

Les plantes bisannuelles Les plantes bisannuelles

Très utiles pour leur floraison précoce en fin d'hiver et au tout début de printemps, les plantes bisannuelles sont très souvent associées aux plantes à bulbes. Elles sont caractérisées par un port...

Les plantes annuelles Les plantes annuelles

Elles font leur apparition au printemps sur les étals des jardineries sous le nom de plantes annuelles à floraison estivales. Mais que signifie vraiment ce terme ? Quelles espèces se cachent sous...

La feuille, l'élément indispensable à la survie des plantes La feuille, l'élément indispensable à la survie des plantes

Les plantes et les arbres ne sauraient vivre sans feuilles. Grâce aux feuilles, la plante capte et sépare le CO2 pour se nourrir mais aussi synthétise les acides animés. Ces deux actions sont...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Indécis (Midi pyrénée)
    En hiver, il n'y a pas de feuille donc pas de transpiration, et pourtant la sève est au maximum sous pression au début du printemps....quel phénomène intervient ?
    Répondre à Indécis
    Le 05/03/2017 à 10:37