Ail cilié

Allium subhirsutum, Ail cilié

Botanique

Nom latin  : Allium subhirsutum
Synonyme  : Allium ciliatum
Famille  : Liliacées
Origine  : sud de la France, Corse, espèce méditerranéenne
Période de floraison : avril, mai
Couleur des fleurs  : blanc
Type de plante : plante à bulbe, plante méditerranéenne
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 20 à 60 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, jusqu'à -10 °C
Exposition  : soleil à mi-ombre
Type de sol : drainant, sablonneux ou caillouteux
Acidité du sol  : légèrement acide à basique
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : massif, auge, rocaille, bordure
Plantation, rempotage : été, automne
Méthode de multiplication : semis, division

Généralités

Allium subhirsutum, l’ail cilié est une plante bulbeuse appartenant à la famille des Alliacées. C’est un ail indigène, présent surtout en Corse, beaucoup plus rarement dans le sud de France. Il est distribué sur le pourtour méditerranéen. Allium subhirsutum, bien que rare en culture, est remarquable par sa forme, toute en délicatesse. Il est de plus comestible. Même si son origine est méditerranéenne, l’ail cilié est cultivable presque partout en France.

Description de l’ail cilié

Allium subhirsutum produit des bulbes ovoïdes larges de 1 cm environ et couvert d’une tunique brune. Il est en feuilles en hiver et au printemps, fleurit en avril-mai ; en juin son cycle se termine lorsque ses graines sont matures, feuilles et tiges florales sont alors complètement sèches. Le bulbe se met au repos jusqu’en septembre, où commence le développement des racines sous terre.

L’ail cilié présente des feuilles planes et étroites longues de 15 cm, puis une tige fine, mais bien rigide qui porte une ombelle de fleurs. Chaque fleur est semblable à la fleur naïve que dessinerait un enfant, avec 6 tépales ovales et distincts d’une blancheur immaculée et formant une jolie corolle plate de 1,3 cm. Toute la plante est grêle, et les multiples corolles blanches portées par des pédicelles de même longueur en sont d’autant mieux mises en valeur. La plante fleurie est absolument charmante. Les fleurs sont fécondées par les insectes et produisent presque systématiquement de petites capsules trigones où se développent rapidement les graines.

Allium subhirsutum peut être confondu avec Allium neopolitanum, plus courant en culture. Ce dernier dispose de corolles un peu plus larges. C’est d’ailleurs une plante moins fine d’aspect dans sa globalité. Une caractéristique les distingue à coup sûr : Allium subhirsutum montre des feuilles à la marge ciliée (à observer avec une loupe).

Comment cultiver l’ail cilié ?

Allium subhirsutum est thermophile, vous réussirez sa culture dans un endroit chaud et ensoleillé. Il est planté profondément (de 10 cm minimum) pendant sa période de dormance (de juin jusqu’à septembre). Il préfère les sols à tendance basique, mais si dans la nature il se retrouve souvent en milieux sec et très pierreux, dans le jardin, il devient explosif et magnifique en sol un peu plus riche et bien arrosé durant son développement. Pendant la saison de repos, en été, la terre peut se dessécher et surcuire, mais il supporte également des sols ordinairement arrosés par des pluies régulières. L’ail cilié ne craint aucunement les hivers humides. Il est plus rustique que ne le laisse penser son origine méditerranéenne, et survit facilement à nos hivers, dès qu’il est planté en situation un peu protégée.

Il est particulièrement mis en valeur lorsqu’il se développe en largeur et que ses ombelles plates, délicates se dessinent sur un arrière-plan sombre (pierres ou feuillage).

Par contre, l’ail cilié peut être gêné par la concurrence de plante voisine et étouffante. On peut éviter ce problème en les plantant dans un large pot complètement enterré, et donc invisible, qui leur assure une zone sans concurrence et facilite la division ou le prélèvement des bulbes si l’on souhaite les consommer.

L’ail cilié, un ail alimentaire

Allium subhirsutum est comestible. Ses petits bulbes se cuisinent comme l’ail ordinaire. Ils ont un gout très fin, mais moins puissant, et peuvent être utilisés en plus grande quantité dans un plat. De même, les feuilles crues d’hiver, alliant une saveur d’ail avec un gout un peu sucré, sont appréciées pour agrémenter plats ou salades. Bien sûr, le prélèvement à ces fins limite un peu la jolie floraison printanière.

Comment multiplier l’ail cilié ?

Les graines d’Allium subhirsutum germent après une stratification froide, c’est-à-dire qu’elles sont semées en janvier à l’extérieur et ne germent que lorsque le printemps se réchauffe. Leur croissance est assez rapide et au bout d’une année de culture, ils atteignent une maturité suffisante pour produire une première petite ombelle de fleurs.

Les divisions se font en été pendant la saison de repos des bulbes.

Espèces et variétés de Allium

Plus de 700 espèces

  • Allium aflatunense, espèce haute
  • Allium ampeloprasum, cultivé au potager
  • Allium cepa, ciboulette
  • Allium christophii, belle espèce ornementale
  • Allium cernuum, l’ail penché
  • Allium flavum, l’ail jaune
  • Allium ursinum, l’ail des ours
  • Allium zebdanense, ail du Liban
  • Allium coloratum , ail joli
  • Allium moly, ail à fleurs jaunes
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire