Faux zamia, Plante ZZ

Faux zamia, Plante ZZ, Zamioculcas zamiifolia

Botanique

Nom latin  : Zamioculcas zamiifolia
Famille  : Aracées
Origine  : Zanzibar, Tanzanie
Période de floraison : toute l'année, difficile à obtenir
Couleur des fleurs  : spathe verdâtre
Type de plante : plante verte d'intérieur
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : jusqu'à 1 m

Planter et cultiver

Rusticité  : 18°C toute l'année, résiste jusqu'à -5°C
Exposition  : ombre légère à mi-ombre
Type de sol : riche et très léger
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : frais à sec
Utilisation : plante verte d'intérieur
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis, bouturage de tige dans un substrat humide, bouturage dans l'eau possible
Maladies et ravageurs : résistant aux insectes et aux maladies

Zamioculcas zamiifolia, faux -Zamia, parfois appelée également par contraction plante ZZ, une belle plante tropicale appartenant à la grande famille des Aracées. Bien qu’apparenté aux arums et aux anthuriums, le Zamioculcas est unique dans son genre. Il est originaire d‘Afrique de l’Est, ou il croît en forêts à saison sèche, dans la savane ou dans la brousse.

Tolérant par rapport à son milieu de vie, c’est une plante d’intérieur robuste, graphique et facile à vivre.

Description du Zamioculcas

Zamioculcas zamiifolia est appelée parfois faux-zamia, parce ses feuilles ressemblent à celle du Zamia, une plante proche des cycas.

La plante ZZ développe un rhizome épais, portant de courtes tiges épaisses plus ou moins horizontales, aux énormes feuilles composées dressées. Ces feuilles sont portées par un épais pétiole ; elles montrent un long rachis portant entre 8 et 16 pétioles alternes. Leur limbe est vert sombre et luisant. Dressées et vert clair lorsqu’elles se développent, ces feuilles font penser aux frondes d’une fougère. Durant une saison de croissance chaque tige, peut produire environ3 à 5 feuilles nouvelles.

Les fleurs se montrent parfois, réunies en un court et épais spadice verdâtre.

Zamioculcas montre un aspect relativement succulent. Cette curieuse plante présente d’ailleurs quelques caractéristiques que l’on retrouve chez les Crassulacées : outre ses tissus épais gorgés d’eau, lorsqu’elle subit une sécheresse durable, la plante ZZ montre une capacité à absorber le CO2 pendant la nuit, ce qui limite la transpiration. Elle stocke le CO2 pour l’utiliser ensuite à la lumière du jour pour la photosynthèse. Le Zamioculcas présente donc réelle adaptation à la sécheresse. Il est même capable de devenir caduc, dans les situations les plus sèches.

Le Zamioculcas n’est pas vraiment toxique, mais comme de nombreuses plantes, peut provoquer des irritations par contact avec les lèvres ou la langue.

Comment cultiver la plante ZZ ?

Extrêmement robuste, le Zamioculcas supporte l’ombre sévère, la sécheresse, et survit à des températures comprises entre -5 °C et 35 °C ! Cependant si vous voulez une belle plante bien fournie en feuilles, vert vif et au port dressé, il est plus approprié de lui offrir quelques soins : en autres, un arrosage régulier, et une luminosité minimale, sans excès de soleil direct.

Il croît dans un terreau de bonne qualité, et dans un pot assez large qui permet à son rhizome et ses tiges de s’étaler. Un lit de bille d’argile au fond lui assure un drainage confortable. Durant la saison de croissance, il apprécie des arrosages copieux à l’eau douce, environ 2 fois par semaine, mais sans le laisser tremper dans le cache-pot. Une fois par mois, il est nourri d’une demi-dose d’engrais (NPK 10-15-10).

En hiver, les arrosages sont plus limités : le zamioculcas est arrosé uniquement si son terreau est presque sec. Un rempotage dans un terreau neuf est souhaitable chaque printemps, ou à défaut le renouvellement de la terre en surface.

L’été ou durant les vacances, il peut être estivé dehors sous le couvert des arbres.

Comment multiplier le Zamioculcas ?

La plante ZZ peut se diviser au niveau du rhizome au printemps, avant le redémarrage de la croissance.

Plus amusant, mais de longue haleine, le bouturage de folioles : les folioles sont prélevées du rachis avec un talon, puis à demi enterrées dans un terreau humide et emballées dans un sac plastique qui maintient l’humidité. Au bout de 8 à 9 mois, les folioles s’enracinent, la deuxième année, vous obtenez de petites plantes.

Espèces et variétés de Zamioculcas

Espèce unique dans ce genre

  • Zamioculcas zamifolia ‘Variegata’, une rare forme panachée
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Mathilde (Ile de France)
    J'ai reçu un ZZ il y a deux mois et celui-ci a fait une pousse fulgurante. La nouvelle tige est vert clair les feuilles sont très espacées et elle dépasse de 20 bon centimètres les autres. Est ce une croissance normale ou bien ma plante manque-t-elle de lumière ? (J'ai lu que les ZZ pouvaient pousser très haut si ils manquent de lumière) La plante est située près de 2 fenêtres orientées Nord mais la pièce est lumineuse...
    Répondre à Mathilde
    Le 15/04/2016 à 18:23