Les messicoles

Les messicoles
Les messicoles

Le terme "messicole" regroupe des plantes annuelles ou vivaces souvent présentes dans les cultures. Étymologiquement le mot définit des plantes colonisant les moissons. Certains, dont les scientifiques agronomiques les considèrent comme des mauvaises herbes susceptibles de freiner le sacro-saint rendement céréalier. Les traitements divers et l'emploi d'herbicides se sont généralisés au point de laisser craindre la disparition de certaines espèces et par là même engendrer un déclin de la biodiversité.

Origine des plantes messicoles

Ces plantes accompagnent nos cultures depuis longtemps. Beaucoup d'entre-elles sont d'origine moyen-orientale puisqu'elles furent importées avec les céréales il y a environ six mille ans lors de la colonisation des régions méditerranéennes par les population du Moyen-Orient. Ces semences sont donc historiquement liées !

Diverses définitions

Certains comparent les messicoles aux "plantes adventices ", terme qui, pour les botanistes qualifie une plante qui se répand spontanément pour des raisons diverses dans une nouvelle région s'avérant parfois indésirable pour l'homme.

Dans le domaine horticole ce terme sert à désigner les végétaux qui se développent spontanément et de façon non déterminée dans les cultures. Les plantes "sauvages" en font partie ainsi que les plantes habituellement cultivées mais indésirables dans la parcelle. Par exemple, du soja poussant au beau milieu d'un champ de blé peu être qualifié de plante adventice.

Les messicoles font partie de la flore adventice ségétale, ce dernier terme venant du latin 'Seges' qui veut dire 'moisson'.

Caractéristiques des plantes messicoles

Le plus souvent annuelles (80% d'entre-elles), ces plantes sont capables de survivre aux labours et de prospérer au sein des cultures intensives. La plupart des semences ont une fécondité débordante (un simple coquelicot peut produire jusqu'à 50 000 graines) et une robustesse étonnante. Elles sont souvent assimilées aux « mauvaises herbes » et ont même donné naissance à une nouvelle science, 'la malherbologie', qui est chargée de les étudier pour mieux les détruire...

Les plantes messicoles annuelles ont un cycle de vie très court et produisent leurs graines avant la moisson. La floraison est à son apogée aux mois de juin et juillet, les graines auront ainsi eu le temps de se propager avant la récolte.

Les messicoles ont la capacité de s'adapter aux contraintes du milieu céréalier. Certaines germeront spontanément dès l'automne comme les Bleuet, d'autres comme les Adonis ont besoin du froid hivernal pour pouvoir fleurir correctement. Pour les espèces à graines dures comme certaines ombellifères ou légumineuses la germination peut avoir lieu dans les deux à trois années suivant le semis, la période de dormance est donc prolongée.

Problèmes liés à la destruction des messicoles

La flore ségétale qui comprenait 140 espèces au XIXe siècle régresse très rapidement en Europe. Plus de 40 % des messicoles ont disparu ou sont en voie de disparition. Dans le Sud Ouest de la France 37 espèces sont en voie d'extinction. Heureusement des conservatoires s'emploient à maintenir des populations messicoles ; des programmes de jachères sont ainsi mis en place.

Comptons sur l'évolution des mentalités et sur le développement de l'Agriculture biologique qui laissent poindre un espoir pour ces plantes inspiratrices de tant d'artistes.

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Nathalie B (Midi-Pyrénées)
    Je me dois d'intervenir quant à la conclusion de votre fiche sur les messicoles. En effet, par votre conclusion, vous sous-entendez (plutôt clairement) que l'agri. bio. va sauver l'avenir des messicoles. Je fais partie d'une association botanique et travaille sur le programme régional des messicoles. Aujourd'hui on constate que la plus grande diversité messicole se trouve en agriculture conventionnelle. Tout simplement parce qu'en AB, il y a de nombreuses opérations de travail du sol qui détruisent cette diversité.
    Répondre à Nathalie B
    Le 28/04/2016 à 14:49