La forêt de l'île de la Réunion

La forêt de l'île de la Réunion

La forêt primaire réunionnaise est en tout point remarquable. Elle concentre en son sein une biodiversité et des écosystèmes forestiers tropicaux de référence. La conservation de ce patrimoine terrestre est une priorité pour les pouvoirs publics.

La forêt de l'île de la Réunion La forêt de l'île de la Réunion, un canyon La forêt de l'île de la Réunion, sentier de randonnée La forêt de l'île de la Réunion, le voile de la mariée

La forêt primaire de l'ile de La Réunion est le fleuron biologique majeur de l'ouest de l'océan indien. Sa principale particularité réside dans le fait qu'elle n'a jamais été modifiée par la main de l'homme (d'où son nom de primaire). Cette particularité permet de concentrer une richesse d'écosystèmes naturels incroyables favorisant ainsi une biodiversité remarquable. Plus de 1000 espèces rares, indigènes et endémiques le plus souvent y sont répertoriées. Cette biodiversité est une référence à l'échelle mondiale.

La forêt de La Réunion s'étend sur 30% du territoire de l'ile (contre à peine 5 % à l’île Maurice voisine). Elle prend des formes variées, parfaitement adaptées aux contraintes imposées par les contrastes de climat liées aux reliefs et à la nature des sols.

Aux fonds des cirques pousse la lande de haute altitude. Les espèces comme le bois de cabri blanc, le bois d'olive, le mahot... sont rares et menacées. Entre 1500 et 1900 mètres d'altitude, la forêt est dominée par les tamarins. Juste en dessous prospèrent les forêts humides de moyenne altitude (forêts de bois de couleurs des bas). Ce type de forêt se concentre sur l'Est et le Sud de l'ile et abrite un grand nombre d'espèces rares et protégées. Plus bas encore (entre 800 à 1000 mètres sur la côte au vent et de 1000 à 1200 mètres sous le vent), les forêts pluviales de montagne (forêts de bois de couleurs des Hauts) prennent le relais.

Ces forêts luxuriantes de l'ile de La Réunion sont particulièrement bien conservées en haute altitude (à 60% intactes) mais les strates de montagne de basse altitude sont fortement mises à mal par l'activité humaine (1% de la surface intacte seulement). Afin de protéger l'ensemble des écosystèmes de la pression agricole, forestière et touristique, l'Etat français a mis en place des systèmes de gestion de la forêt adaptés et spécifiques à l'ile de La Réunion.

Les actions menées conjointement par l'ONF, le département, la région, les communes depuis de nombreuses années ont permis de sauvegarder la majeure partie du domaine public des Hauts. L'exploitation forestière est maîtrisée par différents trains de mesures coercitives mais aussi incitatives (subventions au reboisement accordées aux particuliers). La création de réserves biologiques depuis 1981 sur le territoire réunionnais a également permis de sauvegarder de nombreux hectares sensibles de la pression humaine.

Lire aussi
Le parc national de la Réunion Le parc national de la Réunion

Le parc national de la Réunion a été officiellement créé le 5 mars 2007. Il abrite sur son territoire l'un des plus riches écosystèmes de forêt tropicale océanique de la planète. Le parc national...

Les réserves biologiques de l'ile de la Réunion Les réserves biologiques de l'ile de la Réunion

Pour protéger les espaces forestiers remarquables de l'ile de La Réunion, l'Etat français a opté depuis 1981 pour la création de réserves biologiques. Ces espaces, gérés par l'ONF, sont ouverts en...

Le CNPMAI de Milly la forêt (91) Le CNPMAI de Milly la forêt (91)

Le Conservatoire National des Plantes à Parfum, Médicinales, Aromatiques et Industrielles abrégé en CNPMAI a été créé en 1987 à Milly-la-Forêt pour gérer, valoriser et conserver des plantes «...

La forêt de Princé à Chéméré La forêt de Princé à Chéméré

Yves LEFEUVRE propriétaire de la forêt de Princé à Chéméré en Loire-Atlantique nous présente son histoire et sa gestion L'histoire de la forêt de Princé À l'époque des gaulois, tout le territoire...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Daoirina (St- Denis reunion)
    J' ai trouvé très bien ce documentaire et les images.
    Répondre à Daoirina
    Le 11/02/2014 à 16:28