Les cynorrhodons

Les cynorrhodons
Les cynorrhodons

Le cynorrhodon est le fruit de l'églantier ou du rosier cultivé et peut-être utilisé en cuisine à condition de ne pas avoir été traité.

Jusqu’à la fin de l’hiver, il est possible de récolter des baies de rosiers sauvages dans les campagnes Françaises, ou autres, car ces rosiers sont indigènes dans plusieurs parties du monde. Ceux de votre jardin sont également comestibles, si vous n’avez pas traité chimiquement vos rosiers…

Rosa canina est la variété la plus commune, on le trouve facilement, mais il en existe plusieurs autres :

  • Rosa arvensis,
  • Rosa pimpinellifolia (fruits violacés, très sucrés),
  • Rosa rubiginosa (le « rosier rouillé », ses feuilles sentent la pomme),
  • Rosa gallica,
  • Rosa sempervirens,
  • Rosa moyesi (gros fruits en forme de gourde)…
  • Rosa villosa, ou rosier velu poussait, il y a quelques siècles, au portes de Paris.

Guillaume de Villeneuve, dans « Les crieries de Paris » atteste qu’il existait un important commerce de ces baies dans la France du Moyen-Age. Les cynorrhodons étaient séchés afin d’être consommés en hiver comme des pruneaux.

Suivant les espèces et les conditions de vie du rosier, la teneur en vitamine C varie énormément, cependant, le cynorrhodon est le fruit champion toutes catégories. Un seul petit cynorrhodon peut contenir plus de vitamine C qu’un gros citron, et le fruit du rosier est également très riche en provitamine A.

Récolte de cynorrhodons

Ces petits fruits sont aussi très bons. Il est possible de les manger crus, quand ils sont murs et bien colorés, mais il faut faire attention de ne pas manger aussi les graines et poils urticants au centre du fruit. Les cynorrhodons, qu’ils soient sauvages ou de votre jardin ramollissent après quelques gelées, et il est facile de les passer au moulin à légumes pour ne garder que la pulpe.

On peut aussi les couper en deux pour en retirer l’intérieur, ou bien les cuire, un peu, dans de l’eau bouillante jusqu'à ce qu’ils soient assez mous pour passer sans problème au moulin à légumes. Cette pulpe douce, acidulée et sucrée, mais relativement sèche et sans jus, servira à réaliser des confitures, sirops, vins, liqueurs, crèmes et pâtisseries, soupes sucrées ou salées. On peut aussi, tout simplement s’en servir de sauce pour les pâtes ou la pizza (maison…) du soir : dans les années 50 l’industrie agroalimentaire américaine se servait de pulpe de cynorrhodon comme adjuvant dans le ketchup.

Pierrette NARDO

Lire aussi
Confiture de cynorrhodons Confiture de cynorrhodons

Certes, la préparation de la confiture de cynorrhodon demande un peu de patience, mais le résultat en vaut largement la peine. Non seulement elle est délicieuse, mais en plus elle est tonifiante :...

Liqueur de Cynorrhodons Liqueur de Cynorrhodons

Cette recette maison de la liqueur de cynorrhodon est un concentré de parfum que l'on dégustera, rassasié, à la fin du repas, toujours avec modération. Attention, l’abus d’alcool est...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Vos commentairesAjouter un commentaire