Le désherbage thermique

Le désherbage thermique
Le désherbage thermique

Pour le jardinier, le désherbage est souvent synonyme d’un éternel recommencement. Et si la solution de facilité est de recourir à un désherbant chimique, cette technique écologiquement nocive est de plus en plus abandonnée au profit du désherbage thermique plus respectueux de l’environnement.

La technique

L’atout maître du désherbage thermique est qu’il est entièrement respectueux de l’environnement. Il consiste à provoquer un choc thermique de manière à faire éclater les cellules végétales des plantes sans pour autant les brûler. Cette technique est ni plus ni moins l’application d’un phénomène que les jardiniers connaissent bien : le coup de chaleur.

Lorsque la flamme effleure la mauvaise herbe, l'eau s'évapore et les protéines contenues dans les cellules se coagulent. L’effet est visible dans les heures qui suivent : La partie de la plante soumise à ce traitement se dessèche peu à peu.

Le matériel

Plusieurs procédés de brûlage coexistent sur le marché. Parmi eux, le plus couramment utilisé est le brûlage à la flamme. Il se réalise à l’aide d’un désherbeur thermique également commercialisé sous l’appellation de canne de désherbage. Cet appareil se compose d'un brûleur à flamme torche, d'une poignée avec robinet de réglage du débit et d'environ cinq mètres de tuyau. Cette canne se branche tout simplement sur une bouteille de butane ou de propane.

Les autres procédés de désherbage thermique utilisent aussi le même principe de choc thermique. La flamme est alors remplacée par un rayonnement infra rouge ou une projection de vapeur selon les modèles. Une technique plus récente encore utilisant la technologie des Micro-ondes est actuellement en cours de test plus spécifiquement sur les grandes surfaces agricoles. Un dérivé pour les particuliers pourraient voir le jour si le procédé est validé.

Dans la pratique

Le désherbage se fait en passant la flamme sur l'herbe pendant 1 à 2 secondes à une distance d'une dizaine de centimètres. Cette opération est le plus souvent radicale sur les jeunes plantules surtout s’il est réalisé à mi-saison (automne et printemps). Pour les plantes plus développées ou particulièrement résistantes (chiendent, lierre, etc), plusieurs passages à 15 jours d’intervalle pourront s’avérer nécessaires. Dernier atout de cette technique : Ce traitement reste efficace quel que soit le temps, sous la pluie ou par temps sec.

Les marques

Rabaud, Butagaz, Fokker, Primagaz

Lire aussi
Le désherbage chimique Le désherbage chimique

Si le désherbage manuel ne vous permet pas de venir à bout de vos mauvaises herbes, vous trouverez dans le commerce des produits chimiques, mais sachez que leur utilisation n'est pas anodine pour...

Le désherbage Le désherbage

Avec l'arrivée de l'été, vos massifs commençent à être envahis par des plantes que l'on appelle "les mauvaises herbes" parce qu'elles ne sont pas les bienvenues. Dans un massif, elles nuisent à...

Bien entretenir sa tronçonneuse thermique Bien entretenir sa tronçonneuse thermique

Willy VEILLARD de JANZE MOTOCULTURE nous conseille sur l'entretien de sa tronçonneuse thermique Voyons comment faire l'entretien d'une tronçonneuse thermique c'est à dire le montage d'une chaine de...

Salade "désherbage de la pelouse" Salade "désherbage de la pelouse"

Prévoir en parties à peu près égales : pissenlits, jeunes pieds de pâquerettes et batavia plus une poignée de fleurs et boutons de pâquerettes et pissenlits, sel, vinaigre de cidre, huile de...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Jarinidier (Haute Normandie )
    LA seule méthode c'est de se baisser et avec un outil d'en arracher le maximum et si il en reste encore un peu ok pour pour le désherbage thermique
    Répondre à Jarinidier
    Le 18/06/2016 à 05:25
  • Machin
    Bah, étant donné qu'il s'agit de brûler des énergies fossiles (butane, propane), ce n'est peut-être pas si tellement respectueux de l'environnement que ça... :-/
    Répondre à Machin
    Le 24/07/2006 à 12:02
    Ellerim65 (65000)
    Certainement, mais de deux maux il faut choisir le moindre.. c'est peut être mieux que de s'empoisonner ?
    Répondre à Ellerim65
    Le 27/05/2014 à 14:09
    DaddyGreen (Picardie)
    Le désherbage thermique n'est pas respectueux de l'environnement : Utilisant de l'énergie fossile, il contribue de façon très importante au réchauffement climatique - problème majeur pour notre planète - et nécessite plusieurs passage par saison. Certains traitements de désherbage chimique ont un impact environnemental beaucoup plus intéressant : A 15 litres par hectare, certains produits seront efficaces à raison de 2 passages au plus par saison (mars et septembre/octobre).
    Répondre à DaddyGreen
    Le 28/05/2015 à 17:35
    Tartine (Tarn)
    Gardez vos réflexions imbéciles en continuant de vous empoisonner avec la chimie de Monsanto et consorts et laissez-nous vivre !
    Répondre à Tartine
    Le 05/06/2016 à 11:50