Palmiste de Cunningham, Palmier roi

Palmiste de Cunningham, Palmier roi, Archontophoenix cunninghamiana
Palmiste de Cunningham, Palmier roi, Archontophoenix cunninghamiana

Botanique

Nom latin  : Archontophoenix cunninghamiana
Origine  : Sri Lanka, Inde
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : mauve
Type de plante : palmier
Type de végétation : arbustive
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 20 m

Planter et cultiver

Rusticité  : peu rustique, -4°C, à réserver aux régions sud en extérieur
Exposition  : ombre à mi-ombre
Type de sol : riche et drainant
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : serre, extérieur en climat doux
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis

Le palmiste de Cunningham, Archontophoenix cunninghamiana est un palmier originaire des forêts subtropicales humides d’Australie. Il appartient à la famille des Arécacées. Fin et élancé, le palmiste de Cunningham est certainement un des palmiers les plus élégants. Sa rusticité est cependant très limitée en France, peu de régions peuvent accueillir en pleine terre Archontophoenix cunnighamina dans la durée. En revanche, il fait un palmier en pot très gracieux et assez facile à cultiver.

Description du palmiste de Cunningham

Archontophoenix cunninghamiana développe un stipe unique et lisse, gris annelé de vert, complètement dépourvu de résidus foliaires. Lorsque ce palmier attient ses 20 m de hauteur, son stipe mesure moins de 30 cm d’épaisseur. Cette haute taille n’est atteinte qu’en climat subtropical humide. Ses palmes sont très longues et arquées, avec un grand nombre de folioles vert foncé, relativement souples, qui parfois se terminent en filaments pendants.la floraison intervient en été. Les grappes denses de fleurs violacées se développent sous la couronne de feuilles. Une fois fécondées, les fleurs produisent de petits fruits de 1,5 cm, devenant rouge vif à maturité. Ces fruits ne sont pas comestibles, et même considérés comme toxiques pour l’homme.

Culture d’Archontophoenix cunninghamiana

Le palmiste de Cunningham se cultive aisément en conteneur, à l’intérieur d’une pièce lumineuse. Il se contente d’une exposition ombragée à semi-ombragée. L’exposition au soleil est possible mais avec beaucoup d’arrosages, pour éviter que des tâches de brulures n’apparaissent sur les feuilles. Trop exposé au soleil, Archontophoenix cunninghamiana prend une couleur jaunâtre. Lorsqu’il est ombragé, ses folioles s’effilent et son feuillage devient vraiment luxuriant. Cette espèce supporte assez mal les déménagements et les perturbations de ses conditions de cultures, elle le montre en perdant quelques palmes qui se dessèchent.

Il demande un pot profond, avec un mélange riche, humifère et drainant : par exemple de la terre de jardin mélangée à du terreau. Les arrosages, copieux, doivent maintenir une certaine humidité dans le sol sans le saturer d’eau. La terre ne doit jamais se dessécher. Les arrosages sont enrichis d’engrais au moins une fois par mois au printemps et en été, mais on peut utiliser aussi un engrais à libération lente. La croissance est assez rapide, de l’ordre de 30 à 80 cm par an.

En hiver, les arrosages sont un peu plus modérés, mais le sol doit conserver cependant une certaine fraicheur.

Archontophoenix cunninghamiana est peu rustique, ce qui limite sa culture en extérieur à peu de régions françaises, d’autant que sa fragilité au gel se couple avec des besoins en eau conséquents. Il en existe quelques spécimens à Menton ou Monaco. Ses palmes sont abimées à -2°C et la plante entière est détruite à -5 ou -6°C. Pour espérer acclimater ce palmier en pleine terre, il faut donc des individus déjà âgés et de bonne qualité, robustes car pas trop poussés à l’engrais.

Comment rempoter son palmier roi ?

Ce palmier n’aime pas que l’on touche à ses racines. Il est donc installé dans un pot profond, et rempoté au printemps assez régulièrement (tous les 1 à 2 ans) pour que les racines n’aient pas eu le temps de se mettre en chignon. Ainsi, la motte terre-racines ne doit pas être détruite, et il souffre moins du rempotage. Lorsque la plante devient trop lourde pour être manipulée, seule la terre en surface est renouvelée.

Multiplier le palmier roi

Archontophoenix cunninghamiana n’a qu’un seul bourgeon de croissance en haut du stipe. Si celui-ci est détruit ou coupé, le palmier roi meurt. Il ne se multiplie donc que par semis. Le semis est assez facile et la croissance des plantules rapides. Les graines, bien nettoyées de leur fruit, sont semées dans un pot profond et maintenu très humide, couvert, entre 28 et 30°C. La germination se fait en 2 mois environ.

Espèces et variétés de Archontophoenix

Le genre comprend 2 espèces 
Archontophoenix alexandrae, résistant mieux aux vents

Archontophoenix cunninghamiana illawarra, considéré comme plus résistant au froid

Lire aussi
Savoir choisir son palmier Savoir choisir son palmier

Florian DUROUSSET de la pépinière bio jardins nous parle de la bonne manière de choisir un palmier Cela commence par définir l'emplacement final du palmier car au nord on ne placera peut-être pas...

Le rotin, un palmier grimpant Le rotin, un palmier grimpant

Sous l'appellation commune de 'palmier à rotin' se cachent de nombreuses espèces tropicales de palmiers grimpants à fort développement. Ces plantes étonnantes sont utilisées dans de nombreux...

Charançon rouge du palmier, Rhynchophorus ferrugineus Charançon rouge du palmier, Rhynchophorus ferrugineus

Le charançon rouge est un coléoptère originaire des îles indonésiennes et de l'Inde méridionale. Il détruit sur ses terres d'origine les plantations de cocotiers ; il est donc considéré comme...

Papillon du palmier, Paysandisia archon Papillon du palmier, Paysandisia archon

Le papillon du palmier (Paysandisia archon) est un insecte de fort belle envergure (10 cm), faisant partie de la famille des Lépidoptères. Ce papillon est très coloré. Les ailes antérieures sont...

Vos commentairesAjouter un commentaire