Les labels bois

Si la forêt est le bien le plus précieux de l'humanité, la gestion respectueuse des forêts mondiales n'est pas toujours à l'ordre du jour. Pour responsabiliser les acheteurs, des labels plus ou moins exigeants ont vu le jour. Tour d'horizon.

Les labels bois
Les labels bois

Dans la jungle des labels bois, l'acheteur n'a pas toujours la tâche facile à l'heure du choix ! Et de fait, les appellations marketings sans fondements côtoient bien souvent des labels aux exigences environnementales strictes. Comment s'y retrouver dans ces conditions pour être sûr d'acheter « responsable » ?

En fait, si l'on doit résumer, inutile de chercher un label spécifique pour les bois locaux, par contre, pour les bois dits exotiques, seul le label FSC (Forest Stewardship Council) est digne de confiance, quoique...

Dans le détail, le label FSC créé en 1993 est le plus exigeant. Il s'appuie sur un engagement global de respect tant sur le plan économique, que social et environnemental. Ce label équitable est aujourd'hui la certification la plus stricte mise en place au niveau international pour limiter les effets dévastateurs de la destruction des forêts tropicales et boréales.

Si le label FSC est le seul à être soutenu par des ONG internationales gage de sérieux, il présente toutefois des limites. En effet, une entreprise de transformation peut parfaitement suivre une démarche de traçabilité et de contrôle respectant les critères de la certification FSC sans toutefois vendre du bois certifié FSC. Comment est-ce possible ? En fait, il existe deux types de certificats FSC distincts : l'un certifie la bonne gestion forestière et l'autre la traçabilité lors de la transformation. Du coup, les cartes sont brouillées pour le consommateur !

De nombreux autres labels ont été créés ces dernières années aux côtés du FSC. Aucun ne garantit entièrement le respect des forêts exploitées. Parmi les plus sérieux, l'on retrouve le PEFC. Ce label créé en 1998 en Europe est une adaptation du FSC. Il se traduit en France par exemple par un engagement d'amélioration continue des pratiques. En dehors d'Europe, le label cautionne des pratiques loin d'être politiquement correctes notamment dans les pays où l'on trouve des forêts primaires boréales ou des forêts primaires tropicales.

Un autre label connu sous le nom d'IBAMA tente de réglementer et de surveiller sans véritables moyens l'exploitation illégale de bois au Brésil.

Enfin, les consommateurs rencontrent souvent sur les produits en teck d'Indonésie des appellations diverses que l'on peut regrouper sous le terme générique de « Bois de plantation ». Ces appellations cachent toutes sortes de pratiques pas toujours écologiquement correctes.

Lire aussi
Le bois de robinier Le bois de robinier

Les terrasses en bois sont en vogue mais quelles conséquences ?

Sauge des bois japonaise, Makino, Salvia glabrescens Sauge des bois japonaise, Makino, Salvia glabrescens

Salvia glabrescens, la sauge des bois japonaise, ou Makino, appartient à la famille des Lamiacées. Originaire du Japon, elle se développe en milieu forestier frais. La sauge des bois japonaise[...]

Quel bois de chauffage ? Quel bois de chauffage ?

Tour d'horizon des quatre grands types de bois de chauffage.

Zapping Jardin - Coupons du bois Zapping Jardin - Coupons du bois

Pour ce numéro du Zapping Jardin nous proposons quelques vidéos de jardiniers coupant du bois faisant le buzz.

Vos commentairesAjouter un commentaire